Accueil
»
Bourse
»
Devises
»
Actualités
»
Consultation

Devises : l'euro passe sous 1,13$, les "Gilets jaunes" pointés du doigt...

Devises : l'euro passe sous 1,13$, les "Gilets jaunes" pointés du doigt...

L'euro a fini la semaine en berne, alors que l'activité dans la zone euro a nettement ralenti en décembre, notamment sous l'effet des "Gilets jaunes" en France. Plus largement, la croissance mondiale inquiète, favorisant le dollar et le yen.

Devises : l'euro passe sous 1,13$, les 'Gilets jaunes' pointés du doigt...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le marché des changes a connu une fin de semaine agitée, qui a profité au dollar et au yen, ces deux devises servant de valeurs refuge dans un contexte de crainte d'un ralentissement plus important que prévu de la croissance mondiale. De la Chine aux Etats-Unis, en passant par l'Europe, les derniers indicateurs d'activité et de production industrielle, publiés vendredi, sont en effet ressortis inférieurs aux attentes.

Vendredi soir, l'euro est tombé sous 1,13$ en séance, avant de finir en recul de 0,5%, à 1,1305$. La livre sterling reculait de 0,5% à 1,2576$, tandis que l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à 6 devises de référence) progressait de 0,45% à 97,49 points et que le yen avançait de 0,2% à 113,37 yens/$.

L'activité globale française s'est contractée en décembre

L'euro a abandonné jusqu'à 0,8% en séance, tombant à 1,1270$ au plus bas, revenant sous le seuil de 1,13$ pour la première fois depuis le 28 novembre dernier. L'activité économique dans la zone euro est tombée au plus bas depuis 4 ans, selon l'indice IHS Markit PMI flash composite, publié vendredi, à 51,3 en décembre après 52,7 en novembre.

L'indice a notamment été plombé par sa composante française, qui est tombée sous le seuil de 50 (c'est-à-dire en zone de contraction), sous l'effet des perturbations liées au mouvement des "Gilets jaunes". A 49,3 en décembre, l'indice désaisonnalisé flash composite IHS Markit de l'activité globale en France a plongé par rapport aux 54,2 observés en novembre. Le repli est particulièrement marqué dans les services (49,6 contre 55,1 en novembre), mais il est aussi fort dans l'industrie (47,7 après 50 en novembre).

Draghi plus pessimiste pour la zone euro, May en difficulté sur le Brexit

Ces chiffres d'activité décevants interviennent au lendemain de déclarations du président de la BCE, Mario Draghi, qui s'est montré plus pessimiste que précédemment concernant la croissance dans la zone euro. Celle-ci a été revue en baisse pour 2018 et 2019, à respectivement 1,9% et 1,7%, et devrait rester modeste en 2020 (hausse de 1,7% du PIB attendu) et en 2021 (seulement +1,5%).

Comme l'euro, la livre sterling a fini la semaine en baisse, retombant de 0,5% à 1,2576$, alors que Theresa May n'est pas parvenue à obtenir de concessions de l'UE sur le projet de Brexit, à l'issue du sommet européen de jeudi et vendredi. La Première ministre britannique, qui a survécu politiquement, mercredi, à une motion de défiance de son parti conservateur, a jugé vendredi qu'il était encore "possible" d'obtenir des "clarifications supplémentaires" de la part de l'UE.

La consommation tient bon aux Etats-Unis, mais...

En revanche, le dollar et le yen ont fait figure de valeur refuge, alors que la santé des économies chinoise et américaine commencent à montrer des signes d'essoufflement... En Chine, la production industrielle et les ventes de détail sont ressorties bien plus faibles que prévu en novembre, témoignant notamment de l'effet négatif des taxes imposées par Donald Trump aux produits chinois.

Les ventes au détail ont progressé en Chine de 8,1% en novembre en rythme annuel, mais les économises attendaient +8,8% et il s'agit de leur plus faible croissance depuis plus de 15 ans! Quant à la production industrielle, elle a augmenté de 5,4% en glissement annuel, comme en octobre, mais le consensus s'attendait à +5,9%.

Aux Etats-Unis, la déception est venue de l'indice PMI "flash" composite de décembre et de la production industrielle en novembre, tous deux en dessous-des attentes. En revanche, la consommation intérieure (qui représente les deux-tiers du PIB aux Etats-Unis) continue de bien se porter outre-Atlantique. Les ventes de détail ont ainsi cru de 0,2% en novembre sur un mois, contre un consensus de place logé à +0,1% et un gain révisé en hausse à +1,1% pour le mois antérieur (contre +0,8% auparavant estimé).

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com