»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro poursuit sa glissade, au plus bas depuis avril 2017

Devises : l'euro poursuit sa glissade, au plus bas depuis avril 2017

Après une tentative de rebond lundi matin, l'euro a repris son mouvement baissier. Les marchés anticipent de nouvelles mesures de soutien de la BCE à l'économie de la zone euro, face au risque de récession en Allemagne.

Devises : l'euro poursuit sa glissade, au plus bas depuis avril 2017
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'euro a commencé la semaine en baisse, à 10 jours de la prochaine réunion de la BCE, qui pourrait annoncer de nouvelles mesures de soutien au marché, face au ralentissement conjoncturel, à commencer par le risque croissant de récession en Allemagne.

La devise européenne a tenté un rebond lundi matin, remontant jusqu'à 1,0997$, mais n'a pu franchir le seuil psychologique de 1,10$. En soirée, l'euro reculait de 0,2% à 1,0965$, portant son recul à près de 4% depuis le début de l'année. L'euro est désormais revenu à son plus bas niveau depuis avril 2017.

L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à 6 devises de référence dont l'euro) progressait de son côté de 0,12% lundi soir, à 99,03 points.

Donald Trump fustige le dollar fort et la Fed

Dans un environnement international rendu de plus en plus incertain par le bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine, les investisseurs continuent de favoriser le billet vert, au grand dam de Donald Trump, qui voit dans un dollar fort un frein à la compétitivité des entreprises américaines exportatrices.

Vendredi, le président américain a tempêté contre la Réserve fédérale américaine, à l'origine selon lui, de la vigueur du dollar. "L'Euro 'chute comme un fou' face au Dollar, ce qui leur donne un gros avantage en termes d'export et d'industrie manufacturière...et la Fed ne fait RIEN! Notre Dollar est maintenant au plus haut de son histoire. Ça semble bien, n'est-ce pas ? Sauf pour ceux (producteurs) qui fabriquent des produits pour les vendre en dehors des U.S.", explique le président américain sur Twitter. "Nous n'avons pas un problème de Tarifs (nous régnons sur les joueurs mauvais et/ou irréguliers), nous avons un problème avec la Fed. Ils n'y comprennent rien!", a encore taclé Trump, selon lequel "la FED est le problème!".

Activité manufacturière encore en berne en août dans la zone euro

La devise européenne a été affaiblie lundi par la publication de l'indice d'activité manufacturière dans la zone euro, qui s'est une nouvelle fois contracté en août pour le 7è mois consécutif. L'indice final IHS Markit est ainsi ressorti à 47, après 46,5 en juillet, et reste bien en-dessous de la barre des 50 qui sépare l'expansion de la contraction.

A l'issue de sa réunion de juillet, la BCE avait signalé son intention de prendre de nouvelles mesures de soutien face à la dégradation de la situation économique européenne et à l'escalade de la guerre commerciale sino-américaine. Les marchés attendent donc des annonces dès la prochain réunion, qui se tiendra le 12 septembre.

Le PIB de l'Allemagne, première économie de la zone euro, s'est contracté de 0,1% au 2è trimestre 2019 et pourrait encore diminuer au 3è trimestre, ce qui constituerait techniquement une récession (2 trimestres de recul du PIB consécutifs). L'Allemagne, dont l'économie repose surtout sur les exportations dans le secteur industriel, est particulièrement pénalisée par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, deux de ses principaux clients.

En août, l'indice IHS manufacturier allemand est ressorti à seulement 43,5 contre 43,6 de consensus et après 43,2 en juillet, ce qui représentait un plancher de sept ans! La France s'en est mieux sortie avec un retour de la croissance du secteur manufacturier en août, à 51,1 contre 49,7 en juillet pour l'indice IHS Markit.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com