Cotation du 16/11/2018 à 23h18 Dow Jones Industrial +0,49% 25 413,22
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : dans le rouge, Tesla retombe

Clôture de Wall Street : dans le rouge, Tesla retombe
Clôture de Wall Street : dans le rouge, Tesla retombe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'est affiché en territoire négatif en clôture ce jeudi. Le S&P500 a perdu 0,14% à 2.853 pts. Le DJIA a cédé pour sa part 0,29% à 25.509 pts, seul le Nasdaq s'est adjugé 0,04% à 7.891 pts.
La tendance a été marquée par la poursuite du bras de fer entre la Chine et les États-Unis qui ont annoncé mardi que des prélèvements douaniers de 25% allaient être imposés sur 16 Mds$ de marchandises supplémentaires importées de Chine, et ce dès le 23 août. Comme prévu, le ministère chinois au commerce a répliqué hier par des droits de douane de 25% sur un montant équivalent de 16 milliards de dollars de produits américains. Les représailles prendront également effet le 23 août et porteront sur plus de 300 produits américains dont le diesel, le charbon, des produits médicaux, mais aussi des produits sidérurgiques ou des automobiles.
Le 'China Daily' a estimé ce jeudi que les États-Unis faisaient preuve d'une "mentalité mafieuse" en voulant imposer à la Chine des 'tarifs' douaniers supplémentaires. Le quotidien chinois promet une escalade supplémentaire.

Le Représentant américain au commerce Robert Lighthizer et le Ministre japonais de l'économie Toshimitsu Motegi devaient échanger ce soir notamment à propos de l'automobile et du marché agricole. Le Japon tentera d'éviter les taxes américaines sur l'automobile, alors que les USA espèrent probablement une baisse des tarifs douaniers japonais sur les importations agricoles et une levée des barrières non-tarifaires sur les imports automobiles. Ces échanges sont plutôt les bienvenus, après l'escalade des tensions commerciales entre Washington et Pékin...

ECO ET DEVISES

Le rouble a plongé au plus bas depuis novembre 2016, Washington ayant annoncé l'imposition de nouvelles sanctions contre Moscou, du fait du rôle supposé du Kremlin dans l'empoisonnement au Novichok de l'ancien agent de renseignement russe Sergueï Skripal à Salisbury en Angleterre. Les sanctions prendront effet 'autour' du 22 août, a affirmé le Département d'Etat américain...
Sur le Nymex américain, le baril de brut WTI évolue sur les 67$, alors que le Brent pointe en rebond de 0,5% sur les 72$ après sa chute de la veille... D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé hier par le Département à l'énergie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 1,4 million de barils sur la semaine close au 3 août, à 407,4 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 2,8 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 2,9 millions de barils contre un repli de 1,7 million anticipé, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont augmenté de 1,2 million de barils.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis ce jeudi, l'indice des prix à la production du mois de juillet 2018 est ressorti stable en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place et +0,3% pour sa lecture du mois antérieur. Hors alimentaire et énergie, le 'PPI' a augmenté de 0,1% par rapport au mois précédent, alors que le consensus était de +0,3%. En glissement annuel, le PPI grimpe de 3,3% en juillet et de 2,7% hors alimentaire et énergie.
Le Département US au Travail a annoncé que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 6.000 la semaine passée à 213.000. Le consensus tablait sur 220.000. La moyenne à quatre semaines atteint 214.250 pour la période terminant le 4 août, en retrait de 500 par rapport à la semaine antérieure.
Selon le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis ce jeudi, les stocks de grossistes du mois de juin 2018 sont ressortis en croissance de 0,1% en comparaison du mois antérieur à 632 millions de dollars, alors que les économistes de la place envisageaient en moyenne une stabilité. Par ailleurs, la croissance des stocks au mois de mai a été révisée à +0,3%, contre +0,6% précédemment annoncé. Les ventes de grossistes sont quant à elles ressorties à 507 Mds$ au mois de juin 2018, en repli de 0,1% par rapport au mois antérieur.
L'euro retombe ce soir sur les 1,1540/$ entre banques.

VALEURS EN VUE

Tesla (-4,8%) ne devrait pas échapper à une enquête de la SEC, gendarme américain des marchés financiers, si l'on en croit CNBC, qui cite notamment des spécialistes du droit des marchés. L'autorité financière pourrait donc mener son investigation au sujet des 'tweets' d'Elon Musk, patron de Tesla, concernant une éventuelle sortie de la cote de la compagnie californienne. D'ailleurs, selon le 'Wall Street Journal', la Securities and Exchange Commission aurait déjà demandé des renseignements à ce sujet !
Depuis l'intervention de Musk avant-hier soir, faite d'une série de 'tweets' ayant précédé un communiqué relatif au projet de sortie de la bourse, les débats font rage concernant la méthode de communication du patron de Tesla, certains évoquant même une possible manipulation de marché. D'après CNBC, qui cite des spécialistes du droit des marchés, Musk risque de possibles sanctions pénales civiles et même criminelles, s'il n'a pas effectivement sécurisé comme promis le financement de l'opération. D'anciens membres de la SEC expliquent à CNBC que l'autorité de marché a déjà ouvert un dossier et cherche de la documentation afin de confirmer les commentaires de Musk. La règle 14e-8 de la SEC interdit à des compagnies cotées d'annoncer des plans d'achat ou de vente de titres si les dirigeants n'entendent pas donner suite, n'ont pas les moyens de les finaliser, ou tentent de manipuler les cours...

Viacom (+5,3%) a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes du marché. Le propriétaire de Paramount Pictures et de MTV a enregistré sur son troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 511 millions de dollars ou 1,27$ par titre, contre un profit de 680 M$ ou 1,69$ par action un an plus tôt. Le bpa ajusté a atteint 1,18$ contre 1,07$ de consensus, alors que les revenus ont reculé de 4% à 3,237 Mds$, légèrement en-deçà des attentes des analystes. Le groupe a souffert du repli des recettes publicitaires aux Etats-Unis ainsi que de moindres commissions récoltées auprès des câblo-opérateurs et des distributeurs en ligne. Paramount Pictures, qui a renoué avec la rentabilité au deuxième trimestre, a en revanche bien performé sur le marché intérieur au cours du trimestre. Le carton du dernier 'Mission: Impossible' devrait également rapporter gros à Paramount au prochain trimestre.

21st Century Fox (+0,2%), dont les actifs majeurs devraient être prochainement repris par Walt Disney (+0,1%) dans le cadre d'une opération de plus de 70 milliards de dollars, a publié hier soir des résultats financiers trimestriels solides, dopés en particulier par les recettes du film 'Deadpool 2' et les profits du câble. Ainsi, la Fox a dépassé le consensus en termes de profits et de revenus. Le conglomérat média de Rupert Murdoch a affiché des ventes en croissance de 18% à 7,9 Mds$, contre 7,6 Mds$ de consensus. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires s'est envolé à 920 M$, le double de l'an dernier. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 57 cents, contre 54 cents de consensus.
L'opération de 71 Mds$ en cash et actions conclue avec Disney a déjà obtenu l'accord des régulateurs américains. Les autorités de concurrence d'une dizaine d'autres pays doivent toutefois valider cette gigantesque transaction.

Yelp (+26,6%), le groupe américain des avis participatifs en ligne et des notations sur les commerces, a annoncé de solides résultats qui réjouiront ses fans. Sur le second trimestre, le groupe de San Francisco a réalisé des revenus de 235 M$, contre 232 M$ de consensus. Les recettes publicitaires ont augmenté à 226 M$, contre 188 M$ un an auparavant. Le bénéfice net s'est établi à 11 M$, soit 12 cents par titre, alors que le bpa ajusté a atteint 38 cents, contre 25 cents de consensus. Le groupe a par ailleurs relevé ses prévisions annuelles. Les revenus de l'exercice sont attendus entre 952 et 967 M$, dont 242 à 246 M$ sur le trimestre clos en octobre.

Dun & Bradstreet (+15,8%), l'éditeur américain de données et d'analyses sur les entreprises a annoncé hier soir, après la clôture de Wall Street, son rachat programmé par les firmes CC Capital, Cannae Holdings, et des fonds affiliés à Thomas H. Lee Partners, LP, pour un montant totalisant 5,4 milliards de dollars en numéraire. Les actionnaires de D&B recevraient, selon les termes de l'opération, 145 dollars en cash pour chaque action ordinaire détenue, ce qui représente une prime d'environ 18% par rapport au cours de clôture de mercredi sur le NYSE américain. En tenant compte de la dette nette et des obligations de pension de 1,5 milliard de dollars de Dun & Bradstreet, l'opération est valorisée 6,9 milliards de dollars.

Rite Aid (-11,5%) et Albertsons ont mis un terme à leur projet de fusion chiffré à 24 milliards de dollars. La chaîne de distribution pharmaceutique et le groupe américain de grande distribution ont ainsi accepté d'abandonner leurs plans de rapprochement, face notamment à l'opposition de certains actionnaires. les influentes firmes de conseil Glass Lewis et Institutional Shareholder Services avaient pesé lourd dans la balance en juillet, en recommandant aux actionnaires de voter contre cette opération. Cerberus Capital Management, propriétaire d'Albertsons, n'est donc pas parvenu à ses fins, alors qu'un tel 'deal' lui aurait permis de faire entrer sa compagnie de distribution à Wall Street.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com