»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro teste la barre des 1,20$, le dollar poursuit son ascension

A la veille des annonces de la Fed, le dollar a continué de se renforcer mardi, notamment face à l'euro, tombé sous le seuil de 1,20$. La banque centrale américaine pourrait signaler une position plus ferme sur ses taux directeurs.

Devises : l'euro teste la barre des 1,20$, le dollar poursuit son ascension
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le dollar s'est nettement apprécié mardi, à la veille d'une décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence (euro, livre, yen, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise) gagnait mardi soir 0,65% à 92,44, remontant au plus haut depuis 4 mois, et retrouvant son niveau de début 2018.

De son côté, l'euro reculait de 0,63% à 1,1995$, au plus bas depuis le 11 janvier dernier. Si le passage sous 1,20$ se confirmait dans les prochains jours, la tendance baissière pourrait se poursuivre sur la devise européenne, selon les analystes techniques. Une nouvelle qui pourrait soulager la BCE et les entreprises exportatrices européennes, dont les comptes du 1er trimestre ont souffert du dollar fort.

La livre sterling chutait quant à elle de 1% mardi soir, revenant à 1,3621$, également au plus bas depuis près de 4 mois. La livre est plombée par un changement dans les anticipations concernant la réunion de la Banque d'Angleterre du 10 mai prochain. Alors qu'une hausse des taux paraissait quasi-certaine jusqu'à récemment, des indicateurs macro-économiques très décevants ont été publiés ces deux dernières semaines au Royaume-Uni, faisant désormais penser que la BoE n'agira pas...

La Fed devrait maintenir le statu quo mercredi, mais les spéculations vont bon train pour la suite de l'année

A noter que les volumes d'échange sont restés limités en ce mardi 1er mai sur le marché new-yorkais des changes, la plupart des intervenants européens étant absents pour cause de jour férié.

Aux Etats-Unis, les analystes ne s'attendent pas à une nouvelle hausse des taux de la Fed dès mercredi, mais ils estiment que la banque centrale américaine pourrait signaler son intention de donner un nouveau tour de vis lors de sa réunion de juin. Le communiqué de la Fed sera scruté afin de déterminer si elle adopte un ton légèrement plus ferme pour l'avenir, compte-tenu de la solidité du marché de l'emploi et de la croissance économique aux Etats-Unis. Après un premier resserrement le 21 mars, les marchés son partagés sur le nombre de hausses prévues cette année, certains tablant sur 3 au total, mais certains envisageant jusqu'à 4 tours de vis.

Le "rally" du dollar a démarré brusquement à la mi-avril (+3% en un peu plus de deux semaines), dans le sillage d'une nette tension sur les taux d'intérêts de la dette américaine. Le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi bondi de 2,72% début avril à 2,96% mardi, et a même franchi le 23 avril le seuil psychologique des 3%, à 3,03%.

La politique de Trump devrait maintenir le dollar et les taux sous tension

Le différentiel de taux croissant entre les Etats-Unis et l'Europe (où la référence de la zone, le Bund allemand à 10 ans rapporte moins de 0,6% par an), a entraîné des réallocations d'actifs vers les marchés obligataires américains.

En outre, la politique fiscale de Donald Trump va entraîner un net alourdissement du déficit budgétaire des Etats-Unis. Le Trésor américain devra donc émettre cette année des montants massifs de bons du Trésor, alors que dans le même temps, la Fed réduit son bilan en cessant progressivement de racheter des obligations.... Cette situation de déséquilibre entre l'offre et la demande devrait continuer à soutenir les taux américains, et donc le dollar, dans les prochains mois.

Mardi, le billet vert a même continué de s'apprécier malgré la publication d'un indice manufacturier décevant en avril aux Etats-Unis et d'une baisse surprise des dépenses de construction. L'indice ISM manufacturier est ainsi ressorti à 57,3, contre 58,6 de consensus et après 59,3 en mars. Quant aux dépenses de construction, elles ont reculé de 1,7% en mars sur un mois, contre +0,5% de consensus de place, et +1% en février.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Devises : l'euro teste la barre des 1,20$, le dollar poursuit son ascension

Partenaires de Boursier.com