Devises : forte volatilité après les ajustements de politique monétaire

Devises : forte volatilité après les ajustements de politique monétaire

Le dollar a plongé jeudi face à un panier de devises, tandis que le franc suisse et la livre sterling ont grimpé après les annonces de hausses des taux des banques centrales américaine, suisse et britannique.

Devises : forte volatilité après les ajustements de politique monétaire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La vague de relèvement des taux directeurs de plusieurs banques centrales pour faire face à l'envolée de l'inflation, a entraîné une forte volatilité jeudi sur les marchés des changes. Le franc suisse, la livre sterling et l'euro ont fortement progressé, tandis que le dollar s'est replié, après avoir atteint la veille un sommet de 20 ans face à un panier de devises, en réaction à la hausse des taux de la Réserve fédérale américaine.

Jeudi soir, sur les marchés interbancaires, l'indice du dollar corrigeait de 1,6% à 103,63 points face à un panier de devises (euro, franc suisse, yen, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise). Mercredi, la Fed a relevé son principal taux directeur de 75 points de base, pour le porter à 1,50%-1,75%, et n'a pas exclu de procéder à une nouvelle hausse de même ampleur lors de sa prochaine réunion en juillet. Le taux des "fed funds" est désormais attendu à 3,4% fin 2022 et 3,8% fin 2023 par le banque centrale américaine.

Le franc suisse s'est particulièrement distingué à la hausse, en réaction à un relèvement surprise de 50 points de base des taux de la Banque Nationale Suisse (BNS), sa première hausse depuis 2015. Le taux directeur suisse a été porté mercredi de -0,75% à -0,25%, et la BNS n'a pas exclu de nouveaux relèvements de taux pour maîtriser l'inflation. Le franc suisse flambait en soirée de 3,1% face au dollar à 0,9634 FS/$ et de 1,87% face à l'euro, à 1,0190 FS/E.

La BCE échafaude un dispositif anti-fragmentation

L'euro rebondissait de 1,25% à 1,0572$ face au billet vert, après une chute sous 1,04$ la veille. Après réflexion, les investisseurs ont été un peu rassurés par les annonces de la BCE, qui a tenu mercredi une réunion d'urgence face à la hausse de l'écart ("spread") de rendement entre la dette des pays les plus solides et les plus fragiles comme l'Italie. Alors qu'elle a annoncé il y a une semaine la fin de son programme d'achat d'actifs le 1er juillet (entraînant des inquiétudes sur les "spreads"), l'institution a annoncé la mise en place d'un dispositif anti-fragmentation, afin d'éviter les divergences trop importantes entre les dettes des pays de la zone euro.

De son côté, la livre sterling a fait du yo-yo, après une nouvelle hausse des taux de la Banque d'Angleterre, perdant d'abord 1% avant de reprendre de la hauteur. Jeudi soir, la livre gagnait 1,37% face au dollar à 1,2347$, et 0,3% face à l'euro à 0,8551 £/E. La BoE a relevé jeudi d'un quart de point son taux directeur pour le porter à 1,25%, sa 5e augmentation depuis décembre. Certains observateurs tablaient toutefois sur un resserrement plus important, de 50 pb, face à une inflation qui a atteint 9% au Royaume-Uni en avril, et devrait dépasser les 11% dans quelques mois, selon les experts de la BoE. L'institution a signalé fermement qu'elle comptait poursuivre son resserrement monétaire.

Sur les marchés obligataires, les taux se sont maintenus jeudi à des niveaux élevés des deux côtés de l'Atlantique. Le rendement du T-Bond à 10 ans s'affichait jeudi soir à 3,24% (-4 points de base) et celui du "2 ans" reculait à 3,11% (-8 pb). Le rendement du Bund allemand à 10 ans a grimpé de 7 pb pour atteindre 1,71%, tandis que le taux du Gilt britannique de même échéance a pris 5 pb à 2,51%. Le taux italien à 10 ans pointait jeudi soir à 3,73% (-7 pb), faisant ressortir un écart de 202 pb avec le Bund, contre 240 pb il y a une semaine.

Retrouvez toute l'actualité des devises sur Boursier.com

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !