Cotation du 24/11/2020 à 23h11 Dow Jones Industrial +1,54% 30 046,24
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : ambiance lourde, hausse des taux en vue...

Clôture de Wall Street : ambiance lourde, hausse des taux en vue...
Clôture de Wall Street : ambiance lourde, hausse des taux en vue...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une valse-hésitation, mercredi, la Bourse américaine a pris jeudi la direction de la baisse, dans la crainte d'un tour de vis de la Fed sur ses taux directeurs d'ici à l'été. Les Minutes (le compte-rendu) de la dernière réunion de la Fed, les 26 et 27 avril dernier, ont montré que la plupart des membres de la Fed étaient prêts à relever les taux en juin, sauf accident macro-économique. Jeudi, le pétrole a démarré la séance en baisse, mais a fini à l'équilibre, ce qui a permis aux indices boursiers de limiter leurs pertes.

A la clôture, le Dow Jones a fini jeudi en recul de 0,52% à 17.435 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,37% à 2.040 points et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs "technos" et "biotechs", a reculé de 0,56% à 4.712 points.

Les investisseurs sont toujours sous le choc du ton plus "faucon" (haussier) que "colombe" des Minutes. Ce compte-rendu a montré que les marchés avaient sans doute été trop complaisants ces dernières semaines en tablant sur un statu quo sur les "fed funds" jusqu'à l'automne, voire plus tard... Lors de la réunion des 26 et 27 avril, "la plupart des participants" ont ainsi jugé que "si les prochaines statistiques confirment le redressement de l'économie au deuxième trimestre, ainsi que l'amélioration du marché de l'emploi et la progression de l'inflation en direction de l'objectif de 2% fixé par le Comité, il sera alors probablement approprié pour ce Comité de relever le taux des "fed funds" en juin".

La probabilité d'une hausse en juin a bondi de 4% début mai à 30% jeudi !

Toutefois, les participants ont "émis des opinions variées" sur la probabilité que les statistiques permettent de relever les taux. Au sujet d'un nouveau geste en juin, ils se sont accordés sur le fait qu'ils conserveraient "leurs options ouvertes" et maintiendraient la flexibilité au sujet de leur décision, en fonction de l'évolution de l'économie.

Jeudi, le président de la Fed de New York, William Dudley, a confirmé jeudi que la Fed envisageait de relever ses taux en juin ou en juillet. "Si je suis convaincu que mes prévisions sont réalisables, alors je pense qu'un resserrement monétaire cet été en juin-juillet, est une prévision raisonnable", a ainsi déclaré M. Dudley.

Le marché à terme sur les "fed funds" montre que les attentes des "traders" pour une hausse des taux se sont brusquement renforcées. Ainsi, ils tablaient la semaine dernière sur une probabilité quasi nulle (4%) que la Fed relève ses taux en juin, un chiffre qui est passé à 10% mercredi avant la publication des Minutes, et a ensuite flambé jeudi pour atteindre 30% !

Les Minutes de la Fed ont aussi envoyé une onde de choc à travers les marchés obligataires, des changes et du pétrole. Le cours de l'or noir a chuté en début de journée, plombé par un renforcement du dollar, mais il a regagné le terrain perdu en fin de journée. Le baril de référence (WTI) pour livraison en juin, a fini presque stable jeudi soir à 48,19$ à New York.

De nouveaux indicateurs économiques plutôt bien orientés

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat (T-Bonds) à 10 ans, qui avait bondi de 9 points de base mercredi, à 1,86%, a cédé 1 pdb à 1,85%. Sur le marché des changes, le dollar a continué de grimper, notamment face à l'euro. La devise européenne, qui avait reculé mercredi de 0,8%, a encore cédé 0,15% à 1,1201$ en fin de soirée dans les échanges interbancaires à New York. La volatilité, mesurée par l'indice Vix (aussi appelé "indice de la peur"), a rebondi de 2,7% à 16,3.

Les statistiques américaines publiées jeudi n'ont pas remis en cause le scénario d'une croissance modérée de l'économie outre-Atlantique, renforçant les craintes d'un resserrement monétaire. Les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé de 16.000 la semaine dernière à 278.000, alors que le consensus s'attendait à 275.000.

L'indice de la Fed de Philadelphie a déçu en mai, ressortant négatif à -1,8 alors que le consensus tablait sur +3. L'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago est en revanche ressorti meilleur que prévu en avril à +0,1, contre -0,55 en mars, et alors que le consensus attendait un chiffre de -0,2. L'indice des indicateurs économiques avancés, calculé par le Conference Board, a lui aussi fait mieux que prévu, à +0,6% contre +0,4% attendu.

Wal-Mart fait mieux que prévu, mais Victoria's Secret­ (L Brands) déçoit

Du côté des valeurs, le titre de Wal-Mart s'est distingué à la hausse, avec un bond de 9,6%. Le premier distributeur mondial a publié jeudi des résultats trimestriels meilleurs que prévu. Le bénéfice ajusté par action s'est logé à 98 cents, largement supérieur au consensus (88 cents). Les ventes de Wal-Mart US à magasins comparables ont progressé de 1%, hors variations des prix de l'essence, ce qui ressort également meilleur que prévu.

L'équipementier réseaux Cisco Systems a lui aussi profité de l'annonce, mercredi après la clôture, de résultats de bonne facture, ainsi que de prévisions optimistes pour le trimestre en cours. Le titre de Cisco a bondi de 3,2%.

Le géant de l'agrochimie Monsanto a grimpé de 3,5%. Le groupe a indiqué jeudi avoir reçu une offre d'achat non sollicitée de la part du groupe chimiste allemand Bayer. A ce stade, la proposition de Bayer n'est pas ferme, a expliqué Monsanto dans un communiqué, avant d'ajouter que son conseil d'administration va examiner la demande en mariage avec l'aide de ses conseils financiers.

Tesla Motors a perdu 7% en séance avant d'inverser la tendance et de finir en hausse de 1,9% en clôture, après l'annonce d'une augmentation de capital destinée à financer l'accélération du lancement de son Model 3. 1,4 Md$ d'actions nouvelles seront émises et 0,6 Md$ seront mises en vente par le patron et fondateur du groupe Elon Musk. L'objectif du constructeur de voitures électriques est de doper la capacité de production de l'usine de Fremont, Californie, à 500.000 unités en 2018 contre 50.000 l'an dernier. Le Model 3, dont les réservations ont connu un vif succès depuis la présentation du véhicule fin mars, devrait grandement solliciter l'unité de production.

Enfin, L Brands, la maison mère de la marque de sous-vêtements Victoria's Secret a quelque peu déçu le marché (-4,9%) en publiant ses résultats trimestriels. Le bénéfice par action a pourtant dépassé les attentes, à 59 cents, contre 61 cents un an plus tôt, et 55 cents attendus. Les revenus se sont établis à 2,61 Mds$, contre 2,51 Mds$ un an plus tôt. Le consensus de place s'attendait à des vents légèrement supérieures à 2,62 Mds$. Surtout, le groupe a abaissé ses estimations de bénéfices annuel, et a indiqué s'attendre à un déclin des ventes à base comparable sur le mois de mai. Le bpa ajusté annuel est maintenant attendu entre 3,60 et 3,80$, contre une guidance antérieure allant de 3,90 à 4,10$. Le groupe n'a pas donné d'indication sur ses prévisions de chiffre d'affaires annuel, attendu jusqu'ici en hausse de 0% à 5%.

©2016-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !