Cotation du 16/08/2019 à 22h51 Dow Jones Industrial +1,20% 25 886,01
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : dans le vert avec la Fed

Clôture de Wall Street : dans le vert avec la Fed
Clôture de Wall Street : dans le vert avec la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street a retrouvé ses sommets en séance ce mercredi, dans le sillage des déclarations de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale cet après-midi. Les minutes de la Fed publiées ce soir n'ont pas apporté de grosses surprises en vue d'un probable coup de pouce monétaire fin juillet à l'initiative de la banque centrale US. Le DJ clôture en hausse de 0,29% à 26.860 pts, le Nasdaq prend 0,75% à 8.202 pts, tandis que le S&P500 qui a furtivement dépassé la barre des 3.000 pts en début de séance, termine en hausse de 0,48% à 2.994 pts.

ECO ET DEVISES

Certains membres de la Réserve fédérale ont clairement estimé lors de la réunion du comité monétaire des 18 et 19 juin derniers, que des mesures de soutien se justifieraient bientôt si les risques ne se relâchaient pas...
Plusieurs autres ont émis une opinion allant dans le même sens, toujours selon le compte rendu de la réunion : Les taux devraient ainsi baisser pour amortir les effets néfastes des conflits commerciaux dans lesquels sont engagés les Etats-Unis et pour tenter de raviver l'inflation qui n'arrive toujours pas à atteindre l'objectif de 2% de la banque centrale US.
Certains membres de la Fed ont cependant estimé qu'il n'y avait pas encore lieu de relever les taux d'intérêt et qu'il valait mieux attendre davantage d'informations avant de renouer avec une politique monétaire plus accommodante...
Lors de cette réunion, rappelons que la Fed avait laissé inchangé l'objectif d'un taux des Fed funds situé entre 2,25% et 2,5%, mais avait toutefois renoncé à être "patiente" avant de modifier les taux directeurs...

ECO ET DEVISES

Les membres de la banque centrale ont débattu en outre des avantages et des inconvénients d'éventuels nouveaux outils de maîtrise des taux d'intérêt. Une nouvelle facilité de refinancement a même été évoquée, par laquelle les établissements financiers pourraient échanger des obligations d'Etat contre des réserves déposées auprès de la banque centrale, mais aucune décision n'a été prise...
Des minutes qui vont donc globalement dans le sens des déclarations de Powell de cet après-midi, ce dernier insistant sur les tensions commerciales et les inquiétudes concernant la croissance mondiale qui ont eu tendance à peser sur l'activité économique et les perspectives... De quoi relancer les anticipations de baisse de taux qui avaient pris du plomb dans l'aile depuis la publication des chiffres de l'emploi US meilleurs que prévu vendredi dernier.

Coup de pouce ?

Toujours selon Jerome Powell, les inquiétudes liées au commerce international et le ralentissement mondial "continuent de peser sur les perspectives économiques aux Etats-Unis". La Réserve fédérale reste donc prête à "agir de manière appropriée" pour soutenir la croissance.
Le patron de la Fed note au passage que la croissance des investissements des entreprises semble s'être nettement ralentie, et que la croissance globale au deuxième trimestre semble s'être atténuée (...) Par ailleurs, un certain nombre de questions de politique gouvernementale n'ont pas encore été réglées, comme l'évolution du dossier du commerce, le plafond de la dette fédérale ou encore le Brexit (...) "Nous suivons de près l'évolution de la situation et nous continuerons d'évaluer les répercussions sur les perspectives économiques et l'inflation aux États-Unis" a poursuivi Powell qui a estimé que depuis la réunion du mois de mai, des "courants contradictoires" sont réapparus, créant une plus grande incertitude, ces préoccupations ayant pu contribuer à une certaine baisse de la confiance des entreprises dans des enquêtes récentes...
Le FOMC pourrait malgré tout s'en tenir à une baisse des taux de 0,25 pt de base lors de sa prochaine réunion fin juillet, sans aller jusqu'à un coup de pouce de 0,5 pt espéré par certains... Les investisseurs attendent d'en savoir plus sur la reprise des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, après l'annonce mardi soir par la Maison blanche d'une première conversation téléphonique à haut niveau qualifiée de "constructive"...

Les cours du brut remontent de plus de 4% ce soir. Les stocks américains de pétrole brut ont en effet diminué plus fortement qu'attendu la semaine dernière avec l'augmentation de l'activité des raffineries, a annoncé mercredi l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Les stocks de brut ont ainsi reculé de 9,5 millions de barils à 458,99 millions. Les économistes attendaient en moyenne une diminution de 3 millions de barils.
Les stocks d'essence ont eux aussi baissé de 1,5 million de barils. Les économistes attendaient un repli de 1,3 million de barils.
Les réserves de produits distillés, qui incluent le diesel et le fioul domestique, ont au contraire augmenté de 3,7 millions de barils alors que le marché anticipait une hausse limitée à 739.000 barils.
Le contrat d'août sur le brut léger américain (WTI) a gagné 2,60 dollars, à 60,45 dollars le baril et le Brent, échéance septembre, a pris 2,85 dollars, soit 4,4%, à 67 dollars le baril.
L'euro remonte un peu à 1,1255/$ entre banques.

LES VALEURS

McDermott grimpe de 12,9%, au-dessus des 10$ à Wall Street, après l'annonce par le groupe de services pétroliers d'un contrat de plus de 1,5 milliard de dollars signé avec la compagnie soudienne Saudi Aramco.
Sur 2019, rappelons que le groupe US vise des revenus compris entre 9,5 et 10,5 Mds$ (contre 6,7 Mds$ en 2018), pour un bénéfice par action entre 1,65 et 1,75$ (contre une perte de 0,99$ par action en 2018 et 1,47$ de consensus).

Levi Strauss (-12%). Le fabricant de jeans a publié un bénéfice net ajusté trimestriel en forte baisse de 17% sur un an en raison de la hausse des dépenses de marketing et de lourds investissements dans la vente en ligne, sans compter l'appréciation du billet vert. Le bpa ajusté est ressorti à 0,07$ contre 0,12$ attendu pour des revenus de 1,31 Md$, contre 1,30 Md$ anticipé.
Le titre s'était envolé le 21 mars dernier de 32% pour son retour en bourse sur le New York Stock Exchange. Le prix d'introduction avait été fixé au-dessus du haut de la fourchette indicative, à 17$ pièce. Le fabricant de jeans avait placé pour 623 millions de dollars de titres dans le cadre de son 'IPO'. Le groupe faisait son grand retour sur la cote américaine sous le symbole 'LEVI'. Levi Strauss était sorti de la cote en 1985 à l'initiative des héritiers du groupe. Le groupe est présent dans plus d'une centaine de pays et commercialise ses produits dans plus de 50.000 points de vente sous les marques Levi's, Denizen et Dockers...

T-Mobile US prend 4,6%, alors que le titre va remplacer la société Red Hat, dont IBM a bouclé le rachat hier, au sein de l'indice Standard & Poor's 500 à partir du lundi 15 juillet, a annoncé S&P Dow Jones Indices.

IBM (+0,8%) a annoncé la finalisation de l'acquisition de Red Hat pour une valeur totale d'entreprise de 34 milliards de dollars, dette comprise, opération initialement dévoilée en octobre 2018. 'Big Blue' entend ainsi diversifier ses activités sur des segments plus fortement margés. Il s'agit de la plus importante acquisition de l'histoire d'IBM, qui entend maintenant mettre l'accent sur le cloud computing. Selon les termes de la transaction, IBM a déboursé 190$ par titre Red Hat en cash. Red Hat, groupe de Raleigh fondé en 1993, Caroline du Nord, est le leader des solutions open source pour les entreprises. Son modèle de souscription permet aux clients de bénéficier de ses technologies de cloud, Linux, gestion, middleware, mobilité, stockage et virtualisation. Le groupe offre également des services de support, formation et consulting.

Tesla (+3,8%), alors que selon l'agence Bloomberg, le constructeur de voitures électriques se préparerait à accélérer la production au sein de son usine de Fremont en Californie. Rappelons que le groupe avait tenu ses promesses au 2ème trimestre en affichant des ventes record : Le constructeur a ainsi annoncé début juillet qu'il a livré 95.200 véhicules au 2ème trimestre, dont plus de 77.550 Model 3.
Tesla a ainsi pulvérisé le dernier record de 90.700 véhicules, réalisé sur le dernier trimestre de l'an passé. Après son précédent record de ventes du 4ème trimestre 2018, Tesla s'était heurté à des problèmes logistiques en début d'année et n'avait livré que 63.000 voitures au premier trimestre... Au T1, la firme avait enregistré une perte nette de 702 millions de dollars, et prévoit encore une perte pour le deuxième trimestre. En revanche, le constructeur table sur un retour aux profits au troisième trimestre 2019...

Amazon (+1,5%) pourrait bien atteindre un nouveau record de ventes lors de la 5e édition de ses journées annuelles de promotion "Prime Day", qui auront lieu les 15 et 16 juillet prochains, selon une enquête réalisée par les analystes de chez Cowen. Le programme de fidélité compte 63 millions d'abonnés aux Etats-Unis et 10% des non abonnés pourraient adhérer à cette occasion, selon l'établissement. L'an dernier, plus de 100 millions de produits avaient été écoulés...

KKR (+0,5%), le fonds d'investissement américain, a annoncé entrer en négociations exclusives en vue de céder une participation majoritaire dans le groupe français Webhelp, l'un des plus gros opérateurs européens de centres d'appel, au Groupe Bruxelles Lambert.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com