Accueil
»
Bourse
»
Devises
»
Actualités
»
Consultation

Devises : l'euro retombe au plus bas depuis près de 2 ans

Devises : l'euro retombe au plus bas depuis près de 2 ans

La monnaie européenne poursuit sa dégringolade face au dollar, sur fond de trou d'air dans la production industrielle de la zone euro. Le billet vert profite de statistiques plus clémentes aux Etats-Unis et d'un effet valeur-refuge face au Covid-19.

Devises : l'euro retombe au plus bas depuis près de 2 ans
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'euro poursuit sa chute jeudi sur les marchés interbancaires à New York, où la devise européenne est désormais tombée sous le seuil de 1,0850$, revenant à son plus bas niveau depuis avril 2017, il y a près de deux ans.

Jeudi soir, l'euro perd encore 0,28% à 1,0840$, ce qui porte son recul à 1,3% en 5 séances et à 3,3% depuis le début de l'année.

A l'inverse, depuis le 1er janvier, l'indice du dollar a progressé de 2,2% face à un panier de devises de référence comprenant l'euro, la livre sterling, le franc suisse, le dollar canadien, le yen et la couronne suédoise.

L'euro est notamment pénalisé par une série de statistiques décevantes, dont la production industrielle, qui a rechuté de 2,1% dans la zone euro en décembre par rapport à novembre, après une stagnation en novembre. Il s'agit de son recul le plus important en près de quatre ans. En glissement annuel, la production affiche une baisse prononcée de 4,1%, alors que le consensus était positionné à -2,3%.

Des taux à 10 ans à 1,6% aux Etats-Unis, mais négatifs dans la zone euro

Dans ces conditions, les marchés s'attendent à ce que la Banque centrale européenne (BCE) soit amenée à accroître ses mesures de soutien à l'économie européenne. De l'autre côté de l'Atlantique, l'économie montre une meilleure résilience, même si le président de la Fed, Jerome Powell, a admis cette semaine que l'épidémie de Covid-19 aurait un impact négatif sur la croissance américaine, qu'il est encore impossible de chiffrer à ce stade.

Le dollar profite aussi d'un différentiel de taux d'intérêts favorable à la devise américaine, qui attire les investisseurs mondiaux en mal de rendement. Le principal taux directeur de la BCE, le taux "refi", reste à zéro, tandis que le taux des "fed funds" américains est actuellement entre 1,50% et 1,75%, malgré trois baisses effectuées en 2019 par la Fed pour soutenir la croissance.

Sur les marchés obligataires, malgré la baisse générale des taux d'intérêts, les emprunts d'Etat américains (T-Bond) à 10 ans offrent encore aux investisseurs un rendement de 1,61% alors que le Bund allemand et l'OAT française de même échéance ont des rendements négatifs (-0,39% pour le Bund et -0,15% pour l'OAT)...

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com