Actualités du Bitcoin et des crypto-monnaies

La monnaie numérique européenne sur les rails ?

La monnaie numérique européenne sur les rails ?

François Villeroy de Galhau rappelle son attachement au projet "e-Euro"

La monnaie numérique européenne sur les rails ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Pour le gouverneur de la banque de France, "une monnaie ne peut pas être privée" !... Interrogé sur France Inter ce week-end, François Villeroy de Galhau considère qu'il s'agit avant tout d'un "bien public de souveraineté. Et de rappeler au passage son attachement au projet européen de création de monnaie numérique européenne, l'e-Euro, estimant que l'utilisation des billets de banque diminuait progressivement dans plusieurs pays de la zone euro, tout particulièrement dans le Nord de l'Europe...

Alors que le Bitcoin continue de végéter depuis plusieurs mois sous la barre des 10.000$, et que les ambitions de Facebook de créer une nouvelle monnaie virtuelle ont été contrariées par l'abandon successif de plusieurs groupes associés à ce projet de cryptomonnaie, ce nouvel avertissement confirme que les banquiers centraux ne veulent rien lâcher au groupe américain sur ce terrain.

Association en question

Après PayPal, Visa, MasterCard, eBay, ou Booking.com, Vodafone a annoncé dernièrement quitter l'association chargée de piloter le lancement de la monnaie numérique de Facebook. Le groupe britannique compte en effet se concentrer sur sa propre plateforme de paiement par mobile M-Pesa, lancée il y a plus de 10 ans et présente dans différents pays d'Afrique et d'Asie. Parmi les partenaires n'ayant pas encore jeté l'éponge citons Lyft, Spotify, Uber et le français Iliad...

"Ils se posent la question de savoir si demain il faut pas donner le droit au citoyen a une monnaie digitale qui n'est plus un billet physique, mais qui a la même qualité c'est à dire la sécurité de la Banque de France et de la Banque centrale européenne", a poursuivi François Villeroy de Galhau... "La monnaie, ça ne peut pas être privé. La monnaie c'est un bien public de souveraineté. C'est une réflexion que nous commençons, parce qu'elle pose énormément de questions..."

Risque d'abus de position

L'automne dernier, Bruno Le Maire avait déclaré que Facebook ne pouvait être autorisé à développer sa cryptomonnaie en Europe, estimant que cela soulevait des "risques d'abus de position, des risques de souveraineté (...) et des risques pour les consommateurs et pour les entreprises".

Le ministre français de l'Economie et des Finances rappelait à cette occasion la ligne définie par les responsables politiques et les banquiers centraux à travers le monde mettant en garde contre les dangers du projet Libra, dévoilé mi-2019 par Facebook, et que ce dernier comptait lancer au cours du premier semestre 2020.

"Risque systémique"

"Libra soulève aussi une risque systémique à partir du moment ou il y a 2 milliards de consommateurs. Toute défaillance dans le fonctionnement de cette monnaie, dans la gestion de ses réserves pourrait créer des désordres financiers considérables", avait souligné Bruno Le Maire, lors d'une conférence de l'OCDE consacrée aux défis des cryptomonnaies.

Avant d'enfoncer le clou : "Toutes ces préoccupations sur Libra sont sérieuses, je veux dire donc avec beaucoup de clarté que dans ces conditions nous ne pouvons pas autoriser le développement de Libra sur le sol européen".

Devise numérique

Rappelons que Libra se veut une devise numérique fonctionnant à partir de la technologie blockchain, censée assurer la transparence et la sécurité de toutes les transactions...

Le G7 a pour sa part souligné les nombreux risques inhérent à cette initiative allant du blanchiment international à un impact sur les taux d'intérêt en passant par un souci réglementaire fragmenté. A l'issue de la réunion du G7 de Chantilly, en juillet dernier, les différents intervenants avaient fait part de leurs "graves préoccupations tant réglementaires que systémiques" à l'égard du Libra, qui pourrait "affecter la souveraineté monétaire et le fonctionnement du système monétaire international...".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !