Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

Qui veut être payé en crypto-monnaies ?

Qui veut être payé en crypto-monnaies ?

Peu de personnes savent que certains groupes rémunèrent leurs employés en cryptomonnaies... C'est le cas au Japon avec la société GMO qui paye une partie de ses salariés en Bitcoins !

Qui veut être payé en crypto-monnaies ?
Crédit photo © Reuters / Benoit Tessier

(Boursier.com) — Paypite , la première crypto-monnaie francophone, et Qapa.fr, partenaire emploi de tous les Français, ont voulu savoir si les Français étaient capables ou prêts à recevoir leur salaire en monnaies virtuelles...

Aujourd'hui, pratiquement tout le monde en France a déjà entendu parlé des crypto-monnaies. C'est en effet ce que déclarent 94% des femmes et plus de 98% des hommes interrogés sur le sujet des monnaies numériques... Mais combien sont prêt(e)s à être rémunéré(e)s en crypto-monnaies ?

Des salaires en monnaies virtuelles ?

Peu de personnes savent que certains précurseurs rémunèrent leurs employés en cryptomonnaies. : 95% des femmes et 92% des hommes interrogés avouent l'ignorer... C'est le cas au Japon avec la société GMO qui paye une partie de ses salariés en Bitcoins ou de la société Bitedge en Australie qui rémunère ses employés à 100% en Bitcoins.

En France, le Code du Travail indique que le versement du salaire doit être fait en monnaie fiduciaire ou ayant cours légal en France. Le droit français n'admet pas d'aménagements pour le moment afin d'intégrer une notion comme celle des crypto-monnaies.

La cour de cassation les considère comme une monnaie virtuelle, sans correspondre à une monnaie au sens juridique. De plus, elles ne bénéficient pas d'un cours légal... Pour le moment, la loi française ne permet donc pas de payer ses salariés en monnaie numérique. En attendant que la législation française évolue sur le point, il est en revanche possible d'envisager à court terme de payer des primes ou bonus sous la forme de crypto-monnaies...

Presque 2 Français sur 3 seraient prêts...

Si 45% des femmes et 34% des hommes n'aimeraient pas avoir une partie de leur salaire en crypto-monnaies, la grande majorité semble disposée à accueillir ces nouvelles devises dans leur rémunération. Ainsi, parmi ces précurseurs, 22% des femmes et 26% des hommes accepteraient une partie crypto-monétaire sous forme de prime ou de bonus. En deuxième choix, 10% des femmes et 14% des hommes s'accorderaient sur 10% de leur salaire en monnaie numérique.

A la question " Seriez-vous prêt(e) à demander à votre entreprise ce genre de salaire ?", la grande majorité des Français répond par l'affirmative. En effet, 53% des femmes et plus de 61% des hommes se disent disposés à solliciter leur société pour discuter d'une rémunération en crypto-monnaie.

Des régions prêtes pour les monnaies numériques...

Parmi les régions les plus attirées par l'obtention d'un salaire en crypto-monnaie, c'est l'Ile-de-France qui arrive en tête avec 17% de représentativité. Elle se trouve juste devant la Bretagne qui enregistre 15% et la Normandie qui comptabilise 12%.

En revanche, les régions Grand Est (2%), Bourgogne Franche-Comté (2%) et Centre - Val de Loire (1%) se situent en fin de classement et ne semblent pas encore séduites par les crypto-monnaies...

Qui en pince pour les crypto-monnaies ?

Selon une répartition par âges, les Français entre 18 et 30 ans sont clairement plus en phase avec les monnaies numériques que leurs aînés... Ainsi, ils sont 99% à connaître l'existence des crypto-monnaies, et plus au courant quant aux entreprises qui rémunèrent leurs salariés avec ce type de devises (7%).

Les jeunes sont également plus intéressés par une partie de rémunération en monnaies numériques puisqu'ils sont plus de 33% à envisager une prime ou un bonus sous cette forme alors que les 31-45 ans ne sont que 26%, les 46-60 ans 21% et les plus de 60 ans 16%.

Les chefs d'entreprises risquent également de devoir rapidement répondre aux demandes des 18-30 ans qui sont plus de 62% à déclarer être prêts à négocier un salaire en monnaies numériques. Enfin, si les 31-45 ans (55%), les 46-60 ans (58%) et les plus de 60 ans (61%) pensent que le futur n'est pas dans les monnaies numériques, les 18-30 ans sont plus de 58% à y voir l'avenir des transactions...

©2018-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !