Villeroy (BDF) en faveur d'un retour "prudent" des dividendes des banques

Messages

Répondre + Signaler un abus
message No.1 BOURSIER.COM BOURSIER.COM
Le 27/11/2020 à 09h48

Villeroy (BDF) en faveur d'un retour "prudent" des dividendes des banques

PARIS (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, s'est dit vendredi favorable à une ouverture "prudente" de la distribution d'un dividende par les banques.

Celles-ci avaient dû suspendre le versement d'un coupon à leurs actionnaires cette année à la demande de la Banque centrale européenne (BCE) face au choc économique provoqué par la pandémie de coronavirus.

Selon Villeroy de Galhau, qui s'exprimait devant l'Autorité de contrôle prudentiel et de ...

lire la suite : Villeroy (BDF) en faveur d'un retour "prudent" des dividendes des banques

 
message No.2 Le fonctionnaire du privé Le fonctionnaire du privé
Le 27/11/2020 à 10h43

Rappel à l'anticapitalisme, que le dividende rémunère le placement comme certains livrets d'épargne paient des intérêts.
Certains voudraient des contreparties aux dépens du dividende si l'Etat soutient telle entreprise.
Mais depuis 1974, dernière année d'équilibre budgétaire, les entreprises ont-elles eu la contrepartie des fiscalités qui se sont cumulées?
D'une autre point de vue, si à un chômeur on supprime tout ou partie d'intérêts diverses qu'il aurait, ce sous prétexte qu'il est allocataire social ; une logique contrepartie?

Message édité le 27/11/2020 à 11h08
 
message No.3 tmhtmhtmh tmhtmhtmh
Le 27/11/2020 à 10h48

Si il y a retour, ça ne sera pas les niveaux d'avant crise.

 
message No.4 etienne06 etienne06
Le 27/11/2020 à 11h00

Il faut être sérieux dans le contexte actuel, et ne pas perdre prise avec la réalité : pas de dividende pour les banques en 2020 et 2021. Impossible de rémunérer les actionnaires alors que les agences ferment à la pelle et que les plans sociaux se succèdent. Les banques ont une mutation du métier à gérer, c'est un fait. Pour cela, elles doivent conserver les excédents qui pourraient en outre s'évaporer rapidement avec le coût du crédit.

 
message No.5 La carotte fiscale La carotte fiscale
Le 27/11/2020 à 11h02

BNP c'est près de 38 Mds € de bénéfices cumulés lors des 5 derières années. Plus de 30 € par actions dont seulement 12 ont été versés sous forme de dividende. Et 63 Mds € de bénéfices accumulés sur les 10 derniers exercices.

BNP c'est 110 Mds € de fonds propres part du groupe soit 89 € par action.

A comparer avec un cours de l'action de moins de 44 € et une capitalisation de moins de 55 Mds €. Ce qui en dit long sur la sous valorisation de BNP.

Interdire sans discernement à toutes les banques de verser des dividendes c'est une prime à la médiocrité.

AMF : actionnaire BNP

 
message No.6 La carotte fiscale La carotte fiscale
Le 27/11/2020 à 11h05
etienne06 a écrit :
Il faut être sérieux dans le contexte actuel, et ne pas perdre prise avec la réalité : pas de dividende pour les banques en 2020 et 2021. Impossible de rémunérer les actionnaires alors que les agences ferment à la pelle et que les plans sociaux se succèdent. Les banques ont une mutation du métier à gérer, c'est un fait. Pour cela, elles doivent conserver les excédents qui pourraient en outre s'évaporer rapidement avec le coût du crédit.

Les agences ferment parce que les gens n'y vont plus.

C'est aussi cela la révolution du numérique. C'est fini le temps que j'ai connu quand j'ai acheté mes premières actions en 1986 ou il fallait aller remplir un formulaire papier en agence. Il suffit maintenant de 2 -3 clics pour investir n'importe ou dans le monde. Pareil pour les offres de prets. il y a maintenant le signature électronique et lors du dernier prêt que j'ai fait pour refaire intégralement une toiture, tout c'est fait par téléphone et sur internet.

Quand à conserver les excedents.... Chez BNP les bénéfices c'est 38 Mds sur les 5 derniers exercices. Largement de quoi financer les investissement et rémunerer les actionnaires.

Ce n'est peut être pas aussi vrai pour Société Générale ou Natixis.

Il y a les banques gérées en bon père de famille et il y a les autres.

Message édité le 27/11/2020 à 11h08
 
message No.7 etienne06 etienne06
Le 27/11/2020 à 11h34

Les banques connaissent une mutation : moins de hard, plus de soft. Cela demande des investissements. Par ailleurs, l'endettement de l'ensemble des acteurs, publics comme privés, donne des signes croissants d'inquiétude. Les banques doivent impérativement renforcer leurs fonds propres en vue du moment inévitable où la mascarade financière mondiale s'arrêtera. Zero dividende serait excessif. Mais leur niveau doit être symbolique.

 
message No.8 La carotte fiscale La carotte fiscale
Le 27/11/2020 à 12h57
etienne06 a écrit :
Les banques connaissent une mutation : moins de hard, plus de soft. Cela demande des investissements. Par ailleurs, l'endettement de l'ensemble des acteurs, publics comme privés, donne des signes croissants d'inquiétude. Les banques doivent impérativement renforcer leurs fonds propres en vue du moment inévitable où la mascarade financière mondiale s'arrêtera. Zero dividende serait excessif. Mais leur niveau doit être symbolique.

En 2000, les fonds propres de la BNP c'était 21 Mds €, en 2010, 63 Mds € et en 2020 on était au dela de 111 Mds €.

Je ne suis pas sur que vous ayez en tête ces ordres de grandeur en lisant votre post.

Rien ne justifie une mesure générale qui interdirait aux banques de verser des dividendes au banques ou alors symboliques sans prendre en compte la gestion de chacune d'entre elle.

Message édité le 27/11/2020 à 12h59
 
Répondre