»
»
»
»
Consultation

Devises : le seuil de 1,15$ n'aura été qu'un mirage pour l'euro...

Devises : le seuil de 1,15$ n'aura été qu'un mirage pour l'euro...

Un membre de la BCE a jugé qu'il faudra prendre des mesures supplémentaires contre la faiblesse de l'inflation.

Devises : le seuil de 1,15$ n'aura été qu'un mirage pour l'euro...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le dollar s'est renforcé jeudi face à la plupart des devises, coupant ainsi court à l'ascension de l'euro, qui avait frôlé mercredi le seuil de 1,15$, à 1,1474$ en séance, au plus haut depuis la fin août.

Jeudi soir, la devise européenne faisait l'objet de prises de bénéfices, cédant 0,9% à 1,1375$ après la publication de nouvelles statistiques américaines, qui pourraient finalement justifier une hausse des taux de la Réserve fédérale avant la fin de l'année.

Un responsable de la BCE prévoit des mesures additionnelles

L'euro a aussi été plombé par des déclarations d'un membre du conseil de la BCE, l'Autrichien Ewald Nowotny, qui a estimé jeudi qu'il était "tout à fait évident" que la BCE devra prendre de nouvelles mesures pour lutter contre l'inflation trop basse. Il a ainsi relancé les spéculations sur un renforcement du programme de rachat d'actifs lancé en mars dernier par la BCE.

S'exprimant lors d'une conférence à Varsovie, M. Nowotny a aussi estimé que les gouvernements européens devraient mener de nouvelles réformes structurelles pour renforcer leur compétitivité.

Aux Etats-Unis, les dernières statistiques ont favorisé le dollar. L'inflation en septembre est ainsi ressortie plus élevée que prévu, ce qui pourrait plaider pour un début de relèvement des taux des "fed funds" avant la fin 2015. Hors alimentation et énergie, les prix à la consommation ont progressé de 0,2% par rapport au mois précédent, contre +0,1% de consensus. En incluant ces facteurs, les prix ont reculé de 0,2% le mois dernier, ce qui correspondait au consensus.

Par ailleurs, les demandes d'emploi ont été bien moins nombreuses que prévu la semaine dernière, retombant au plus bas depuis 40 ans, ce qui plaiderait aussi pour une remontée des taux de la Fed.

La majorité des traders continuent de tabler sur un statu quo de la Fed jusqu'en 2016

D'autres statistiques plaident en revanche pour davantage de patience, notamment les ventes de détail, publiées mercredi, et qui ont à peine progressé outre-Atlantique (+0,1%), en septembre après avoir stagné en août. Les derniers indicateurs chinois (commerce extérieur en berne, faible inflation) font aussi craindre la poursuite du ralentissement de la Chine, avec des répercussions sur le reste du monde.

Les contrats à terme sur les "fed funds" montrent qu'une minorité de traders (39%) s'attendent encore à une hausse des taux en décembre. Leurs anticipations ont été reportées à mars, voire à avril 2016. Rappelons que la Fed n'a pas touché à ses taux directeurs depuis la fin 2008, date à laquelle ils ont été ramenés entre 0% et 0,25%. Quant à une hausse de taux, la banque centrale américaine n'en a pas effectuée depuis près de 10 ans, en 2006.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com