»
»
»
»
Consultation

Devises : l'euro accuse le coup après l'élection allemande

Début de semaine compliqué pour la monnaie unique...

Devises : l'euro accuse le coup après l'élection allemande
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Début de semaine compliqué pour la monnaie unique. Au lendemain de la victoire moins large que prévu d'Angela Merkel lors des élections fédérales allemandes, l'euro a cédé lundi près de 1% face au billet vert, avant de terminer à 1,1855$ (-0,84%) lundi soir dans les échanges entre banques.

33% des voix pour l'alliance CDU-CSU

L'alliance CDU-CSU de la chancelière sortante a recueilli 33% des suffrages, le plus faible score des chrétiens démocrates depuis la fondation de la RFA en 1949, tandis que le parti d'extrême droite AfD entre en force au Bundestag. Le scénario qui semble pour l'instant le plus probable est celui d'une coalition dit "jamaïcaine" rassemblant la CDU-CSU, les libéraux du FDP et les Verts.

La coalition jamaïcaine en question

"Une coalition jamaïcaine rendrait sans doute plus difficile la poursuite de réformes dans la zone euro", explique Barclays. "Prendre des décisions difficiles avec une majorité fragile de 52,4% seulement est ardu. Le résultat de l'AfD pourrait pousser certains responsables de la CSU vers une position plus rigide sur le partage du risque budgétaire".

Un degré très substantiel d'accommodation monétaire reste nécessaire selon Draghi

Les derniers discours en date des grands argentiers du monde pèsent également sur la parité euro/dollar. Devant la commission des affaires économiques du Parlement européen, Mario Draghi a une nouvelle fois indiqué que la BCE est de plus en plus confiante sur un retour de l'inflation vers son objectif mais que la zone euro a encore besoin d'une stimulation monétaire substantielle : "Dans l'ensemble, nous devenons de plus en plus confiants que l'inflation va finalement atteindre des niveaux conformes à notre objectif, mais nous savons aussi qu'un degré très substantiel d'accommodation monétaire reste nécessaire pour que la trajectoire haussière de l'inflation se matérialise".

La Fed va resserrer sa politique monétaire

Aux Etats-Unis, William Dudley, le président de l'antenne de New York de la banque centrale américaine, a indiqué que la Réserve fédérale est en bonne voie pour relever graduellement les taux d'intérêt compte tenu de la bonne santé de la première économie mondiale. "Avec une tendance plus ferme des prix à l'importation et la dissipation des effets d'un certain nombre de facteurs temporaires et spécifiques, je m'attends à ce que l'inflation augmente et se stabilise autour de l'objectif de 2% (de la Fed) sur le moyen terme", a-t-il dit lors d'une intervention devant un public universitaire. "Pour y répondre, la Réserve fédérale va probablement continuer à supprimer graduellement le caractère accommodant de sa politique monétaire".

La Fed a laissé mercredi dernier ses taux d'intérêts directeurs inchangés, dans la fourchette de 1% à 1,25%, tout en annonçant qu'elle entamerait dès octobre la réduction de son énorme bilan (4.500 Md$). Elle a aussi laissé entendre qu'une nouvelle hausse des taux restait à l'agenda avant la fin de cette année, alors que beaucoup d'investisseurs s'attendaient à une pause jusqu'en 2018... A ce titre, le discours de Janet Yellen demain à Cleveland sera une nouvelle fois scruté de près demain.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Devises : l'euro accuse le coup après l'élection allemande

Partenaires de Boursier.com