Accueil
»
Forums
»
Le Bistrot du Boursier
»
Consultation

SCAF et ... vote des députés allemands

Messages

Nouveau sujet + Signaler un abus
Le 12/02/2020 à 10h41 / message No.1 Par carlesien

SCAF et ... vote des députés allemands

Le futur avion de combat européen, censé remplacer à terme Rafale et Eurofighter et donner une nouvelle dynamique à l'Europe de la défense, va-t-il voir le jour ?
Son avenir dépend largement d'un vote mercredi des députés allemand

Au terme de plusieurs mois de rivalités politico-industrielles entre l'Allemagne et la France, les membres de la commission du Budget du Bundestag sont appelés dans l'après-midi à se prononcer sur le déblocage de 77 millions d'euros de crédits pour lancer la première grande étape du projet.
Il s'agit de financer des études en vue de la construction d'ici 2026 d'un démonstrateur de l'avion de combat européen de nouvelle génération (dit NGF ou "New Generation Fighter").

L'issue du vote des députés est toutefois "très incertaine", juge un proche du dossier, car de nombreux élus en Allemagne ont le sentiment depuis le début d'avoir à faire à un projet dominé par l'industrie de la défense française.
Un vote négatif pourrait remettre en cause l'ensemble du projet et ajouter aux tensions entre Paris et Berlin, dont les relations ne sont déjà pas au beau fixe.
Cet appareil, qui doit entrer en action vers 2040, est la pièce maîtresse du programme SCAF (Système de Combat Aérien du Futur) associant en outre des drones et de futurs missiles de croisière.
Un vote positif ouvrirait la voie à la notification des contrats aux industriels impliqués dans le projet, notamment Dassault, Airbus ou encore Thales. Et relancerait un programme qui patine.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a mis la pression le 5 février à Strasbourg sur les parlementaires allemands.
Paris et Berlin ont la "responsabilité" de "construire cette Europe de la Défense", a-t-elle lancé.
"C'est pourquoi, mesdames et messieurs les parlementaires du Bundestag, votre vote sur le démonstrateur du SCAF aura une importance décisive et enverra un signal politique fort", a fait valoir la ministre.

Le projet avait déjà franchi une étape importante en décembre. Un accord avait en effet été trouvé entre les motoristes français Safran et allemand MTU sur la répartition industrielle des travaux de développement du moteur du futur avion.
Les deux sociétés étaient notamment convenues de la création d'une société commune 50/50.
Le dossier était en difficulté depuis plusieurs mois, conduisant la chancelière Angela Merkel et le président Emmanuel Macron à menacer en octobre de notifier de premiers contrats d'études, sans attendre un accord entre les motoristes.
Depuis la répartition des tâches entre Safran et MTU, plusieurs acteurs côté allemand, dont des membres du Bundestag, ont cherché à revenir en leur faveur sur cet accord.
Il ne faut pas, bien sûr, oublier qu'en face il y a un projet concurrent ...
Le SCAF, auquel est également associée l'Espagne, constitue, avec le programme de char franco-allemand MGCS (Main Ground Combat System) un des principaux projets d'élaboration de la future Europe de la défense.
"Derrière le nom barbare de - SCAF - se cache le projet qui conditionne le futur de l'aéronautique de combat française et européenne, ainsi que l'affirmation d'une politique de défense pour renforcer la sécurité du continent", résumait en juin 2019 Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'Institut des relations internationales stratégiques (Iris).

Le programme SCAF est "donc le symbole de la capacité des Européens à se rassembler derrière un même projet dans le domaine de la défense", ajoute le chercheur, pointant la "division" actuelle entre Européens.

Les Britanniques ont en effet annoncé en 2018 leur volonté de développer un projet concurrent, le Tempest, et ont été rejoints par l'Italie et la Suède.

Ces divisions ont amené M. Macron, pour qui l'Otan est en état de "mort cérébrale", à exhorter le 7 février les Européens à développer une "plus grande capacité d'action" face aux désordres mondiaux.

M. Macron a en particulier proposé que les Européens qui le souhaitent soient associés à la force de dissuasion nucléaire française, en participant par exemple à des exercices.


 
Le 12/02/2020 à 18h12 / message No.2 Par carlesien

Re: SCAF et ... vote des députés allemands

Ouf, c'est voté !

Les députés allemands ont validé ce mercredi le projet du futur avion de combat européen, censé remplacer à terme Rafale et Eurofighter et donner une nouvelle dynamique à l'Europe de la défense, mais avec certaines conditions.
Au terme de plusieurs mois de rivalités politico-industrielles entre l'Allemagne et la France, les membres de la commission du Budget du Bundestag ont donné leur aval au déblocage de 77 millions d'euros de crédits pour lancer la première grande étape du projet franco-allemand, auquel s'est joint l'Espagne.

Les élus de la majorité - conservateurs et sociaux-démocrates- ont voté pour, de même que l'extrême droite. Ecologistes, extrême gauche ont voté contre.

Cette manne doit permettre de financer des études en vue de la construction d'ici 2026 d'un démonstrateur de l'avion de combat européen de nouvelle génération (dit NGF ou "New Generation Fighter").
Les montants en jeu sont certes limités par rapport à l'enveloppe globale du programme mais l'étape de mercredi était essentielle, un vote négatif risquant de tout remettre en cause.

- Réticences -
Selon plusieurs sources parlementaires interrogées, le dispositif suscitait toutefois des réticences.
"Nous allons le faire car nous ne voulons pas détériorer les relations franco-allemandes, et ce juste avant la venue du président français Emmanuel Macron ce week-end en Allemagne pour la Conférence sur la sécurité de Munich", a expliqué avant le vote le rapporteur du projet à la commission du Budget, Rainer Brandl.
Mais les élus allemands, qui depuis le début craignent que les partenaires industriels français soient trop dominateurs dans le projet, ont posé des conditions.
Ils veulent en particulier qu'un autre projet militaire franco-allemand d'envergure, le programme de char MGCS (Main Ground Combat System), dont les Allemands doivent être chefs de file, progresse au même rythme que celui de l'avion du futur.
Les deux projets doivent avancer "en parallèle",indique une résolution également votée mercredi sur le sujet.
"Le programme de l'avion de chasse, piloté par les Français, progresse vite, alors que celui du char est à la traîne", a décrypté un parlementaire allemand sous couvert de l'anonymat. En cause notamment: les difficultés des industriels allemands du secteur de l'armement à se mettre d'accord entre eux sur la répartition du "gâteau".
Les députés ont aussi demandé des garanties pour que les intérêts des entreprises allemandes du secteur technologies soient mieux pris en compte dans le développement du projet.


 
Le 16/07/2020 à 16h38 / message No.3 Par carlesien

Le SCAF pourrait coûter jusqu'à 80 milliards d'euros ...

Le système de combat aérien du futur (Scaf) atteindra une vitesse supersonique, mais son coût devrait être astronomique.
La commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées présidée par Christian Cambon (LR), a présenté un rapport d’information sur le Scaf.
Présenté par Hélène Conway-Mouret (PS) et Ronan Le Gleut (LR), il estime le budget nécessaire entre 50 et 80 milliards d'euros.
Le montant est pharamineux. Selon Ronan Le Gleut, il représente "cinq à huit fois" plus que celui du programme Rafale.

Mais, le Scaf n'est pas un simple avion. Il se compose d’un avion de combat furtif collaborant avec un ensemble d’armements de nouvelle génération et d'un essaim de drones.

L'ensemble de ce dispositif de combat est interconnecté par un "cloud" de combat et connecté à des avions de chasse, des satellites, des systèmes de l'OTAN et des systèmes de combat terrestres et navals.

Dans leur rapport, les sénateurs insistent sur ce dispositif élaboré doté d'une intelligence artificielle capable de détecter et de répondre à toutes menaces terrestre, maritime ou aérienne. Le Scaf sera opérationnel en 2040 pour remplacer à terme les Rafale et les Eurofighter et concurrencer le programme Tempest des Britanniques. Un démonstrateur est prévu pour 2026.

Afin d'éviter des blocages lors des votes au Bundestag qui valident les étapes du projet, les sénateurs proposent de conclure dès 2021 un "contrat-cadre global" pour empêcher tous les partenaires de remettre en cause le programme.

Cette collaboration franco-allemande est d'autant plus nécessaire qu'au vu du montant, le partenariat avec l'Allemagne est indispensable.

Jusqu'en 2025, la France et l'Allemagne partageront le budget nécessaire, soit 4 milliards d'euros, avec 2,5 milliards pour la France et 1,5 milliard pour l'Allemagne. La répartition sera ensuite à 50/50, puis sera revue avec la collaboration avec l'Espagne.

Dans leur rapport, Hélène Conway-Mouret et Ronan Le Gleut préconisent d’attendre le lancement du démonstrateur en 2026 avant de faire entrer d'autres pays dans le projet. (c'est semble-t-il une bonne décision )


 
Le 16/07/2020 à 16h38 / message No.4 Par carlesien

Re: Le SCAF pourrait coûter jusqu'à 80 milliards d'euros ...

svg


 
Nouveau sujet