Accueil
»
Bourse
»
Devises
»
Actualités
»
Consultation

Devises : l'euro retrouve des forces grâce au PIB allemand

Devises : l'euro retrouve des forces grâce au PIB allemand

L'euro a repris de la hauteur cette semaine face au dollar, après que l'Allemagne a évité la récession au 3e trimestre, au grand soulagement des marchés financiers. Le dollar marque le pas mais progresse encore de 3,6% depuis début 2019 face à l'euro

Devises : l'euro retrouve des forces grâce au PIB allemand
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'euro a repris de la hauteur cette semaine face au dollar, à la faveur de signes montrant que l'économie européenne a cessé de se dégrader, notamment en Allemagne. Le dollar a fait l'objet de prises de bénéfices, sur fond de statistiques mitigées outre-Atlantique, et depuis que la Fed a confirmé une pause dans son cycle de baisse des taux.

Vendredi soir, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de référence, reculait de 0,19% à 97,97 points, portant son recul à 0,5% sur la semaine. L'euro progressait de 0,31% à 1,1056$ réagissant aux derniers chiffres du PIB en Europe, qui laissent espérer que la dégradation de la conjoncture a été enrayée. L'Allemagne, notamment, a évité de justesse la récession au 3e trimestre, avec une croissance de 0,1% (contre -0,2% attendu) après un recul de 0,2% au 2e trimestre.

Sur la semaine, la devise européenne a progressé de 0,35%, et elle a repris 1,4% depuis la fin septembre. Elle était alors tombée à son plus bas niveau de l'année, à moins de 1,09$, dans le sillage des mesures ultra-accommodantes de politique monétaire annoncées le 12 septembre par la BCE.

Indices flash PMI de la zone euro attendus dans une semaine

Les cambistes seront très attentifs, vendredi prochain, le 22 novembre, à la publication des indices d'activité flash PMI dans la zone euro en novembre, qui pourraient confirmer que la croissance européenne a touché son point bas, et qu'elle pourrait redémarrer en 2020. Dans cette hypothèse de reprise, les analystes de la banque Nomura estiment, dans une note publiée vendredi, que l'euro pourrait continuer sa remontée jusqu'à 1,16$ dans un an (+5% environ à la fin 2020).

Depuis le début 2019, l'euro reste toutefois en baisse de 3,6% face à un dollar, et pointe à son plus bas niveau depuis le printemps 2017. Le dollar a été soutenu tout au long de cette année par une croissance économique plus dynamique aux Etats-Unis que dans la zone euro, ainsi que par des taux d'intérêts plus élevés outre-Atlantique, malgré les trois baisses "préventives" effectuées depuis juillet par la Réserve fédérale américaine pour soutenir l'économie américaine face aux risques pesant sur la croissance mondiale. Dans deux auditions devant le Congrès américain cette semaine, le président de la Fed Jerome Powell a cependant confirmé une pause dans ce cycle baissier.

Sur les marchés obligataires américains, le rendement du T-Bond à 10 ans pointe ce vendredi à 1,82%, alors qu'en Europe, le rendement du Bund allemand de même échéance reste en terrain négatif (-0,34%) ainsi que dans une moindre celui de l'OAT française à 10 ans (-0,03%).

Indicateurs économiques mitigés aux Etats-Unis en octobre

Vendredi, le billet vert a été pénalisé par la publication d'indicateurs macro-économiques mitigés aux Etats-Unis. La production industrielle a ainsi nettement baissé, de 0,8% en octobre par rapport à septembre, alors que les économistes s'attendaient à un recul plus modeste de 0,4% et après un repli de 0,3% en septembre. En outre, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York est ressorti très inférieur aux attentes s'établissant à +2,9 en novembre contre un consensus de +5.

Enfin, la consommation, qui représente les deux-tiers du PIB américain, est restée globalement solide le mois dernier, mais elle a donné des signes de faiblesse hors automobile. Les ventes de détail ont ainsi augmenté un peu plus vite que prévu, de 0,3% en octobre sur un mois, contre +0,2% de consensus de place. Mais en excluant l'automobile, elles sont inférieures aux attentes, en hausse de 0,2% contre un consensus de +0,4%. Hors automobile et essence, la consommation ne progresse que de +0,1% alors que le consensus était de +0,3%.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com