Accueil
»
Bourse
»
Devises
»
Actualités
»
Consultation

Devises : l'euro revient sous 1,20$, la BCE donne de la voix

Devises : l'euro revient sous 1,20$, la BCE donne de la voix

L'économiste en chef de la BCE, Philip Lane, a affirmé que "le taux de change euro-dollar compte" aux yeux de la BCE, stoppant net l'ascension de la devise européenne. En attendant la réunion de la BCE jeudi prochain...

Devises : l'euro revient sous 1,20$, la BCE donne de la voix
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'ascension de l'euro a été stoppé mercredi par une déclaration de l'économiste en chef de la BCE, Philip Lane, affirmant que "le taux de change euro-dollar compte" aux yeux de la BCE. Mercredi soir, l'euro cédait 0,58% à 1,1842$, après avoir dépassé le seuil de 1,20$ la veille, affichant un gain de 12% depuis 5 mois, au plus haut depuis deux ans. L'indice du dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de six devises, dont l'euro, regagnait mercredi soir 0,44% à 92,75 points.

Même si à première vue, les propos de Philip Lane peuvent sembler presque anodins, ils ont eu un effet psychologique important sur les investisseurs, en signalant que la BCE n'était pas prête à voir la devise européenne s'apprécier à un niveau qui pénalise les exportations de la zone euro. Il est ainsi très rare que la banque centrale européenne commente l'évolution des devises. Cette décrue de l'euro a aussi été saluée mercredi par les Bourse européennes, l'EuroStoxx 50 bondissant de 1,84% et le CAC 40 grimpant de 1,9%.

Inflation négative en zone euro en août, la BCE attendue

Les marchés ont ainsi commencé à spéculer sur de nouvelles mesures de soutien de la BCE, qui tiendra sa réunion de rentrée la semaine prochaine, le jeudi 10 septembre, qui sera suivie d'une conférence de presse de sa présidente Christine Lagarde. Tout geste d'assouplissement supplémentaire permettrait d'affaiblir encore l'euro, tout en donnant un coup de pouce à l'économie de la zone euro, où les prix ont baissé en août pour la première fois depuis 4 ans. L'inflation est ainsi ressortie négative de 0,2% en août, selon Eurostat, faisant planer le spectre de la déflation sur fond de crise du coronavirus...

De plus, l'Allemagne, première économie de la région, a montré des signes de faiblesse mercredi, avec une baisse surprise des ventes de détail de 0,9% en juillet sur un mois, alors que les économistes tablaient sur une progression de 0,5%. En juin, les ventes avaient déjà chuté de 1,9%.

Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a déclaré mercred que l'économie européenne montre des signes de redressement mais que le pire n'est peut-être pas passé.

La nouvelle stratégie de la Fed pourrait affaiblir durablement le dollar

De nombreux économistes estiment qu'à moyen terme, le dollar devrait rester dans une tendance baissière, dans la mesure où de nouvelles mesures d'assouplissement de la Fed sont anticipées. Le dollar a ainsi accéléré son recul depuis une semaine, après la présentation par la Réserve fédérale américaine de sa nouvelle stratégie monétaire.

Lors du symposium de Jackson Hole, le président de la Fed Jerome Powell a indiqué le 27 août que la Fed n'appliquerait plus une stratégie de hausse préventive des taux en cas de hausse temporaire de l'inflation au-dessus de l'objectif de 2% de la Fed, ou de tensions sur le marché de l'emploi. Il a ainsi signalé que les taux directeurs devraient rester au plancher pendant une période prolongée...

Mercredi, le Livre Beige de la Fed a renforcé ce point de vue en signalant que le rebond économique s'est essoufflé en août aux Etats-Unis, notamment sur le front de l'emploi. La veille, l'une des gouverneurs de la Fed, Lael Brainard, avait affirmé que l'institution serait amenée à prendre de nouvelles mesures de soutien de la croissance dans les prochains mois, sans doute après l'élection présidentielle de novembre.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !