Devises : l'euro bondit de 1%, de retour au-dessus de 1,20$ !

Devises : l'euro bondit de 1%, de retour au-dessus de 1,20$ !

Le retour de l'optimisme sur la reprise économique, grâce aux vaccins contre le Covid-19, a retiré au dollar son statut de valeur refuge. L'euro a regagné mardi le seuil de 1,20$ pour la première fois depuis 2018.

Devises : l'euro bondit de 1%, de retour au-dessus de 1,20$ !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La devise européenne a franchi mardi un important seuil psychologique et technique, en remontant au dessus de la barre de 1,20$, au plus haut depuis plus de deux ans et demi, en mai 2018.

En fin de soirée, l'euro bondissait ainsi de 1,2% à 1,2070$, tandis que l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises (euro, livre sterling, yen, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise) reculait de 0,74% à 91,19 points, au plus bas depuis avril 2018.

Le vaccin anti-Covid et la Fed pèsent sur le dollar

Le billet vert, qui avait servi de valeur refuge pendant la crise du coronavirus, a été affaibli ces dernières semaines par l'optimisme qui a régné sur les marchés d'actions et sur d'autres marchés, dans l'espoir d'une reprise économique post-Covid en 2021 grâce aux futures campagnes de vaccination.

Depuis début novembre, le dollar a ainsi cédé 2,3%, alors que dans le même temps, les marchés d'actions mondiaux ont bondi de 13%, selon l'indice MSCI World, après l'annonce de l'efficacité de plusieurs vaccins contre le coronavirus.

La politique de rachat d'actifs massifs de la Réserve fédérale américaine (Fed) a aussi mis un plafond de verre sur le dollar, et ce malgré un léger rebond des taux d'intérêts américains. Mardi soir, le rendement du T-Bond à 10 ans évoluait ainsi à 0,91%, en hausse de 7 points de base dans l'espoir d'une reprise économique en 2021. Ce taux évoluait cependant bien plus haut, autour de 1,91%, il y a un an, avant la crise du coronavirus.

A court terme, l'Europe plus proche de la reprise que les Etats-Unis ?

Mardi, le dollar a accentué sa glissade face à la perspective d'accord sur un nouveau plan de relance budgétaire aux Etats-Unis, après l'annonce d'un entretien prévu dans la soirée entre la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Compte tenu de la seconde vague de Covid-19 très active aux Etats-Unis, alors que l'épidémie semble désormais ralentir en Europe après plus d'un mois de reconfinements, la dynamique de la reprise semble à court terme favoriser l'euro.

Ainsi, l'annonce d'un ralentissement de l'activité manufacturière aux Etats-Unis en novembre, avec un ISM à 57,5 au lieu de 58 attendu, et après 59,3 en octobre, a aussi contribué à la faiblesse du billet vert. Comparativement, l'indice PMI manufacturier de la zone euro a paru plus solide, à 53,8 en novembre contre une estimation flash de 53,6. Bien qu'en léger repli par rapport à octobre (54,8), il marque une amélioration de la conjoncture pour un cinquième mois consécutif, et met en outre en évidence un taux d'expansion nettement supérieur à sa moyenne de long terme.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2020-2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !