»
»
»
»
Consultation

Devises : la Chine devrait piloter une nouvelle baisse du yuan en 2016

Devises : la Chine devrait piloter une nouvelle baisse du yuan en 2016

Le yuan est reparti à la baisse ces derniers jours, au grand dam des Bourses mondiales. La devise chinoise devrait encore reculer cette année, selon les experts.

Devises : la Chine devrait piloter une nouvelle baisse du yuan en 2016
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le yuan chinois a repris sa marche baissière cette semaine, envoyant une nouvelle onde de choc à travers les marchés boursiers mondiaux, en forte baisse depuis lundi. La Banque centrale chinoise a fixé jeudi le cours pivot à 6,5646 yuans pour un dollar, en baisse de 0,5%. Cette 8ème séance de baisse consécutive a ramené la devise chinoise à son plus bas niveau depuis cinq ans. Depuis le début de l'année, elle a cédé environ 1,3%, après un recul de plus de 4,5% en 2015.

En août dernier, les autorités chinoises avaient déclenché une première vague de turbulences sur les marchés mondiaux en dévaluant par surprise leur devise, le yuan (encore appelé renminbi), qui avait abandonné plus de 2% pendant la semaine du 11 août.

Cette dévaluation pilotée par les autorités chinoises entretient depuis des mois les craintes d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise. En septembre, la Réserve fédérale américaine avait même reporté sa première hausse des taux directeurs depuis près de 10 ans, en citant des inquiétudes venues de l'international...

Les autorités chinoises se défendent de mener une politique de dévaluation compétitive

Ce scénario noir ne s'est cependant pas encore matérialisé, la croissance chinoise ayant résisté au 3ème trimestre (6,9% en rythme annuel contre 7% au T2) même si les pressions restent fortes sur l'activité. Ces derniers jours cependant, les indices d'activité dans l'industrie et les services chinois ont reculé plus que prévu pour décembre, ce qui a relancé les inquiétudes des économistes.

La banque centrale chinoise fixe chaque jour un cours pivot pour le yuan, qui est autorisé depuis mars 2014 à fluctuer à la hausse ou à la baisse, dans une fourchette de 2% autour de ce cours pivot. Le recul de la devise chinoise s'est à nouveau accéléré en décembre avec une nouvelle baisse de près de 2% entre le 3 et le 17 décembre, sans provoquer de remous boursiers. Mais la nouvelle glissade observée depuis le début de 2016 a eu raison du calme des investisseurs.

Compte-tenu du ralentissement conjoncturel en Chine, où la croissance pourrait tomber autour de 6,5% en 2016 après environ 7% attendus en 2015, les autorités chinoises ainsi que de nombreux analystes financiers, jugent que le yuan reste surévalué. Même si les autorités chinoises se défendent de vouloir mener une politique de dévaluation compétitive, il est donc probable qu'ils laisseront une nouvelle fois "filer" leur devise en 2016 face au dollar, mais aussi face à d'autres devises asiatiques, quitte à créer des tensions dans la région.

De possibles turbulences en vue pour les économies exportatrices d'Asie

Le renminbi "devrait perdre 5% à 8% en 2016 de manière graduelle et progressive", prédisait ainsi Christopher Balding, économiste et enseignant spécialiste de la Chine, cité par le quotidien 'Les Echos' du 24 décembre. "Mais les autorités vont avoir des difficultés à gérer cette baisse ordonnée, car les marchés sont convaincus que la devise chinoise, surévaluée de 15%, n'a qu'une direction possible, la baisse", a-t-il poursuivi.

De telles fluctuations pourraient avoir des conséquences négatives sur les devises et les économies des autres pays exportateurs asiatiques, d'autant que le dollar pourrait de son côté poursuivre sa progression, soutenue par les futures hausses de taux de la Fed. Cette dernière a démarré le 16 décembre dernier son cycle de normalisation des taux par un coup de pouce d'un quart de point, portant le taux des "Fed funds" dans une fourchette de 0,25% à 0,50%. La suite du cycle devrait être "graduelle" a promis la Fed.

Dans le même temps, Pékin a l'intention de poursuivre l'internationalisation de la monnaie chinoise. Même si celle-ci n'est pas encore librement convertible, elle est utilisée dans de nombreuses transactions commerciales, et elle a été incluse fin novembre dans le panier de monnaies qui compose les DTS (droits de tirages spéciaux) de la Banque Mondiale.

Le 23 décembre dernier, la banque centrale chinoise a fait un pas supplémentaire vers l'internationalisation de sa monnaie, en annonçant une extension des horaires de cotation sur le marché des changes basé à Shanghai depuis le 4 janvier...

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2016-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com