Cotation du 13/07/2020 à 23h16 Nasdaq Composite -2,13% 10 390,84
  • NASDAQ - XC0009694271

Bourse : les compagnies chinoises deviennent indésirables à Wall Street

Bourse : les compagnies chinoises deviennent indésirables à Wall Street
Bourse : les compagnies chinoises deviennent indésirables à Wall Street
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Sur fond de regain des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, le Congrès américain planche sur une loi qui contrôlerait strictement les conditions de cotation et de levées de fonds des entreprises chinoises à Wall Street.

Le texte, qui a été approuvé mercredi par le Sénat, a majorité républicaine, va être examiné par la chambre des représentants (dominée par les démocrates), où il devrait aussi obtenir une majorité favorable, selon la presse américaine.

De son côté, le gestionnaire du marché Nasdaq, Inc. s'apprête aussi à restreindre l'accès à la Bourse américaine aux entreprises chinoises, après plusieurs affaires de fraude, dont la dernière concerne la chaîne de cafés Luckin Coffee. Le "Starbucks chinois", introduit il y a peine un an sur le Nasdaq, a reçu cette semaine un avis de radiation du Nasdaq après avoir admis début avril avoir falsifié ses comptes de 2019...

Les firmes chinoises sommées de se laisser auditer par les autorités américaines

Le projet de loi adopté mercredi à l'unanimité par le Sénat américain exige que les sociétés chinoises souhaitant se faire coter aux Etats-Unis ou lever des capitaux dans le pays apportent la preuve qu'elles ne sont pas détenues ou contrôlées par l'Etat chinois.

En outre, le texte exige que ces sociétés fassent l'objet d'un audit par le Public Company Accounting Oversight Board, l'organe de contrôle en charge des audits financiers des entreprises américaines avant de lever des fonds. Or, Pékin s'est jusqu'ici toujours opposé à ce que des auditeurs américains mènent leurs travaux sur son territoire.

Le texte a été inscrit dès jeudi au programme de la chambre par le député démocrate de Californie Brad Sherman. Selon des sources citées par le site 'MarketWatch', il ne devrait pas subir de transformations majeures, et pourrait être adopté d'ici à la fin du mois de mai. Il serait ensuite rapidement transmis au président américain Donald Trump en vue de sa promulgation.

Les groupes chinois visent désormais la Bourse de Hong Kong

Cette nouvelle législation est de nature à décourager des sociétés chinoises de faire appel aux marchés financiers américains, et pourrait même entraîner des départs d'entreprises chinoises déjà cotées à Wall Street vers d'autres horizons boursiers, notamment la Bourse de Hong Kong.

Plus de 150 entreprises chinoises sont actuellement cotées aux Etats-Unis, dont les plus connues sont les groupes de commerce en ligne Alibaba et JD.Com et le moteur de recherche Baidu. Les groupes chinois affichaient en 2019 une capitalisation boursière globale de 1.200 milliards de dollars à Wall Street, selon les chiffres d'une commission du Congrès américain.

Le moteur de recherche Baidu envisagerait de quitter Wall Street

Depuis novembre 2019, Alibaba est toutefois également coté à Hong Kong, où le géant chinois du ecommerce a levé environ 11 milliards de dollars. Baidu, ainsi que NetEase et Ctrip ont entamé des démarches préliminaires pour se faire également coter à Hong Kong, avait révélé 'Reuters' dès le mois de janvier.

Selon des sources citées ce jeudi par l'agence d'informations financières, Baidu étudierait actuellement les moyens de quitter le Nasdaq pour rejoindre une autre plateforme de cotation non spécifiée. Le groupe, dont le cours de Bourse a perdu 60% depuis son pic de mai 2018, estimerait être sous-valorisé aux Etats-Unis.

De son côté, JD.com préparerait une cotation secondaire à Hong Kong en juin, et espère lever à cette occasion jusqu'à 3 Mds$, selon des sources citées fin avril par 'Reuters'.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !