»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro plonge au plus bas depuis près de 9 ans !

Devises : l'euro plonge au plus bas depuis près de 9 ans !

L'euro a dégringolé lundi matin sous le seuil de 1,20$ après des propos de Mario Draghi et sur fond de crainte d'une possible sortie de la Grèce de la...

Devises : l'euro plonge au plus bas depuis près de 9 ans !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'euro a dégringolé lundi matin sous le seuil de 1,20$ après des propos de Mario Draghi et sur fond de crainte d'une possible sortie de la Grèce de la zone euro... La devise européenne est tombée à l'aube jusqu'à 1,1868 dollar, au plus bas depuis mars 2006, avant de remonter vers 1,1950$ (-0,5% par rapport à la clôture de vendredi).

Vendredi, le président de la BCE avait évoqué une nouvelle fois le risque de déflation, renforçant les anticipations d'un vaste plan de rachat d'actifs par la BCE, y compris d'obligations d'Etat. Dans un entretien publié par le 'Handelsblatt', M. Draghi a estimé que le risque de déflation n'était "pas totalement exclu, même s'il restait limité", selon lui. "Nous devons agir contre ce risque", a-t-il ajouté, renforçant les spéculations sur une action forte de la BCE lors de sa réunion du 22 janvier prochain.

Berlin serait prête à accepter une sortie de la Grèce de l'euro, si Athènes renonce à ses engagements

Par ailleurs, le magazine allemand 'Der Spiegel' a semé le trouble ce week-end, en affirmant que la chancelière allemande Angela Merkel serait prête à laisser la Grèce sortir de la zone euro, si celle-ci décidait de ne plus respecter ses engagements liés aux plans d'aide de 240 MdsE accordés depuis 2010 à Athènes par l'Europe et le FMI.

Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble estimeraient ainsi "supportable" pour l'Europe un départ de la Grèce, en raison des "progrès accomplis par la zone euro depuis le sommet de la crise en 2012". Ils estimeraient qu'une sortie de la Grèce ne provoquerait pas de contagion en Europe, le Portugal et l'Irlande étant désormais considérés comme "assainis", affirme le journal allemand.

Elections en vue

Il reste que l'approche d'élections législatives en Grèce le 25 janvier prochain, rend les marchés financiers très nerveux, le parti de la gauche radicale Syriza étant en tête des sondages... Le leader de Syriza, Alexis Tsipras, affirme que s'il arrive au pouvoir, il mettra fin à la politique d'austérité imposée par la troïka des créanciers internationaux (Union européenne, BCE et FMI) et renégociera la restructuration de la dette de la Grèce.

Dimanche, le porte-parole du gouvernement allemand Georg Streiter a cependant tenté de calmer le jeu, en constatant que "la Grèce a tenu ses engagements par le passé. Le gouvernement suppose ainsi que la Grèce continuera à remplir ses engagements contractuels" envers ses créditeurs, a déclaré le responsable allemand à l'agence 'AFP'...

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com