Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

La chute du Bitcoin liée à la faillite de Mt. Gox en 2014 ?

La chute du Bitcoin liée à la faillite de Mt. Gox en 2014 ?
La chute du Bitcoin liée à la faillite de Mt. Gox en 2014 ?

(Boursier.com) — Quatre ans après sa faillite retentissante, qui avait plombé pour longtemps le cours du bitcoin, la plateforme japonaise Mt. Gox serait-elle à l'origine de la récente rechute de la cryptomonnaie ? Le bitcoin a en effet perdu la moitié de sa valeur depuis la mi-décembre, et a baissé de l'ordre de 10% ces derniers jours, revenant sous le seuil des 10.000$. Or, des rumeurs de marchés attribuent notamment ce désamour à un afflux de ventes en provenance du cabinet d'un procureur japonais, qui se trouve être l'administrateur judiciaire de Mt. Gox.

La "baleine de Tokyo" fait-elle plonger le bitcoin ?

Ce procureur, Nobuaki Kobayashi, a ainsi révélé mercredi qu'il avait vendu pour environ 400 millions de dollars de bitcoins et de bitcoins cash depuis le mois de septembre dernier... De là à lui attribuer une partie de la chute du cours de ces cryptomonnaies, il n'y a qu'un pas, même si les faits sont difficiles à vérifier, le marché des "cryptos" étant par définition peu transparents et non régulés.

De plus, le robinet n'est pas encore fermé, puisque Kobayashi --que les traders ont surnommé immédiatement "la baleine de Tokyo"--, dispose encore d'environ 1,9 milliard de dollars de cryptomonnaies, qu'il compte également céder au fil du temps, avec pour objectif de dédommager les créanciers de Mt. Gox.

Cette plateforme, fondée par le Français Mark Karpelès (désormais poursuivi par la justice japonaise), fut un temps la plus importante du monde. Elle avait fait faillite de façon retentissante en 2014, après avoir fait état d'un vol de 850.000 bitcoins (qui valaient à l'époque environ 500 M$). La compagnie avait ensuite indiqué avoir récupéré environ 200.000 bitcoins.

De nombreux pays appellent désormais à réguler le marché des "cryptos"

Si la "baleine de Tokyo" est impliquée dans les récents déboires du bitcoin (qui avait frôlé le 20.000$ à la mi-décembre), bien d'autres facteurs ont mis la pression sur le cours de la monnaie virtuelle, à commencer par plusieurs affaires de cambriolages de plateformes, et une vague de régulation des monnaies virtuelles dans plusieurs pays, dont la Chine, la Corée du Sud et le Japon.

Mercredi, le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, a fait savoir qu'il exigerait des plateformes de négociation de cryptomonnaies qu'elles obtiennent une homologation identique à celle des autres marchés financiers, ce qui impliquera de respecter de nombreuses règles, notamment en matière de transparence et d'information financière.

De son côté, la Banque de France a publié cette semaine une note prudente sur le bitcoin et les autres crypto-actifs, dont le développement est qualifié de "bulle spéculative". La BdF a appelé les régulateurs et superviseurs du système financier à s'interroger sur "une évolution du cadre réglementaire adaptée à l'essor de ces actifs, dans une démarche concertée à l'échelle européenne et internationale". La Banque de France plaide donc pour une action concertée et une régulation globale.

©2018-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !