»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro demeure ferme, sur fond de turbulences...

Devises : l'euro demeure ferme, sur fond de turbulences...

La monnaie européenne reste proche de 1,10$. De son côté, le dollar souffre d'un retour des doutes sur un relèvement des taux de la Fed, compte tenu du krach pétrolier actuel.

Devises : l'euro demeure ferme, sur fond de turbulences...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'euro a encore gagné plus de 1% la semaine écoulée, pour terminer vendredi tout près du seuil de 1,10$. La devise européenne s'est désormais raffermie de plus de 3,5% depuis la dernière réunion de la BCE, le 3 décembre, à l'issue de laquelle la banque centrale européenne a annoncé des mesures d'assouplissement monétaire jugées décevantes par les marchés.

Après la BCE la semaine dernière, c'est au tour de la politique de monétaire de la Fed d'agiter les esprits, entraînant cette semaine un affaiblissement du dollar. En effet, l'effondrement de plus de 10% des cours du pétrole sur la semaine a déclenché une forte correction sur les marchés boursiers, où les secteurs énergétiques et des matériaux de base pèsent lourd. Le baril du brut WTI est tombé vendredi sous les 36$, perdant 13% depuis le 3 décembre, pour revenir au plus bas depuis près de 7 ans. En Bourse, à New York, l'indice Dow Jones s'orientait vendredi soir vers une chute de 3% sur la semaine, tandis qu'à Paris, le CAC 40 a perdu 3,5%, après avoir déjà abandonné 4% la semaine précédente.

L'indice VIX mesurant la volatilité des marchés, également appelé "l'indice de la peur", s'est envolé cette semaine de 68% pour dépasser sa moyenne de long terme de 20. Il a fini vendredi 25, contre 14,81 le 4 décembre !

La Fed relèvera-t-elle ses taux malgré la débâcle pétrolière ?

Ces nouvelles turbulences ont semé le doute dans les esprits des investisseurs au sujet de la hausse des taux directeurs de la Fed, attendue la semaine prochaine... Jusqu'à ces derniers jours, un quasi-consensus s'était dégagé pour attendre un relèvement d'un quart de point du taux des "fed funds", à l'issue de la réunion des 15 et 16 décembre. Dans ses dernières déclarations, la présidente de la Fed, Janet Yellen, s'est montrée confiante, la semaine dernière, au sujet de l'économie et du marché de l'emploi américains...

Cependant, depuis les interventions de Mme Yellen, le plongeon du pétrole, provoqué par l'inaction de l'Opep, lors de sa réunion du 4 décembre, face à la faiblesse des cours du brut, a envoyé une onde de choc sur les marchés financiers mondiaux. En conséquence, les anticipations de resserrement monétaire (après 7 ans de taux proches de zéro) de la part de la Fed se sont réduites ces derniers jours, ce qui a pesé sur le dollar.

Les taux longs US se détendent

Autre signe de ce changement d'anticipations, couplé au retour de l'aversion au risque : les taux d'intérêt sur la dette publique américaine se sont nettement détendus cette semaine, et les cours des obligations ont progressé. Le rendement du T-Bond à 10 ans a plongé de 10 points de base vendredi, à 2,13%, contre 2,23% jeudi soir et 2,27% vendredi dernier.

En septembre déjà, la banque centrale américaine avait renoncé à relever ses taux directeurs après de violentes secousses sur les marchés financiers, provoquées par le net ralentissement de l'économie chinoise et la dévaluation surprise du yuan par les autorités de Pékin...

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com