Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

Bitcoin : la "plus grosse bulle de l'histoire de l'humanité" ?

Bitcoin : la "plus grosse bulle de l'histoire de l'humanité" ?
Bitcoin : la 'plus grosse bulle de l'histoire de l'humanité' ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'économiste américain Nouriel Roubini, connu pour ses déclarations plutôt pessimistes sur les marchés financiers, s'est "lâché" vendredi concernant le bitcoin. Dans un entretien à 'Bloomberg TV', celui qui avait annoncé dès 2007 l'éclatement de la bulle des crédits immobiliers "subprimes", a estimé que le bitcoin était la "plus grosse bulle de l'histoire de l'humanité", loin devant celle des bulbes de tulipes, qui avaient enflammé les Pays-Bas et l'Europe au 17ème siècle avant d'éclater.

Celui que les marchés ont surnommé "Dr Catastrophe" ("Dr Doom") a qualifié le gonflement du cours du bitcoin de "mère de toutes les bulles", dont l'éclatement a commencé. Le cours de la cryptomonnaie avait explosé en 2017, passant de moins de 1.000$ en janvier à près de 20.000$ en décembre. Mais il s'est ensuite effondré de 60% par rapport à son record, pour revenir autour de 8.000$ vendredi.

Une bulle spéculative, mais aussi un "désastre environnemental"

"Il n'y a pas que le bitcoin", a ajouté Nouriel Roubini, rappelant qu'il existe plus de 1.300 monnaies virtuelles (dont ethereum, ripple, bitcoin cash, NEM...), dont les bulles sont "bien pires, à la puissance 2 ou 3" par rapport à celle du bitcoin. Ce dernier est la principale cryptomonnaie avec un capitalisation de l'ordre de 146 milliards de dollars, ce qui représente environ 35% du marché mondial des "cryptos".

L'économiste est allé jusqu'à remettre en question l'utilité de la technologie qui sous-rend le bitcoin, la "blockchain", qui intéresse pourtant de nombreux acteurs économiques souhaitant sécuriser le transfert de données. Selon le professeur d'Economie à l'Université de New York, "la blockchain existe depuis 10 ans et sa seule application a été les cryptomonnaies, qui sont une escroquerie".

Pour enfoncer le clou, Nouriel Roubini a aussi jugé que les "cryptos" étaient "un désastre environnemental" dans la mesure où leur conception par des serveurs informatiques ("minage") est particulièrement dévoreuse d'énergie.

©2018-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !