»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro poursuit sa progression face au dollar

Devises : l'euro poursuit sa progression face au dollar

La devise européenne a commencé la semaine à la hausse face au billet vert. Mario Draghi a répété que la BCE pourrait reprendre ses achats d'actifs si nécessaire, tout en écartant cette hypothèse pour 2019.

Devises : l'euro poursuit sa progression face au dollar
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'euro est monté lundi au plus haut depuis deux semaines face au dollar. Après avoir bondi d'environ 1% vendredi, la devise unique européenne gagnait encore 0,24% lundi soir, à 1,1440$.

De son côté, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises de référence (euro, yen, franc suisse, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise) reculait de 0,10% à 95,70 points, à l'approche de la réunion de la Réserve fédérale américaine prévue mardi et mercredi. La livre sterling (-0,2% à 1,3166$) reculait après un gain de 2,6% la semaine dernière. Le parlement britannique doit voter mardi sur le "Plan B" de Theresa May sur le Brexit qui risque, comme le "Plan A", d'être rejeté.

Vendredi, le billet vert avait été affaibli par des informations de l'agence 'Bloomberg' selon lesquelles la Fed pourrait mettre fin plus tôt que prévu à son programme de réduction de bilan, un geste qui correspondrait à un assouplissement de sa politique monétaire. Par ailleurs, compte-tenu des incertitudes persistante sur la croissance économique aux Etats-Unis, les marchés estiment que la Fed fera une pause de plusieurs mois avant de songer à reprendre son cycle de hausse des taux.

Mario Draghi assure que la BCE dispose d'outils en cas de besoin

En Europe, où l'économie donne de nets signes de faiblesse, notamment en Allemagne, le président de la BCE, Mario Draghi, a reconnu la semaine dernière que "les indicateurs continuent de se révéler plus faibles que prévu" dans la zone euro, tout en excluant tout risque de récession.

Il a affirmé que la BCE "dispose encore de toute notre boîte à outils", avant d'évoquer "le programme de rachats d'actifs" auquel l'institut monétaire vient de mettre fin, ainsi que les prêts géants que la BCE peut de nouveau accorder aux banques sous la forme d'opérations de refinancement ciblées à long terme (TLTRO).

Pas besoin de reprendre les rachats d'actifs de la BCE en 2019

Ce lundi, le président de la BCE a précisé que "bien sûr, si les choses tournent très mal, nous pourrions toujours nous servir d'autres instruments de notre boîte à outils". S'exprimant devant la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen à Bruxelles, M . Draghi a exclu de reprendre les achats d'actifs cette année.

Répondant à une question d'un euro-député sur la possible reprise du "QE", le patron de la BCE a répondu : "à cet instant, nous ne voyons pas cette éventualité se produire, certainement pas cette année".

Pas de hausse des taux de la BCE avant 2020 ?

L'institution a également laissé entendre que les taux pourraient ne pas être relevés en 2019 si l'économie continuait à s'affaiblir. Comme il l'avait déjà dit jeudi dernier, M. Draghi a souligné devant le Parlement européen la "persistance d'incertitudes liées notamment à des facteurs géopolitiques et la menace de protectionnisme", ce qui "pèse sur le climat économique".

La BCE affirme depuis plusieurs mois qu'elle laissera ses taux d'intérêt inchangés "jusqu'à l'été 2019", laissant ainsi entendre qu'elle pourrait relever au moins l'un d'eux à l'automne, mais les marchés financiers doutent désormais de cette possibilité et n'anticipent une première hausse de taux qu'à la mi-2020, donc bien après le départ de Mario Draghi de la présidence, fin octobre.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com