»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro profite des turbulences des marchés

Devises : l'euro profite des turbulences des marchés

La devise européenne progresse à mesure qu'augmente l'aversion au risque sur les Bourses mondiales

Devises : l'euro profite des turbulences des marchés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Face à la tempête qui souffle sur les Bourses mondiales, l'euro vient d'inscrire un rebond de près de 2% en 10 jours... Vendredi, la devise européenne gagnait 0,8% pour finir la semaine à 1,0952$, alors qu'elle était tombée à 1,0748$ le 5 janvier dernier, soit un écart de 1,9%.
Depuis le début de l'année, la progression de l'euro est plus modeste, de l'ordre de 0,9%, alors même que la plupart des analystes tablent sur la poursuite de l'affaiblissement de la monnaie européenne cette année, en raison des divergences de politiques monétaires des deux côtés de l'Atlantique.

Cependant, la chute des Bourses mondiales a remis en cause ce scénario baissier, du moins à court terme... Echaudés par les risques encourus, les investisseurs se mettent à revendre sur les marchés hors zone euro, de nombreux actifs jugés peu sûrs, qu'ils avaient acquis à l'origine en euros, un phénomène qui soutient donc la devise européenne.

Cette "fuite vers la sécurité" concerne d'ailleurs également le yen japonais, alors que la Banque du Japon (BoJ), comme la Banque centrale européenne (BCE), mène une politique d'assouplissement quantitatif très active, ce qui contribue techniquement à affaiblir la devise nippone à long terme. Or, le yen a regagné 2,6% face au dollar depuis le début 2016, les investisseurs japonais ayant rapatrié à la hâte leurs actifs risqués acquis dans d'autres devises.

La Fed va-t-elle ralentir le rythme de ses hausses de taux ?

A l'inverse de la BoJ et de la BCE, la Réserve fédérale américaine est entrée en décembre dans un cycle de hausse des taux, après 7 ans de taux proches de zéro et près de 10 ans sans hausse des taux. La Fed a ainsi relevé le mois dernier ses taux directeurs d'un quart de point, de 0-0,25% à 0,25-0,50%.

La Fed avait alors laissé entendre qu'elle pourrait procéder à 4 autres hausses d'un quart de point en 2016... Cependant, le "coup de tabac" qui affecte les places boursières mondiales, lié à l'effondrement des cours du pétrole et aux craintes concernant l'économie chinoise, pourrait changer la donne et inciter la Fed à lever une nouvelle fois le pied.
Un des membres les plus "faucons' (haussiers) de la Fed, James Bullard, président de la Fed de Saint-Louis s'est ainsi montré étonnamment prudent, jeudi, lors d'une intervention en public. Il a estimé que la chute du pétrole pourrait retarder le décollage de l'inflation aux Etats-Unis, et ralentir le retour vers l'objectif de 2% de la Fed. Les marchés ont interprété ces propos comme un signe que la Fed ne relèvera sans doute pas ses taux quatre fois cette année, mais plutôt deux fois, et pas avant sa réunion de mars au plus tôt...

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2016-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com