»
»
»
Consultation
Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

Plongeon du Bitcoin et des cryptos, la SEC sévit

Plongeon du Bitcoin et des cryptos, la SEC sévit
Plongeon du Bitcoin et des cryptos, la SEC sévit
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les principales cryptomonnaies poursuivent leur plongeon, Bitcoin et Ethereum en tête, alors que les autorités américaines sévissent contre plusieurs acteurs de ce marché des crypto-actifs. Sur une semaine, le BTC abandonne près de 14%, de retour à 6.304$ selon Coinmarketcap, pour une capitalisation de 109 milliards de dollars.

Rappelons que le Bitcoin avait inscrit un pic de près de 20.000$ en décembre 2017. La spéculation frénétique sur les cryptomonnaies avait alors attiré bon nombre de novices intéressés par des gains rapides sur ce marché des 'cryptos'. Depuis, le BTC a perdu deux tiers de sa valeur et les altcoins affichent également, pour la plupart, des corrections de très forte ampleur.

Nouvelles sanctions des régulateurs américains

La SEC et la FINRA (Financial Industry Regulatory Authority) sévissent de manière plus concrète désormais contre certains acteurs peu scrupuleux du secteur. Plusieurs amendes et une plainte ont ainsi été révélées en ce début de semaine. La SEC a ainsi sanctionné à hauteur de 0,2 M$ le fonds Crypto Asset Management, qui prétendait être régulé et correctement enregistré. Le fonds 'CAM' était commercialisé en tant que "premier fonds régulé de crypto-actifs aux Etats-Unis". Le fonds californien et son dirigeant Timothy Enneking avaient levé plus de 3,6 M$ sur une période de quatre mois fin 2017. Après avoir été contacté par les équipes de la SEC, CAM a cessé son offre au public et offert des rachats aux investisseurs affectés, affirme l'autorité américaine de marché.

Les dirigeants de TokenLot, firme active dans les levées de fonds en cryptomonnaie, devront quant à eux rembourser 0,5 M$ et écopent d'une amende de 0,1 M$. Ils n'étaient pas non plus correctement enregistrés.

Enfin, la FINRA a porté plainte contre Timothy Tilton Ayre, qui avait introduit de manière frauduleuse la 'crypto' HempCoin. Ce cas représente la première action disciplinaire de l'autorité de régulation impliquant les crypto-devises. On a envie de dire qu'il était grand temps ! Sur la période allant de janvier 2013 à octobre 2016, Timothy Tilton Ayre a tenté d'attirer les investissements dans une compagnie sans valeur réelle, Rocky Mountain Ayre, Inc. (RMTN), en émettant et en vendant le HempCoin, qu'il présentait comme 'la première monnaie virtuelle adossée à des titres négociables', et en effectuant des déclarations positives frauduleuses à propos des activités et finances de RMTN. RMTN était coté sur le 'Pink Market' d'OTC Markets Group.

Deux trackers suspendus

Le gendarme américain des marchés financiers vient aussi de suspendre Bitcoin Tracker One et Ether Tracker One, évoquant la confusion des investisseurs à propos des actifs liés à ces trackers. Les brokers permettant encore le trading de ces instruments financiers s'exposent évidemment à des sanctions. Les deux instruments ont été suspendus dimanche. La suspension doit durer au moins jusqu'au 20 septembre.

La SEC ne veut pas des ETF

Le mois d'août avait déjà été marqué par la décision de la Securities & Exchange Commission américaine de rejeter pas moins de neuf propositions d'ETF - fonds indiciels indexés sur le Bitcoin. La SEC avait annoncé le 23 août le rejet des 9 projets d'ETF de trois différents émetteurs (Direxion avait proposé 5 ETF, GraniteShares et ProShares avaient présenté chacun deux produits). L'autorité américaine évoquait pour se justifier la taille réduite du marché, ainsi que le manque d'assurances concernant la sécurité des produits.

Le gendarme US de marché s'inquiète surtout des risques de fraude et de manipulation. Néanmoins, la SEC n'a peut-être pas dit son dernier mot et devrait réétudier les propositions d'ETF. Le sujet demeure crucial pour la démocratisation du marché, et les spéculations sur les ETF avaient d'ailleurs porté le Bitcoin sur les 8.000$ en juillet, avant une rechute.

L'Ethereum victime de... son propre fondateur

L'Ethereum plonge pour sa part de 38% sur une semaine, de retour à 173$. Ainsi, la capitalisation de la seconde des cryptomonnaies n'est plus que de 18 milliards de dollars. Il faut dire que le cofondateur d'Ethereum, Vitalik Buterin, a avoué à Bloomberg ce week-end que la période de croissance explosive de l'industrie de la blockchain était probablement derrière elle, maintenant que le citoyen moyen est au courant de son existence.

Buterin aura donc fait preuve d'une belle franchise, expliquant notamment que les opportunités de croissance 'à X1000' n'existent plus selon lui. La croissance des 'cryptos' serait même proche d'un plafond. La prochaine étape consisterait donc à réussir à intéresser les gens aux applications réelles...

Dans une interview accordée à Bloomberg à l'occasion de l'Ethereum Industry Summit de Hong Kong, Buterin ajoute : "L'espace blockchain en arrive à un point où un plafond est en vue".

"Si vous parlez à la personne moyennement éduquée à ce stade, elle a probablement entendu parler de blockchain au moins une fois". Par ailleurs, alors que la croissance du Bitcoin et des 'cryptos' durant les six à sept premières années dépendait surtout de marketing et d'une optimisation de l'adoption, une telle stratégie serait désormais proche de la voie sans issue. Il s'agirait donc bien désormais de mettre l'accent sur les applications réelles et l'activité économique réelle, tranche Buterin.

Jeu de massacre sur les altcoins

Le XRP fléchit de 21% sur 7 jours, s'échangeant désormais à environ 0,26$. La 'capi' du XRP ressort à 10 milliards de dollars... Le Bitcoin Cash dévisse de 31% sur une semaine. L'EOS décroche de 24%. Le Stellar redescend de 16% et le Litecoin de 25% sur 7 jours. Le Cardano trébuche de 39% et le Monero de 26% sur une semaine.

Pas de trading de 'cryptos' pour Goldman Sachs

Le plongeon des derniers jours intervient par ailleurs alors que la banque d'affaires américaine Goldman Sachs viendrait d'abandonner ses plans concernant le trading de crypto-devises. GS considérait l'ouverture d'un 'trading desk' dédié aux devises numériques, mais aurait donc jeté l'éponge. D'après Business Insider, Goldman juge incertain l'environnement réglementaire entourant le Bitcoin et ses pairs.

La banque d'affaires évaluait cette opportunité depuis l'an dernier. Son directeur général Lloyd Blankfein avait précisé ainsi en octobre, sur le réseau social Twitter, que GS "pensait toujours au Bitcoin". Blankfein avait même manifesté alors une certaine ouverture d'esprit : "Rappelez-vous que les gens étaient également sceptiques lorsque la monnaie fiduciaire avait remplacé l'or". Depuis, Goldman semble donc s'être fait une raison. 'Business Insider' croit savoir que les dirigeants de GS considèrent désormais que de nouvelles étapes devront être franchies, hors du contrôle de la banque, avant qu'une institution régulée ne puisse se livrer au trading de crypto-devises.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com