»
»
»
Dossier
»
Consultation
Salon Actionaria 2015 Proposé par (Boursier.com)

Christian Homsy "La société a les moyens de poursuivre son développement" 1

Christian Homsy "La société a les moyens de poursuivre son développement"
Christian Homsy "La société a les moyens de poursuivre son développement"

Christian Homsy
Directeur général de Celyad

Boursier.com : Pouvez-vous nous rappeler le métier de Celyad...

C.H. : La société a été fondée en 2007 pour essayer de trouver une solution à l'insuffisance cardiaque... Dans le cadre de la médecine régénérative, on vise à améliorer la réponse du corps devant la maladie. Mais ces mécanismes sont dépassés dans le cas de l'insuffisance cardiaque. La technologie de Celyad, dite "C-Cure", permet de prélever des cellules dans la moelle osseuse, de les mettre en culture en laboratoire afin de les transformer en cellules réparatrices cardiaques, puis de les réimplanter dans le coeur du patient grâce à un cathéter... Cette technologie est relativement avancée. La phase II a montré que les 45 patients traités bénéficiaient d'une amélioration très importante de leur état santé.

Boursier.com : Dans quelle proportion ?

C.H. : Avant le traitement, ils étaient très essoufflés en faisant le moindre effort, le coeur n'étant pas capable d'envoyer suffisamment de sang dans le corps. Après le traitement, on note en moyenne une amélioration de la capacité cardiaque de 25%. Aujourd'hui, aucun autre produit n'offre de tels résultats...

Boursier.com : La population cible est-elle nombreuse ?

C.H. : Une personne sur cinq qui a atteint l'âge de 40 ans souffrira d'insuffisance cardiaque. Nous ciblons les personnes sévèrement malades... Il faut savoir que ces patients coûtent très chers à la société, ils vont en moyenne 4 à 5 fois par an en soins intensifs à l'hôpital. Le coût direct d'un seul de ces patients s'élève en moyenne à 200.000 Euros par an pour le système de santé...

Boursier.com : Quand aura-t-on les résultats de la phase III ?

C.H. : Le dernier patient de la phase III a été traité en juillet 2015. Les résultats de la phase III, qui a porté au total sur 290 patients, devraient être publiés en juin 2016. Lors d'une analyste intermédiaire, on a montré que les résultats étaient conformes aux hypothèses...

Boursier.com : Si tout se passe bien, quand ce produit C-Cure pourrait être commercialisé ?

C.H. : Si la phase III se passe bien, nous ferons une demande d'approbation par les autorités sanitaires et la commercialisation de C-Cure pourrait alors démarrer fin 2017-début 2018.

Boursier.com : Vous avez également développé des produits en oncologie...

C.H. : Nous voulons créer une entreprise pérenne... Au-delà de l'insuffisance cardiaque, nous avons regardé vers quelle technologie nous pouvions apporter de la valeur ajoutée toujours dans le cadre de la médecine régénérative. Suite à une acquisition, Celyad intervient désormais dans l'oncologie. Nous avons effectué des tests sur des animaux avec cinq cancers différents. 100% des animaux traités ont survécu, tandis que 100% des animaux non traités sont décédés. Notre technologie permet de rendre les cellules T de nouveau capables de reconnaître le cancer et de le combattre. Nous sommes actuellement en phase I-II sur cette technologie. En oncologie, notre offre est moins mature que dans l'insuffisance cardiaque, mais le potentiel est encore plus grand...

Boursier.com : Avez-vous besoin d'argent frais ?

C.H. : Cette année, Celyad a effectué une levée de fonds de 100 Millions de Dollars sur le Nasdaq et nous avons également effectué un placement privé de 35 Millions d'Euros. La société a donc les moyens de poursuivre son développement...

Boursier.com : Comment expliquez-vous la baisse actuelle du titre ?

C.H. : Cette baisse est probablement liée à un enthousiasme un peu excessif sur les biotechs américaines qui provoque aujourd'hui des dégagements sur le secteur...

Tous les dossiers

Partenaires de Boursier.com