Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

Bitcoin et cryptomonnaies salement amochés

Bitcoin et cryptomonnaies salement amochés
Bitcoin et cryptomonnaies salement amochés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les principales cryptomonnaies retombent encore ce mardi, après avoir brièvement tenté hier un rebond technique. Le Bitcoin perd encore 7% sur 24 heures et revient à 3.709$ désormais selon Coinmarketcap, abandonnant un cinquième de sa valeur sur une semaine. Rappelons que la chute a récemment tourné au massacre sur les crypto-devises, sur fond de conflit entre deux équipes de développement software concernant le codage du Bitcoin Cash, et d'interventions de plusieurs régulateurs internationaux.

Le XRP de la firme Ripple a corrigé pour sa part de 7% sur une journée et 25% sur une semaine. L'Ethereum a abandonné 8% sur 24 heures et 23% sur sept jours. Le Bitcoin Cash a décroché encore de 20% sur sept jours.

Les autres altcoins ne sont pas épargnés. Sur une semaine, l'EOS chute de 19%, le Stellar s'effondre de 32% et le Cardano de 26%. Le Litecoin abandonne 14% sur sept jours... Notons tout de même un bond de 88% sur une semaine du Bitcoin SV, objet spéculatif du moment.

Le Bitcoin ne pèse plus que 64 Mds$

Ainsi, le Bitcoin, référence des devises numériques, s'est affalé sous les 4.000$, retombant au plus bas de 14 mois. Il faut remonter au mois de septembre 2017 pour retrouver de tels niveaux sur BTC. La capitalisation du Bitcoin est retombée à 64 Mds$ environ selon Coinmarketcap, contre 14 milliards de dollars pour le XRP de la firme Ripple, désormais seconde cryptomonnaie devant l'Ethereum et ses 11 Mds$. Le Bitcoin Cash ne pèse plus pour sa part que 3 Mds$ environ (1,8 Md$ pour le Bitcoin SV), le Stellar 2,7 Mds$ et l'EOS 2,8 Mds$.

Fin de la bulle ?

Rappelons que le Bitcoin avait atteint en décembre 2017 un pic historique de près de 20.000$, avant de s'effondrer les mois suivants. Il perd environ 81% de sa valeur depuis ces sommets. Les craintes relatives à une régulation accrue, celles concernant la fragilité de différentes plateformes du secteur, ou encore les débats récurrents sur la légitimité de ces crypto-actifs, ont eu raison de ce qui s'apparentait alors à une réelle bulle spéculative.

Rappelons que la flambée du Bitcoin et des 'cryptos' avait attiré l'attention des particuliers à la même époque, l'an dernier. Le Bitcoin avait d'abord franchi symboliquement les 10.000$ à la fin du mois de novembre, avant d'accélérer à près de 20.000$ à l'approche de Noël, rappelle à juste titre CNBC. Avant d'atteindre les 20.000$, le BTC avait été multiplié par... 60 en trois ans ! Bloomberg rappelle, à titre de comparaison, que le Nasdaq avait perdu 78% de sa valeur après le pic de l'an 2000. La comparaison pourrait néanmoins flatter les amateurs de Bitcoin, puisque le Nasdaq a depuis atomisé son précédent record de mars 2000 inscrit alors aux environs des 5.000 pts.

Clash du Bitcoin Cash

Le 'split' du Bitcoin Cash a fait beaucoup parler de lui. Deux versions logicielles sont en compétition pour devenir la chaîne dominante. Les deux groupes du Bitcoin Cash (ABC et SV) se livrent une lutte sévère, qui ressortait initialement à l'avantage du groupe ABC mais semble maintenant basculer en faveur des 'SV'. "Le gagnant sera en mesure de modifier le logiciel à son avantage, par exemple en déterminant comment miner des jetons plus efficacement", selon Bloomberg. "Parmi les autres avantages, il y a la possibilité d'attirer de meilleurs développeurs et un plus grand nombre de mineurs à rejoindre son pool. Quiconque acquiert le contrôle aura également une grande influence sur le prix du jeton concerné", précise encore Bloomberg... Le 'clan ABC' serait mené par Bitmain, géant chinois de l'industrie du Bitcoin, et l'investisseur Roger Keith Ver - l'un des premiers investisseurs dans le Bitcoin et les sociétés liées ('Bitcoin Jesus'). La branche SV ('Satoshi's Vision') est menée par le milliardaire Calvin Ayre et par l'Australien Craig Steven Wright. Rappelons que Wright a affirmé publiquement être le fameux 'Satoshi Nakamoto', créateur anonyme du Bitcoin. Néanmoins, les preuves fournies pour le démontrer n'ont pas vraiment convaincu la communauté des crypto-devises.

Les régulateurs aux aguets

L'accélération de la baisse des 'cryptos' en milieu de semaine dernière faisait suite également à l'annonce par la Securities and Exchange Commission, gendarme boursier américain, de sanctions infligées à Airfox et Paragon Coin. Les deux firmes devront donc payer des amendes de 250.000$ pour rembourser leurs investisseurs, a précisé Bloomberg, citant un communiqué de la SEC. L'autorité de marché désire ainsi sanctionner ces firmes n'ayant pas enregistré leurs ICO (initial coin offerings - levées de fonds en monnaie numérique) correctement... Les Etats-Unis enquêtent par ailleurs sur le 'rally' des crypto-devises observé en 2017. Il s'agirait de déterminer une éventuelle manipulation du marché, rapportent plusieurs sources.

Le durcissement de la régulation a donc ajouté à la panique ambiante, la Financial Services Agency japonaise ayant de son côté indiqué sa volonté de réguler les portefeuilles de devises virtuelles...

Les régulateurs britanniques ont par ailleurs prévenu des risques liés aux dérivés sur 'cryptos'. Christopher Woolard, Executive Director of Strategy & Competition de la Financial Conduct Authority (FCA), a mentionné une possible interdiction de certains dérivés sur crypto-actifs, à l'occasion d'un événement se tenant à Londres, relatif à la régulation des cryptomonnaies. Le responsable s'inquiète du fait que les consommateurs puissent acquérir des produits dérivés complexes, volatils et à levier basés sur les 'cryptos'.

L'Ohio permet de payer les taxes en Bitcoin

Il faut bien une relative bonne nouvelle dans ce déluge d'informations négatives pour les cryptomonnaies. Elle vient de l'Ohio. Cet Etat américain va permettre en effet aux compagnies résidentes de payer leurs taxes en jetons digitaux, croit savoir le 'Wall Street Journal'. Le service est proposé sur Ohiocrypto.com. Pour l'instant, il n'est disponible cependant que pour les entreprises locales. L'ouverture ultérieure aux habitants est envisagée.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com