»
»
»
»
Consultation

Devises : le dollar s'affaiblit encore, après le PMI "flash" aux Etats-Unis

Devises : le dollar s'affaiblit encore, après le PMI "flash" aux Etats-Unis

L'activité économique mesurée par l'indice PMI a ralenti en juin pour le deuxième mois consécutif aux Etats-Unis, portant un nouveau coup au dollar, déjà affaibli par la perspective de nouvelles baisses de taux de la Fed.

Devises : le dollar s'affaiblit encore, après le PMI 'flash' aux Etats-Unis
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le dollar a terminé la semaine en berne, après la publication d'indices PMI d'activité décevants aux Etats-Unis en juin. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) a cédé vendredi 0,40% à 96,24 points, ce qui porte son recul à 1,5% depuis mercredi, lorsque la Fed a fait savoir qu'elle était prête à reprendre ses baisses de taux pour soutenir sa croissance américaine chancelante.

Le billet vert a désormais cédé près de 2% par rapport à ses plus haut annuels, et il est revenu à son niveau du 31 décembre 2018.

L'euro a grimpé de son côté de 0,66% vendredi, à 1,1365$, portant sa hausse à 1,4% sur la semaine. La devise européenne était pourtant tombée brièvement, mardi, sous le seuil de 1,12$, en réaction aux propos très "colombes" de Mario Draghi, le patron de la BCE, qui envisage lui aussi de nouveaux assouplissements monétaires. Le président américain Donald Trump, agacé par la chute de l'euro, s'était même fendu d'un tweet mardi, pour juger que Mario Draghi "facilite de façon injuste la compétition contre les Etats-Unis. Cela fait des années qu'ils s'en tirent comme ça, avec les Chinois et d'autres", avait ajouté le président américain.

La baisse du dollar pourrait se poursuivre

Trois jours plus tard, le président américain paraît avoir été entendu par les marchés, et par la Fed, qui semble bel et bien prête à de nouveaux assouplissements monétaires après y avoir résisté pendant de longs mois, malgré des critiques incessantes de Donald Trump, fustigeant des taux jugés trop élevés et pénalisants pour la croissance.

Pour de nombreux spécialistes des marchés de change, le repli du billet vert devrait se poursuivre ces prochaines semaines dans l'optique de baisses de taux de la Fed. La publication, vendredi, d'un nouveau ralentissement de l'activité économique aux Etats-Unis en juin, renforce encore ces attentes : l'indice "flash" (préliminaire) Markit PMI composite est ainsi ressorti à 50,6 en juin contre un consensus de 50,9 et une mesure à 50,9 en mai. Il approche donc du seuil des 50, qui sépare l'expansion de la contraction de l'activité.

Dans le détail, l'indice manufacturier est tombé à seulement 50,1, au plus bas depuis plus de 9 ans, à la fin 2009. L'indice des services a mieux résisté mais est aussi ressorti sous les attentes, à 50,7 en juin, contre 50,9 de consensus de place et après 50,9 en mai.

Deux à trois gestes baissiers attendus de la Fed en 2019

Même si la BCE et la Banque du Japon ont elles aussi signalé cette semaine de possibles nouveaux assouplissements à venir, c'est la Fed qui dispose de la plus grande latitude en la matière. La banque centrale américaine a en effet profité de la forte croissance en 2018 aux Etats-Unis pour relever ses taux directeurs à quatre reprises, pour les porter entre 2,25% et 2,5%. La BCE et la BoJ ont dans le même temps maintenu leurs principaux taux directeurs à zéro.

Vendredi soir, l'outil FedWatch du CME Group, basé sur les contrats à terme sur les "fed funds", montrait que les marchés anticipent une première baisse des taux de la Fed le 31 juillet, avec une probabilité de 100%. D'ici à la fin de l'année, les marchés anticipent désormais deux à trois baisses, qui pourrait ramener le taux des "fed funds" à 1,50%-1,75%, selon cet outil.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com