Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

Google et le FMI achèvent les cryptos ! Le Bitcoin retombe

Google et le FMI achèvent les cryptos ! Le Bitcoin retombe
Google et le FMI achèvent les cryptos ! Le Bitcoin retombe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cryptomonnaies se sont littéralement effondrées depuis 24 heures, victimes des craintes de durcissement de la régulation au niveau mondial, mais aussi des annonces de Google, qui a visiblement alarmé les opérateurs hier en annonçant le bannissement programmé des pubs pour monnaies numériques.

Les devises digitales affichent des pertes assez colossales depuis hier.

Le Bitcoin décroche de 6% sur 24 heures et revient sur les 8.000$, à 8.137$ actuellement selon Coinmarketcap. Il abandonne près du cinquième de sa valeur sur une semaine.

L'Ethereum plonge de 7% sur une journée, revenant à 602$. Le Ripple dévisse de 8% à 0,68$. Le Bitcoin Cash et le Litecoin affichent des corrections comparables, redonnant respectivement 8% et 5%. Le Cardano plie de 15% sur 24 heures et le Stellar de 14%. Le NEO vacille de 11% et le Monero de 7%...

Après Facebook, Google interdit la pub pour les cryptos

Google (Alphabet) ne veut plus des publicités pour les monnaies digitales. Le groupe a annoncé hier qu'il allait interdire ces pubs pour les cryptomonnaies, ainsi que pour les contenus associés, à partir du mois de juin 2018. Plus généralement, le groupe californien entend interdire les publicités concernant les produits financiers non régulés et les produits les plus spéculatifs...

Les pubs pour cryptos et ICO interdites en juin

La nouvelle politique restrictive publiée par Google concernant les services financiers, qui sera donc applicable au mois de juin, interdirait purement et simplement de faire la promotion des options binaires et des produits liés, des crypto-devises et des contenus associés (y compris les ICO - 'initial coin offerings', plateformes d'échanges de 'cryptos', portefeuilles de devises numériques et conseils de trading).

Les produits financiers spéculatifs également visés

Google va aussi interdire en juin les publicités pour les agrégateurs de certains produits financiers très spéculatifs, tels que les CFD (Contracts for Difference), opérations de change à report tacite, les options binaires et produits liés (...).

Montrer patte blanche

Les annonceurs proposant des produits spéculatifs devront être certifiés par Google avant de pouvoir faire de la publicité sur AdWords. La certification ne sera disponible que dans certains pays. Pour obtenir le précieux sésame, les annonceurs devront remplir certaines conditions drastiques. Ainsi, les firmes en question devront obtenir l'agrément des autorités financières du ou des pays concernés, s'assurer que leurs publicités restent conformes aux politiques AdWords, et se conformer aux exigences légales en vigueur, y compris celles relatives aux produits financiers spéculatifs complexes.

Protéger le consommateur ?

"Nous n'avons pas de boule de cristal pour savoir quel sera l'avenir des cryptomonnaies, mais nous avons vu assez de nuisances aux consommateurs ou de nuisances potentielles pour juger qu'il s'agit d'une activité que nous voulons approcher avec extrême prudence", a ajouté Scott Spencer, le 'director of sustainable ads' de Google, interrogé par CNBC.

Facebook avait montré la voie

Le réseau social de Menlo Park Facebook avait montré la voie à suivre en janvier, en bannissant les publicités faisant la promotion des produits financiers et services fréquemment associés à des pratiques promotionnelles trompeuses ou illégales. Cette interdiction concernant notamment les 'initial coin offerings' ou les cryptos.

Le Japon va proposer une régulation des cryptos au G20

Le Japon va quant à lui demander à ses homologues du G20, la semaine prochaine à Buenos Aires (les 19 et 20 mars), de produire les efforts nécessaires à une meilleure régulation du marché des cryptomonnaies. Il s'agirait notamment de lutter contre le blanchiment d'argent. Comme le relève un responsable cité par Reuters, les chances sont cependant minces que les leaders financiers du G20 parviennent rapidement à un accord sur des règles spécifiques aux 'cryptos' et les précisent officiellement. Pour l'heure, les approches sont en effet très différentes selon les pays.

Le GAFI a son mot à dire

La Financial Action Task Force (FATF), 'Groupe d'action financière' (GAFI) réunissant 37 pays, basé à Paris, et mis en place par les autorités du G7 pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, va rendre ses conclusions devant le G20. Il devrait ainsi fournir des pistes sur la manière de lutter contre l'usage des cryptomonnaies pour le blanchiment.

Souple ou dure, la régulation ?

Le Japon craindrait, malgré le large consensus parmi les acteurs du G20 sur la nécessité de mesures préventives, que certains pays se montrent trop souples. Le Japon, marché précurseur des 'cryptos', confirme sa posture "dure" face aux excès potentiels. Le pays a été le premier à se doter d'un système de contrôle du trading de cryptomonnaies, rappelle ainsi Reuters. Néanmoins, le Japon demeure très exposé, comme l'a récemment montré le piratage record de 530 M$ de la plateforme Coincheck. Le Japon entendrait désormais réguler le marché et juguler l'activité illégale, sans étouffer l'innovation dans les crypto-devises et les secteurs 'fintechs'.

Le FMI s'inquiète du "côté obscur" des cryptos

Le Fonds Monétaire International (FMI) a par ailleurs livré une analyse titrée 'Répondre au Côté Sombre du Monde des Cryptos". Le FMI en appelle aux gouvernements, estimant que ces derniers devraient imposer une technologie de régulation et de supervision, afin de lutter en particulier contre l'activité criminelle liée aux crypto-devises. Le FMI explique notamment que les raisons rendant les crypto-actifs si attractifs sont également celles pour lesquelles ils sont dangereux. L'agence s'inquiète de la décentralisation des réseaux et de l'anonymat, ainsi que des risques de blanchiment et de financement du terrorisme. Les cryptomonnaies pourraient constituer un nouveau véhicule majeur de financement de ces activités illégales, craint le FMI.

Coopération internationale ?

Le FMI plaide donc pour une vaste coopération internationale afin de s'attaquer à ces problèmes. IL rejoint en cela le Japon, mais aussi les USA, dont les responsables congressistes se sont encore alarmés cette semaine de cette montée en puissance des monnaies digitales. Mercredi, plusieurs responsables du sous-comité des services financiers de la Chambre américaine des représentants ont ainsi affirmé leur volonté de réguler et de protéger les investisseurs...

On laissera le mot de la fin à l'élu Démocrate Brad Sherman, qui résume ainsi sa conception des cryptomonnaies : "Elles permettent à quelques dizaines d'hommes de mon quartier de s'asseoir en pyjama toute la journée en affirmant à leurs femmes qu'ils vont devenir millionnaires".

©2018-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !