Accueil
»
Bourse
»
Devises
»
Actualités
»
Consultation

Devises : l'euro pâtit des reconfinements en Allemagne et en France

Devises : l'euro pâtit des reconfinements en Allemagne et en France

L'euro était sous pression mercredi, à la veille d'une réunion très attendue de la BCE, dont les marchés espèrent de nouvelles mesures face à l'aggravation de la crise du coronavirus.

Devises : l'euro pâtit des reconfinements en Allemagne et en France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — A la veille d'une réunion de la BCE, l'euro a reculé mercredi pour la 3e séance, portant sa chute à 1% depuis la fin de la semaine dernière, alors que la rapide résurgence des cas de coronavirus en Europe menace de faire péricliter la reprise économique entamée cet été.

Sur le marché des changes, c'est le dollar qui fait figure de valeur-refuge ces derniers jours face à la montée des incertitudes sanitaires et politiques, à l'approche de l'élection du 3 novembre aux Etats-Unis. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) a regagné mercredi 0,54% à 93,45 points, tandis que l'euro a cédé 0,37% à 1,1751$, après être tombé jusqu'à 1,1718$ au plus bas de la séance.

L'euro est sous pression à la veille de la réunion de la BCE, dont les marchés attendent de nouvelles mesures face à l'aggravation de la crise sanitaire. Mercredi, les deux premières économies européennes, l'Allemagne et la France, ont annoncé un renforcement de leurs restrictions anti-coronavirus. La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé un reconfinement partiel de la population : l'Allemagne va ainsi fermer ses restaurants, ses institutions culturelles et ses activités de loisir et de sports à partir de lundi prochain pour un mois, jusqu'au 30 novembre. En France, le président Emmanuel Macron a lui aussi annoncé un nouveau confinement, sous une forme un peu différente du printemps, en maintenant une partie de l'activité économique.

Un signal de la BCE très attendu ce jeudi

Selon François Rimeu, stratégiste senior à La Française AM, la Banque centrale européenne devrait jeudi "maintenir sa posture attentiste adoptée en septembre, et gagner du temps pour collecter des données en amont de la réunion de décembre et les nouvelles projections des services de la BCE".

Dans une note publiée mardi, le stratégiste estime que face à l'accumulation des risques pesant sur les perspectives économiques européennes, la BCE "devrait signaler qu'elle est prête à engager un assouplissement supplémentaire si la crise s'aggrave".

"Nous pensons que la BCE va laisser toutes les options ouvertes jusqu'à la prochaine réunion. Nous attendons également de Christine Lagarde qu'elle souligne l'importance de la coordination entre la politique budgétaire et la politique monétaire et qu'elle pousse les gouvernements à faire davantage pour redresser l'économie de la zone euro", conclut François Rimeu.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !