Cotation du 24/09/2021 à 18h05 CAC 40 -0,95% 6 638,46
  • PX1 - FR0003500008

Bilan hebdo : l'emploi américain plombe le CAC 40

Bilan hebdo : l'emploi américain plombe le CAC 40
Bilan hebdo : l'emploi américain plombe le CAC 40
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — La mauvaise nouvelle a bien eu lieu. Mais les marchés ne l'ont finalement pas bien accueillie, contrairement à ce que de nombreux observateurs attendaient... On parle bien sûr des chiffres de l'emploi américain qui ont fortement déçu avec seulement 235.000 créations de postes non-agricoles, contre un consensus de marché de 750.000 ! De quoi retarder le prochain tapering de la Fed, ce qui serait plutôt une bonne nouvelle ? Les prochaines données macro seront en tous cas à surveiller d'autant plus près que dans un contexte inflationniste, le salaire horaire moyen a grimpé deux fois plus que prévu en août, en hausse de 0,6% par rapport au mois antérieur. Si la Réserve fédérale ne doit pas retirer trop vite son soutien à l'économie, elle doit dans le même temps faire attention à ne pas laisser filer l'inflation.

Sur le Vieux continent, ce sera au tour de la BCE d'être à l'honneur jeudi prochain. Il sera également question de rachat d'actifs et d'inflation.

Sur le front des valeurs, l'actualité est restée encore clairsemée en cette semaine de rentrée scolaire. Les comptes annuels de Pernod Ricard ont été salués alors que Valneva a poursuivi son impressionnant parcours boursier. A l'inverse, Carrefour a été chahuté après l'annonce de la sortie du capital de Bernard Arnault, actionnaire du distributeur depuis 14 ans. Plombé par l'emploi américain, le CAC40 limite ses gains à +0,17% sur cinq séances, à 6.690 points ce vendredi soir.

LES VALEURS

* Valneva gagne encore 24% à plus de 20 euros. La société spécialisée dans le développement de vaccins a annoncé que le Département américain de la défense a exercé la première option annuelle du contrat signé en septembre 2020 pour la fourniture de nouvelles doses de son vaccin contre l'encéphalite japonaise IXIARO. Compte tenu de l'impact de la pandémie de COVID-19 sur les opérations du DoD, les termes de l'option ont été amendés et comprennent désormais un minimum de 200.000 doses pour cette première option annuelle, pour une valeur d'environ 28,8 M$. La valeur minimum totale du contrat est désormais de 118 M$, au lieu de 135 M$ dans le contrat initial, sous réserve de l'exercice de la seconde option annuelle dont la valeur demeure inchangée. Le laboratoire de Saint-Herblain avait annoncé la semaine dernière qu'il avait commencé la soumission progressive du dossier de demande d'autorisation initiale de son candidat vaccin contre la Covid-19, VLA2001, auprès de l'agence de santé britannique MHRA.

* Technip Energies s'adjuge 6,6% sur la semaine alors que TechnipFMC a annoncé la vente de 17,6 millions de titres TE par le biais d'une transaction de vente privée avec HAL Investments, la filiale d'investissement néerlandaise de HAL Holding. Le prix de cession a été fixé à 11,15 euros par action, pour un produit brut total de 196,2 millions d'euros. HAL a accepté un lock-up de 180 jours pour ses actions Technip Energies. A l'issue de la cession, représentant environ 9,9% du capital social émis et en circulation de Technip Energies, TechnipFMC conserve une participation directe d'environ 12,3% dans Technip Energies.

* Nexans prend aussi 6,6%, bien aidé par une note de Goldman Sachs qui a revalorisé le câblier de 92 à 102 euros tout en maintenant son avis 'achat'.

* Atos remonte de 5,4% alors que le titre est en grande difficultés depuis le début de l'année.

* Arkema s'adjuge 4%. Le titre du chimiste a été soutenu par plusieurs notes d'analystes dans la mesure où Citi a repris la couverture du dossier à l''achat' en visant 129 euros et que HSBC est repassé à l''achat' sur la valeur avec une cible de 129 euros. La banque sino-britannique s'attend à ce que l'acquisition prévue des adhésifs d'Ashland soutienne la spécialisation, stimule la croissance et le profil de marge à long terme de la société.

* CGG grimpe de 3%. Le secteur pétrolier a une nouvelle fois bénéficié de la bonne orientation des cours de l'or noir après la réunion sans surprise de l'Opep+, qui a confirmé la hausse progressive de sa production. Les gros dégâts causés par la tempête Ida dans le Golfe du Mexique ont également poussé les cours du brut à la hausse.

A l'inverse, * Carrefour décroche de 8% à la suite de l'annonce de la sortie du capital de Bernard Arnault, actionnaire du distributeur depuis 14 ans. Le groupe Agache, l'un des holdings de Bernard Arnault, a en effet annoncé sa décision de solder sa participation dans le Groupe, soit 5,7%. Le patron de LVMH était l'un des trois grands actionnaires de Carrefour, avec la famille Moulin et l'homme d'affaires brésilien Abilio dos Santos Diniz. Il avait commencé à céder une partie de sa participation dans Carrefour en 2020 après avoir acquis 9,8% dans Carrefour - aux côtés de Colony Capital et Axon Capital - en 2007.

* Faurecia cède 5% avec Plastic Omnium (-6%) et Valeo (-3,4%). Le compartiment automobile continue à souffrir de la pénurie de composants électroniques qui contraint les constructeurs à ralentir, voire arrêter, leur production de véhicules.

* Lagardère recule de 4,6%. Financière Agache, holding de Bernard Arnault, va céder l'intégralité de sa participation dans Lagardère Capital, holding personnelle d'Arnaud Lagardère, en contrepartie d'actions du groupe Lagardère, a annoncé mercredi Lagardère Capital. Cette opération, qui sera bouclée "au plus tard début octobre", s'accompagnera de l'extinction du pacte d'actionnaires entre les holdings des deux hommes d'affaires. A l'issue de l'opération, la participation de Financière Agache dans Lagardère, dont le statut a été modifié en société anonyme cette année, devrait passer d'un peu plus de 7% à près de 10%.

* Alstom se replie de 6% sur la semaine. Le groupe ferroviaire, qui continue à être délaissé par les opérateurs, fournira au SYTRAL (Syndicat des Transports de l'Agglomération Lyonnaise) 35 rames Citadis supplémentaires dans le cadre du plan " Destinations 2026 ", qui prévoit la mise en service et le prolongement de nouvelles lignes de tramways. Cette commande, d'un montant de 115 millions d'euros, constitue une levée d'option du contrat-cadre signé en 2018.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !