Cotation du 18/01/2019 à 22h43 Dow Jones Industrial +1,38% 24 706,35
  • DJIND - US2605661048

Clôture de Wall Street : 2018, c'est fini !

Clôture de Wall Street : 2018, c'est fini !
Clôture de Wall Street : 2018, c'est fini !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Sreet a terminé sa course en territoire positif ce lundi, terminant ainsi l'année 2018 sur une note positive. Le Président américain Donald Trump a contribué à cet optimisme ambiant, après avoir rassuré concernant les négociations commerciales avec la Chine. "Je viens juste d'avoir une longue et très bonne conversation téléphonique avec le Président Xi de Chine. L'accord avance très bien. S'il est réalisé, il sera très complet et couvrira tous les sujets, domaines et points de litige. Gros progrès en cours!", a ainsi tweeté Trump ce week-end. Le DJIA a repris 1,15% à 23.327 pts, le Nasdaq avance de 0,77% à 6.635 pts, et le S&P500 a gagné 0,85% à 2.507 pts.

Sur l'ensemble de l'année 2018, le Dow Jones perd 5,6%, le Nasdaq cède 3,9% et le S&P500 recule de 6,2%. Sur le seul mois de décembre, les trois principaux indices US chutent de 8 à 9%.

L'espoir est donc (à nouveau) de rigueur concernant ces négociations sino-américaines, Pékin ayant d'ailleurs ouvert la semaine dernière pour la toute première fois la porte aux importations de riz en provenance des Etat-Unis ! Le feu vert des douanes chinoises a été confirmé vendredi par un communiqué publié sur leur site. Évidemment, rien ne dit que ces quantités de riz américain importé soient extraordinaires, mais la décision constitue un nouveau signal d'apaisement des tensions commerciales entre les deux superpuissances.

Les Etats-Unis et la Chine ont prévu une réunion en janvier, suite à la trêve conclue en début de mois à Buenos Aires entre Donald Trump et Xi Jinping.

Les médias chinois se sont montrés plus modérés que Trump au sujet des discussions actuelles. D'après eux, Xi espère tout de même un accord mutuellement bénéfique... Le 'Wall Street Journal' rapporte pour sa part que la Maison Blanche presse la Chine, afin d'obtenir plus de détails sur la manière dont elle pourrait soutenir les exportations américaines ou assouplir ses régulations.

Dans le même temps, les statistiques économiques chinoises les plus récentes confirment le franc ralentissement économique en cours, du fait sans doute du conflit commercial violent des derniers mois avec les USA. Ainsi, l'activité manufacturière chinoise s'est contractée pour la première fois en deux ans, alors que les services ont poursuivi quant à eux leur expansion.

Le rythme des réformes devrait ressortir soutenu en Chine l'an prochain, a fait savoir ce lundi le président Xi Jinping, s'engageant à ouvrir davantage le pays dans un discours relayé par les médias locaux à l'occasion des voeux de Nouvel An. Xi a donc assuré que la Chine allait persister sur la voie de la réforme et de l'ouverture. Il n'a toutefois pas évoqué l'affrontement commercial avec les États-Unis. Pour le dirigeant chinois, 2019 devrait apporter des opportunités et des défis.

L'indice manufacturier de la Fed de Dallas pour le mois de décembre 2018 est ressorti négatif et très largement inférieur au consensus des économistes de la place. L'indice d'activité générale s'établit à -5,1 selon le rapport du jour, contre un consensus de place logé à +17 et un niveau de +17,6 pour le mois antérieur. Une lecture négative de l'indicateur signale une contraction de l'activité manufacturière dans la région. Rappelons toutefois que cet indicateur manufacturier de Dallas est assez étroitement lié aux prix du pétrole. La baisse prononcée des prix de l'or noir explique donc en partie cette faiblesse très inattendue de l'indice.

L'indice PMI manufacturier américain sera annoncé mercredi à 15h45, alors que les chiffres de l'emploi de Challenger et d'ADP seront communiqués jeudi, à respectivement 13h30 et 14h15. Les inscriptions au chômage (14h30) et l'ISM manufacturier américain (16h) seront annoncés également jeudi.

Le 'shutdown' administratif partiel se poursuit quant à lui depuis le 22 décembre aux Etats-Unis, alors que Trump maintient la pression afin d'obtenir du Congrès un vote favorable au financement (de 5 milliards de dollars !) de son mur à la frontière avec le Mexique. Sur le réseau social Twitter, le Président américain s'amuse encore du fait que Barack Obama et son épouse disposent d'un mur autour de leur luxueux manoir de Washington, dans lequel ils vivent depuis la fin de la présidence Obama. "Je suis d'accord, totalement nécessaire pour leur protection et leur sécurité. Les U.S. ont besoin de la même chose, mais une version légèrement plus grande!", trolle encore Trump.

VALEURS A SUIVRE

Microsoft (+1%) est redevenu en fin d'année la première capitalisation boursière de Wall Street. Après un gain de 18% cette année, le dossier capitalise 779 milliards de dollars.

Apple (+1%) pèse pour sa part 748 milliards de dollars, après avoir cédé près de 7% en bourse depuis le 1er janvier, du fait des craintes de ralentissement de la demande affectant son principal produit, l'iPhone.

Amazon (+2%), le géant du commerce en ligne, vaut 734 milliards de dollars à Wall Street, après une performance annuelle de +28%. Son patron Jeff Bezos affiche désormais une fortune de 124 milliards de dollars, ce qui fait de lui l'homme le plus riche du monde. Le titre accroît encore ses gains annuels ce jour, alors que le groupe entend, selon 'le Wall Street Journal', développer les magasins Whole Foods à travers les USA.

Alphabet (stable), maison-mère de Google, vaut 722 milliards de dollars. Le titre n'a pratiquement pas évolué depuis le début de l'année, en très léger repli de moins de 2%, ce qui constitue tout de même une 'surperformance' par rapport au marché.

Facebook (-2%) vaut 376 milliards de dollars après un plongeon de 27% cette année, suite aux affaires concernant l'utilisation des données personnelles de ses utilisateurs, qui ont écorné sa réputation.

Exxon Mobil (stable) ne pèse plus que 288 milliards de dollars à Wall Street, victime de la chute des cours du brut. Le titre trébuche de 19% sur l'année.

Tesla (stable) n'est pas encore un géant de Wall Street avec son poids boursier de 57 milliards, mais c'est sans doute du groupe d'Elon Musk que l'on aura le plus entendu parler cette année sur la cote américaine. La performance boursière annuelle du concepteur californien de voitures électriques est de 6%, masquant une extrême volatilité.

Canada Goose Holdings bondit de 4% à Wall Street, sur des rapports de presse faisant état d'une forte affluence depuis l'ouverture vendredi de son magasin chinois de Pékin.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com