BCE : à quoi s'attendre ce jeudi ?

BCE : à quoi s'attendre ce jeudi ?
BCE : à quoi s'attendre ce jeudi ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Konstantin Veit, Gestionnaire de portefeuille chez PIMCO, surveillera de près la BCE qui se réunira jeudi... Cette dernière achète actuellement 80 Milliards d'euros par mois dans le cadre du programme d'achat d'urgence en cas de pandémie (PEPP) et 20 Milliards d'euros par mois dans le cadre des programmes réguliers d'achat d'actifs (APP)... Lors de cette réunion, le Conseil des gouverneurs réexaminera le rythme d'achat du PEPP à la lumière d'une nouvelle série de projections macroéconomiques trimestrielles.
Alors que la BCE signalera probablement une légère baisse du rythme d'achat du PEPP au cours du trimestre suivant, en raison de la baisse des rendements et de l'amélioration des données sur l'activité économique, les inquiétudes persistantes concernant l'évolution de la pandémie et les perspectives d'une inflation toujours faible à moyen terme rendent peu probable une réduction plus importante de ce programme d'achat.

Le spécialiste souligne : "Nous continuons de nous attendre à un nouveau rythme d'achat PEPP de 60 Milliards d'euros par mois, en ligne avec le rythme d'achat du début de l'année, et maintenons notre opinion selon laquelle la BCE réduira le rythme des achats nets d'actifs mensuels au fil du temps, de 100 Milliards d'euros par mois actuellement, à 60 Milliards d'euros par mois au deuxième trimestre 2022" (...) "Nous ne prévoyons pas de révision significative à la hausse de la prévision d'inflation IPCH de 1,4 % pour 2023, et il faudra probablement attendre la réunion du mois de décembre pour en savoir plus sur l'avenir du PEPP au-delà de sa date de conclusion la plus proche, à savoir mars 2022. Le soutien persistant de la banque centrale européenne reste favorable aux actifs à risque, mais les valorisations actuelles offrent peu de place pour une compression importante des spreads. En outre, les risques qui pèsent sur les perspectives macroéconomiques restent élevés et un régime de 'domination budgétaire' stricte n'est pas envisageable" conclut le gérant.

©2021
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.