Cotation du 25/05/2018 à 22h46 Dow Jones Industrial -0,24% 24 753,09
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : Apple et l'emploi sauvent la fin de semaine

Clôture de Wall Street : Apple et l'emploi sauvent la fin de semaine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une semaine en dents de scie, la Bourse américaine a fini sur une note positive, vendredi, après la publication de chiffres de l'emploi rassurants en avril, et malgré de difficiles négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, qui n'ont pas progressé après deux jours de discussions à Pékin. L'action Apple (+3,9%), poids-lourd de la cote, a soutenu les indices, tandis que le pétrole a bondi sur fond de tensions géopolitiques et que le dollar s'est raffermi.

A la clôture, le Dow Jones a avancé de 1,39% à 24.262 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 1,28% à 2.663 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 1,71% à 7.209 pts. Sur l'ensemble de la semaine, le DJIA et le S&P 500 ont reculé d'environ 0,2% chacun, tandis que le Nasdaq a au contraire gagné 1,2% en 5 séances.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a repris le chemin de la hausse vendredi, progressant de 0,23% à 92,62, proche de son plus haut niveau depuis 4 mois. De son côté, l'euro a cédé 0,3% à 1,1954$. Sur les marchés obligataires, les taux des emprunts d'Etat se sont détendus pour le 2ème jour. Le rendement de l'emprunt américain (T-Bond) à 10 ans a cédé 1 point de base à 2,94%.

Les derniers chiffres de l'emploi cautionnent une approche graduelle de la Fed

Les taux, qui ont nettement progressé depuis début avril sur fond d'accélération de l'inflation, se sont calmés après la réunion de la Fed tenue cette semaine. La banque centrale américaine a en effet pris acte que l'inflation approchait de son objectif de 2%, mais pour autant, la Fed n'a pas manifesté d'impatience à relever ses taux au-delà des 3 tours de vis déjà anticipés cette année par les marchés.

Les chiffres de l'emploi en avril, publiés vendredi, ont conforté les marchés dans l'idée que la Fed n'ira pas au-delà de ces 3 tours de vis (dont un déjà effectué en mars). En effet, si le taux de chômage a reculé à 3,9% (contre 4,1% en mars), au plus bas depuis 2000, le nombre de créations d'emploi est en revanche ressorti inférieur aux attentes. Ainsi, 164.000 postes non-agricoles dont été créés, contre 191.000 de consensus de place et 135.000 en mars. En outre, l'inflation salariale s'est établie à 2,6% en rythme annualisé en avril, en dessous du consensus (2,7%) ce qui retire un peu de pression sur la Fed.

L'Iran agite le marché pétrolier, pas d'accord commercial entre Washington et Pékin

Par ailleurs, les cours du pétrole ont progressé, toujours soutenus par les craintes sur l'approvisionnement mondial dans le cas, de plus en plus probable, où Donald Trump retirerait les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Le président américain doit se prononcer sur la question d'ici au 12 mai.

Vendredi soir, le cours du baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a bondi de 1,89% à 69,72$, pour le contrat à terme de juin sur le Nymex. Le Brent de la Mer du nord a progressé de 1,70%, à 74,87$ le baril. Sur l'ensemble de la semaine, le WTI a gagné 2% et le Brent a progressé plus modestement de 0,3%. Les deux types de pétrole brut évoluent près de leurs plus hauts niveaux depuis près de 3 ans et demi, en novembre 2014.

Sur le front commercial, les négociations tenues jeudi et vendredi à Pékin n'ont débouché sur aucun accord, ni même d'avancée concrète... Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, et Liu He, vice-premier ministre de Xi Jinping, se sont rencontrés longuement, à trois semaines de la mise en oeuvre des droits de douane dont Washington menace Pékin. Wilbur Ross, secrétaire au commerce, ainsi que Larry Kudlow et Peter Navarro, participaient aux échanges.

Selon l'agence de presse chinoise 'Xinhua', les hauts responsables de la Chine et des Etats-Unis sont certes parvenus à un consensus sur certaines questions, mais les désaccords sur d'autres points demeurent conséquents. Toutefois, le dialogue est appelé à se poursuivre entre les deux premières puissances économiques mondiales.

VALEURS A SUIVRE

L'action d'Apple (+3,9%) a profité d'une information selon laquelle le milliardaire américain Warren Buffett a augmenté sa participation dans la firme à la pomme... Au premier trimestre, Berkshire Hathaway (+1,9%) a acquis 75 millions de titres Apple supplémentaires ! D'après les informations publiées jeudi par la chaîne 'CNBC', les nouvelles actions acquises s'ajoutent aux 165 millions de titres déjà détenus par Berkshire en fin d'année dernière. 'CNBC' ajoute que Warren Buffett ne tarit pas d'éloges au sujet du groupe californien à la pomme. D'après le gourou d'Omaha, Apple est donc "une compagnie incroyable". Buffett insiste : "Si vous regardez Apple, je pense qu'ils gagnent pratiquement deux fois plus que la seconde compagnie la plus rentable aux Etats-Unis"...

L'action Tesla (+3,4%) a vivement rebondi vendredi après une chute de 5,6% la veille, liée à l'attitude méprisante d'Elon Musk, le patron du constructeur d'automobiles électriques, vis-à-vis d'analystes financiers lors de la conférence téléphonique sur les comptes du groupe au 1er trimestre. Après avoir snobé certains analystes, Elon Musk s'est justifié vendredi, et a estimé que "les 2 intervenants que j'ai ignorés sur la conférence call du premier trimestre sont des analystes "sell-side" qui représentent une thèse de vendeur à découvert, et non pas des investisseurs"... Le milliardaire s'est insurgé contre les spéculateurs qui "shortent" (vendent à découvert, c'est-à-dire parient sur la baisse du titre) : "il est important de savoir que Tesla est l'action la plus "shortée" sur le marché et l'a été depuis un certain temps", a-t-il déploré.

Rappelons que les résultats de Tesla au 1er trimestre étaient ressortis supérieurs aux attentes, même si le groupe continue de brûler beaucoup de cash, faisant craindre le risque d'une opération de levée de fonds ou d'endettement supplémentaire vers la fin de l'année.

Le distributeur Wal-Mart (+1,5%) semble sur le point de remporter la bataille pour le contrôle de l'indien Flipkart. Egalement convoité par Amazon (+0,56%), le groupe de commerce en ligne indien aurait finalement opté pour l'offre d'un groupement mené par Wal-Mart. Ainsi, le conseil de Flipkart aurait approuvé une proposition de 15 Mds$ de Wal-Mart et de ses alliés (dont Alphabet-Google) pour la cession de 75% du capital, selon l'agence 'Bloomberg'.

GoPro (+9,9%) a publié ses comptes du premier trimestre. Le groupe enregistre une perte nette de 76,3 M$ (0,55$ par action), contre 111,2 M$ (0,78$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent 202,3 M$, contre 218,6 M$ un an plus tôt. En base ajustée, la perte par action ressort à 0,34$, contre 0,44$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,38$, pour des ventes de 182 M$.

Pandora Media (+20%) a dévoilé ses résultats du premier trimestre. Le groupe affiche une perte de 139 M$ (0,55$ par action), contre une perte de 132 M$ (0,56$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action ressort à 0,27$, contre 0,24$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 319 M$, contre 316 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,38$, pour des revenus de 304 M$.

CBS (+9%) a annoncé ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 511 M$ (1,32$ par action), contre une perte de 252 M$ (0,61$ par action) un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 1,34$, en progression de 26% en glissement annuel. Les revenus s'élèvent à 13% à 3,76 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,18$, pour des revenus de 3,6 Mds$.

Weight Watchers (+0,2%) a présenté ses comptes du premier trimestre. Les profits sont de 39,1 M$ (0,56$ par action), contre 10,7 M$ (0,16$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 408 M$, contre 329 M$ un an plus tôt, et 389 M$ de consensus. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa logé entre 3 et 3,20$, contre une précédente fourchette de 2,40/2,70$.

Fluor (-22%) a annoncé ses comptes du premier trimestre. La perte nette ressort à 18 M$ (0,13$ par action), contre des profits de 61 M$ (0,43$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,56$. Les revenus s'élèvent à 4,82 Mds$, stables par rapport à l'an dernier. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,77$, pour des revenus de 4,7 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa situé entre 2,10 et 2,50$, contre une précédente fourchette de 3,10/3,50$.

Newell Brands (+3,6%) a publié ses résultats du premier trimestre. Le groupe affiche des profits de 53,3 M$ (0,11$ par action), contre 638,5 M$ (1,31$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,34$. Les revenus baissent de 7,6% à 3 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,26$, pour des revenus de 3 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa entre 2,65 et 2,85$, pour des revenus de 14,4 et 14,8 Mds$. Newell annonce par ailleurs, dans le cadre d'un plan plus global de réorganisation, un accord pour la vente de Waddington Group, fabricant et distributeur d'emballages, à Novolex Holdings pour 2,3 Mds$.

VF Corp (-2,8%) a dévoilé ses comptes trimestriels. Le résultat net est de 252,8 M$ (0,63$ par action), contre 209,2 M$ (0,50$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,67$. Les revenus s'élèvent à 3 Mds$, contre 2,5 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,55$, pour des revenus de 2,6 Mds$. Sur l'exercice fiscal, le groupe vise un bpa entre 3,48 et 3,53$, pour des revenus entre 13,45 et 13,55 Mds$.

Alibaba (+3,5%), géant chinois du e-commerce, a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les revenus grimpent de 61% en glissement annuel, à 9,87 Mds$. Les profits sont de 1,2 Md$, faisant ressortir un bénéfice par action de 0,46$. En non-GAAP, le bpa s'affiche à 0,91$, en progression de 32% par rapport à l'an dernier. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,86$, pour des revenus de 9,3 Mds$.

Celgene (+1,7%) a présenté ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices s'élèvent à 846 M$ (1,10$ par action), contre 932 M$ (1,15$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 2,05$. Les revenus s'affichent à 3,54 Mds$, contre 2,96 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,96$, pour des revenus de 3,5 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa de 8,45$, pour des revenus de 14,8 Mds$.

Activision Blizzard (+4,5%). L'éditeur de jeux vidéo a publié ses comptes du premier trimestre. Les revenus sont de 1,96 Md$, contre 1,73 Md$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 500 M$, contre 426 M$ il y a un an. Le bpa ressort à 0,65$, contre 0,56$ un an plus tôt. En non-GAAP, le bpa s'affiche à 0,78$, contre 0,72$ sur la même période de l'exercice précédent. Sur 2018, le groupe vise un bpa de 2,46$, pour des revenus de 7,36 Mds$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Clôture de Wall Street : Apple et l'emploi sauvent la fin de semaine

Partenaires de Boursier.com