Le pétrole flambe, l'Arabie saoudite renvoie Trump dans les cordes

Le baril de Brent de la Mer du Nord a flambé lundi de 3% pour finir à 81,20$ après le refus de l'Opep de s'engager à augmenter sa production.

Crédit photo Reuters

Le baril de brut léger américain 'WTI' (contrat de novembre) a encore grimpé lundi, gagnant 1,8% à 72,08$ sur le Nymex américain lundi, au plus haut depuis le mois de juillet, tandis que le baril de Brent a franchi les la résistance technique des 80$ pour finir la journée à 81,20$ (+3%), au plus haut depuis novembre 2014. Le resserrement de l'offre globale et les sanctions à venir contre l'Iran dopent les prix du brut.

L'Arabie saoudite a par ailleurs envoyé paître Donald Trump, qui lui demandait en fin de semaine dernière de faire baisser les prix. "Je n'influence pas les prix", a assuré Khalid al-Falih, ministre saoudien à l'énergie, interrogé par les journalistes lors de la réunion d'Alger - alors que le groupe de producteurs pétroliers a discuté d'une hausse de production pour contrer l'impact de la baisse de l'offre iranienne.

Le président américain Donald Trump s'était fendu d'un tweet rageur la semaine dernière, s'attaquant à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole : "Nous protégeons les pays du Moyen-Orient, ils ne seraient pas en sécurité pendant très longtemps sans nous, et pourtant ils continuent de faire pression pour des prix du pétrole de plus en plus élevés! Nous nous en souviendrons. Le monopole de l'OPEP doit faire baisser les prix maintenant!"

Notons également que le rapport gouvernemental US publié mercredi avait fait ressortir une cinquième semaine de baisse des stocks domestiques de brut. Selon le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont ainsi reculé de 2,1 millions de barils sur la semaine close au 14 septembre, à 394,1 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux diminué de 1,7 million de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont augmenté de 0,8 million de barils.