»
»
»
»
Consultation

Devises : le sterling s'envole, le risque de Brexit dur s'éloigne

Devises : le sterling s'envole, le risque de Brexit dur s'éloigne

Les députés britanniques ont voté mercredi soir un texte rejetant une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord. Un camouflet pour le Premier ministre Boris Johnson, qui appelle à des élections anticipées le 15 octobre.

Devises : le sterling s'envole, le risque de Brexit dur s'éloigne
Crédit photo © reuters

(Boursier.com) — La livre sterling bondissait mercredi soir de plus de 1%, remontant à 1,2225$ (+1,19%), après que le parlement britannique a infligé un deuxième camouflet en 24 heures au Premier ministre Boris Johnson.

Les députés britanniques ont ainsi voté par 329 voix contre 300 en faveur de l'adoption d'un projet de loi visant à empêcher de mettre fin au Brexit sans négociation le 31 octobre. Cette majorité de 29 voix est deux fois plus nombreuse que celle qui avait infligé une première défaite à Boris Johnson mardi soir.

Cette proposition vise à empêcher un "No Deal" à la date du 31 octobre prochain, et ouvre la voie à un report du Brexit au 31 janvier 2020. Elle donne au gouvernement jusqu'au 19 octobre soit pour conclure un nouvel accord de divorce avec Bruxelles, soit pour obtenir l'aval du Parlement à une sortie sans accord (une hypothèse quasi-impossible).

Si le cabinet Johnson ne remplit pas l'une ou l'autre de ces conditions, la proposition de loi engage le Premier ministre à demander un nouveau report du Brexit jusqu'au 31 janvier prochain.

Boris Johnson propose des législatives anticipées le 15 octobre

Toutefois, Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu, et a prévenu à plusieurs reprises qu'il n'accepterait "sous aucune circonstance" de demander à Bruxelles un nouveau report du Brexit. Il est déterminé à faire sortir son pays de l'UE le 31 octobre, avec ou sans accord, estimant ainsi réaliser la volonté des Britanniques, qui ont voté en faveur du Brexit lors du référendum de juin 2016 à plus de 52%.

Le Premier ministre devait présenter plus tard dans la soirée de mercredi une motion pour organiser des élections législatives le 15 octobre prochain. Cette motion doit cependant obtenir les deux tiers des voix pour être adoptée, ce qui est loin d'être acquis. Il faudrait que Boris Johnson obtienne le vote des travaillistes, qui réclament des garanties supplémentaires.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com