Cotation du 15/08/2018 à 22h52 Dow Jones Industrial -0,54% 25 162,41
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : au rebond grâce à Facebook et AMD !

Clôture de Wall Street : au rebond grâce à Facebook et AMD !
Clôture de Wall Street : au rebond grâce à Facebook et AMD !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street a repris de la hauteur jeudi, après 5 séances déprimées, les investisseurs se focalisant sur des résultats trimestriels meilleurs que prévu, notamment de la part d'AMD (+13,7%) et de Facebook dont le titre a flambé de 9%. En outre, après la clôture, Intel et Amazon ont eux aussi publié des comptes supérieurs aux attentes. Le dollar a poursuivi son ascension, et le pétrole a progressé, tandis que les taux se sont légèrement détendus, tout en restant accrochés à 3% pour le T-Bond à 10 ans.

A la clôture, le Dow Jones a avancé de 0,99% à 24.322 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 1,04% à 2.666 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a rebondi de 1,64%, à 7.118 pts.

Sur le marché des changes, le dollar a poursuivi sa remontée, au plus haut depuis la mi-janvier, ce qui pourrait peser sur la compétitivité des entreprises exportatrices américaines si la tendance haussière se confirmait. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises (euro, yen, dollar canadien, livre, franc suisse et couronne suédoise) a gagné 0,43% à 91,58. De son côté, l'euro a cédé près de 0,5% pour retomber au plus bas depuis le 11 janvier, à 1,2105$, après une réunion de la BCE qui a divisé les analystes.

Les taux américains à 10 ans toujours ancré sur les 3%

Sur les marchés obligataires, la remontée des taux d'intérêts américains a fait une pause : le rendement de l'emprunt d'Etat (T-Bond) à 10 ans a cédé 3 points de base, mais il est toujours à 3%, le seuil au-delà duquel les investisseurs craignent des effets négatifs pour les marchés d'actions. Ce taux évoluait autour de 2,4% à la fin 2017, et avait testé déjà brièvement les 3% fin février ; auparavant, il n'avait plus atteint ce seuil des 3% depuis plus de 4 ans, début 2014, mais il était alors rapidement retombé sous ce seuil.

Si le taux à 10 ans se hissait durablement au-dessus de 3% les investisseurs seraient tentés de délaisser les actions pour les obligations. Le rendement (dividendes) des actions américaines plafonnent en effet à environ 1,7% pour le S&P 500, tandis que la dette de l'Etat américain à 10 ans rapporte donc près de 3% par an. En outre, une hausse de taux pèserait sur les coûts financiers des entreprises qui s'endettent, ce qui réduirait d'autant leurs bénéfices. Enfin, une hausse des taux souverains aurait aussi des effets haussiers sur les prêts hypothécaires, ce qui pourrait faire ralentir le marché immobilier et peser sur la croissance économique américaine.

Les marchés dans l'attente du PIB du 1er trimestre, publié vendredi

Malgré la hausse du dollar (qui pèse généralement sur les cours des matières premières), le pétrole a progressé jeudi pour le 2ème jour consécutif. Le baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 0,21%, à 68,19$ (contrat à terme de juin sur le Nymex). Au moment de la clôture du Nymex, le Brent de la Mer du Nord prenait même 1% à 74,74$ le baril.

Les paris haussiers sur le pétrole ont repris de plus belle depuis la rencontre entre Donald Trump et Emmanuel Macron, dont il a émergé que le président américain semble déterminé à sortir de l'accord sur le nucléaire iranien. Un tel geste ouvrirait la voie à de nouvelles sanctions économiques américaines contre l'Iran, qui pourraient pénaliser les exportations pétrolières que Téhéran a pu reprendre depuis janvier 2016.

Aux Etats-Unis, les investisseurs seront attentifs vendredi à la publication de la premières estimation de la croissance du PIB américain au premier trimestre. Le consensus compilé par 'Bloomberg' table sur un ralentissement par rapport à la fin 2017, avec une progression du PIB de 2% en rythme annuel après 2,9% au 4ème trimestre 2017. La hausse des dépenses des ménages devraient avoir ralenti à +1,1% contre +4% au 4ème trimestre. Quant à l'indice d'inflation du PIB, il est anticipé à 2,4%.

En attendant le PIB, les investisseurs ont pris connaissance jeudi des inscriptions hebdomadaires au chômage, qui ont chuté plus que prévu (-24.000) la semaine passée à 209.000, tombant à leur plus faible niveau depuis 1969. Le consensus tablait sur 230.000 inscriptions.
Par ailleurs, les commandes de biens durables ont progressé de 2,6% en mars sur un mois, contre un consensus de place de +1,7% et un gain de +3,5% (revu à la hausse) en février. Enfin, le déficit commercial américain des biens pour le mois de mars 2018 est ressorti moins élevé qu'attendu, à 68 Mds$, contre 74,5 Mds$ de consensus de place, et 75,9 Mds$ en février.

VALEURS A SUIVRE

Après la clôture de Wall Street, les résultats d'Intel et d'Amazon ont été très bien accueillis, entraînant des hausses respectives de 7,6% et de 6,5% des titres des deux groupes dans les cotations post-séance. En revanche, l'action Microsoft reculait de 0,4% en cotations post-séance après une légère déception sur ses comptes, qui sont cependant ressortis supérieurs au consensus, tant pour les revenus que pour le bénéfice par action.

Facebook a flambé de 9% en clôture, effaçant les pertes subies ces derniers temps après l'affaire Cambridge Analytica concernant l'utilisation frauduleuse des données personnelles de utilisateurs du réseau social.

Les investisseurs ont été enchantés par les comptes trimestriels de Facebook, à commencer par des revenus en hausse de 49% en glissement annuel, à 11,97 Mds$ au premier trimestre. Les revenus publicitaires progressent de 50%, à 11,79 Mds$. Les bénéfices s'élèvent à 4,99 Mds$, contre 3,06 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Le bénéfice par action est ainsi de 1,69$, contre 1,04$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,35$, pour des revenus de 11,4 Mds$. Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens ressort à 1,45 milliard en moyenne en mars 2018, en croissance de 13% en glissement annuel. En base mensuelle, le nombre s'élève à 2,20 milliards au 31 mars 2018, en augmentation de 13%.

AMD a flambé de 13,7% après ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 81 M$ (0,08$ par action), contre une perte de 33 M$ (0,04$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 1,65 Md$, contre 1,18 Md$ un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,11$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,09$, pour des revenus de 1,57 Md$. Sur le second trimestre, le groupe vise des revenus d'environ 1,725 Md$ (plus ou moins 50 M$).

Ford (+2,8%) publie ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 1,74 Md$, contre 1,59 Md$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi de 0,43$, contre 0,40$ un an plus tôt. Les revenus ressortent à 41,96 Mds$, contre 39,15 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus "automotive" s'affichent à 39 Mds$, contre 36,5 Mds$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,41$, pour des revenus de 37 Mds$.

Visa (+4,8%) dévoile ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices s'élèvent à 2,61 Mds$ (4,46$ par action), contre 430 M$ (0,72$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,11$, en hausse de 30% en glissement annuel. Les revenus s'élèvent à 5,07 Mds$, contre 4,48 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,01$, pour des revenus de 4,8 Mds$.

General Motors (+0,4%) annonce ses comptes du premier trimestre. Les profits s'affichent à 1,04 Md$, contre 2,61 Mds$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi de 0,72$, contre 1,70$ un an plus tôt. Le bénéfice par action ajusté ressort à 1,43$, contre 1,75$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 36,1 Mds$, contre 37,3 Mds$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,24$, pour des revenus de 34,6 Mds$.

PepsiCo (+2,1%) présente ses comptes du premier trimestre. Les revenus progressent de 4% en glissement annuel, à 12,56 Mds$ (+2,3% en organique). Les bénéfices s'élèvent à 1,34 Md$ (0,94$ par action), contre 1,32 Md$ (0,91$ par action) un an avant. Le bpa "core" ressort à 0,96$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,93$, pour des revenus de 12,4 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa de 5,70$, pour des revenus en hausse d'au moins de 2,3%.

PayPal (+2,7%) annonce ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 511 M$ (0,42$ par action), contre 384 M$ (0,32$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,57$, contre 0,44$ un an plus tôt. Les revenus grimpent de 24% à 3,69 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,54$, pour des revenus de 3,6 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa compris entre 2,31 et 2,34$, pour des revenus entre 15,20 et 15,40 Mds$.

eBay (-5,6%) dévoile ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 407 M$ (0,40$ par action), contre 1,04 Md$ (0,94$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,53$, contre 0,49$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 2,58 Mds$, contre 2,30 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,53$, pour des revenus de 2,6 Mds$. Sur le second trimestre, le groupe vise un bpa compris entre 0,50 et 0,52$, pour des revenus entre 2,64 et 2,68 Mds$.

Qualcomm (+1,4%) présente ses résultats du second trimestre fiscal. Les revenus sont de 5,26 Mds$, contre 5 Mds$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 363 M$, contre 749 M$ un an plus tôt. Le bénéfice par action s'affiche ainsi à 0,24$, contre 0,50 sur la même période de l'exercice précédent. En non-GAAP, le bpa est de 0,80$, contre 1,34$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,70$, pour des revenus de 5,2 Mds$. Sur le troisième trimestre fiscal, le groupe vise des revenus compris entre 4,8 et 5,6 Mds$, pour un bpa entre 0,65 et 0,75$.

AT&T (-6%) publie ses comptes du premier trimestre. Les profits sont de 4,76 Mds$ (0,75$ par action), contre 3,5 Mds$ (0,56$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,85$, contre 0,74$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 38 Mds$, contre 39,4 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,87$, pour des revenus de 39,3 Mds$.

American Airlines (-6,3%) publie ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 186 M$ (0,39$ par action), contre 340 M$ (0,67$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,75$. Les revenus s'élèvent à 10,4 Mds$, contre 9,8 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,73$, pour des revenus de 10,4 Mds$. Sur le 2018, le groupe vise un bpa entre 5 et 6$.

Bristol-Myers Squibb (+0,5%) annonce ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 1,5 Md$ (0,91$ par action), contre 1,6 Md$ (0,94$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,94$, contre 0,84$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 5,19 Mds$, contre 4,93 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,85$, pour des revenus de 5,25 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa ajusté compris entre 3,35 et 3,45$ (contre une précédente fourchette de 3,15/3,30$).

UPS (+4,2%) présente ses résultats du premier trimestre. Les profits s'affichent à 1,35 Md$ (1,55 par action), contre 1,17 Md$ (1,33$ par action) un an avant. Les revenus montent de 10% à 17,1 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,54$, pour des revenus de 16,5 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa compris entre 7,03 et 7,37$.

Time Warner (-2,7%) annonce ses comptes du premier trimestre. Les profits sont de 1,64 Md$, contre 1,42 Md$ sur la même période de l'exercice précédent. Le bénéfice par action ressort à 2,07$, en hausse de 15% en glissement annuel. Le bpa ajusté est quant à lui de 2,28$, en croissance de 37%. Les revenus progressent de 3% à 8 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,74$, pour des revenus de 7,94 Mds$. Le groupe réaffirme par ailleurs ses objectifs annuels.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com