»
»
»
Consultation

Xavier Niel lance une Freebox de luxe et relève ses prix

Xavier Niel lance une Freebox de luxe et relève ses prix
Crédit photo © Reuters

par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) - L'opérateur Free (Iliad) a dévoilé mardi une nouvelle Freebox "tout-en-un" au tarif nettement revu à la hausse, faisant le pari du très haut de gamme pour reconquérir ses abonnés.

Tel un iPhone du fixe, la Freebox "Delta" se présente comme le couteau-suisse de la maison: à la fois enceinte connectée équipée du son "Devialet", assistant vocal avec l'Alexa d'Amazon mais aussi assistant domotique et sécurité depuis l'ouverture des volets jusqu'à l'alarme intrusion.

Présentée comme "révolutionnaire" par le fondateur de Free Xavier Niel, l'appareil, dont la précédente version datait de 2010, associe un ensemble inédit de technologies, de services et d'équipements, dont un abonnement gratuit au populaire service de contenus en streaming Netflix.

Avec ce lancement, retardé à plusieurs reprises, Free espère relever deux défis : redonner sens à la "box", cet équipement- concept que le groupe a popularisé depuis le début des années 2000 mais qui est aujourd'hui court-circuité par les services internet.

L'opérateur télécoms, dont le cours de Bourse chute depuis le début de l'année face à l'érosion de son parc d'abonnés, tente aussi de retrouver de la valeur sur un marché français des télécoms aux prix les plus bas d'Europe.

Pour s'offrir la Freebox, il en coûte 49,99 euros par mois, prix facial auquel il faut ajouter le coût d'acquisition du "Player" Devialet soit 480 euros au comptant ou 10 euros par mois pendant 4 ans.

Le coût réel de la facture s'approche en réalité de près de 60 euros par mois pendant les premières années, soit une hausse de 20 euros environ par rapport à la Freebox Révolution.

Le pari est réel dans un pays où les consommateurs se sont habitués à payer une trentaine d'euros pour leur forfait internet.

"L’idée, c’est de créer un produit différenciant qui attire. Ce n'est pas fait pour tout le monde : il y a des gens qui n’ont pas besoin de pack Netflix ou de pack de sécurité", a expliqué Xavier Niel en marge d'une conférence de presse organisée dans les locaux parisiens de Free.

RETROUVER L'ADN

"On est dans un produit volontairement haut de gamme sur lequel on perd un tout petit peu de marge mais c’est délibéré et volontaire parce que cela recrée de l’ADN et cela remontre ce qu’on est capable de faire", a ajouté l'entrepreneur.

Free accentue ainsi la dichotomie entre le fixe, sa vache à lait, et le mobile où l'opérateur a axé sa stratégie sur des prix cassés lors de son lancement en 2012.

En parallèle à la Freebox Delta, l'opérateur a toutefois lancé un deuxième appareil plus accessible, la Freebox One, au prix de 29,99 euros par mois incluant Netflix pendant un an avant de passer à 39,99 euros.

L'opérateur n'a pas souhaité communiquer d'objectifs commerciaux chiffrés mais Xavier Niel a réaffirmé que le groupe tiendrait son objectif clef d'un solde Ebitda moins investissement d'environ un milliard d'euros en 2020.

Le lancement était très attendu par le marché, inquiet pour les perspectives de Free qui a perdu des abonnés fixes et mobiles en France au cours des deux derniers trimestres sous le coup d'une intensité concurrentielle sans précédent.

L'action d'Iliad gagnait en milieu d'après-midi 4,96% à 127,05 euros, ramenant son recul depuis le début de l'année à environ 37%.

Outre une gamme étoffée de services, la Freebox Delta propose une vitesse de débit de 10 gigabits ainsi qu'une technologie associant la 4G et l'ADSL afin d'offrir une rapidité accrue aux foyers qui ne sont pas encore équipés de la fibre.

Si l'appareil conçu par le designer britannique Jasper Morrison retrouve le design épuré qui fait la patte de Free, sa taille en forme de triangle est assez conséquente, à rebours de la tendance à la miniaturisation des dernières années.

Autre changement d'ampleur, les modalités de l'offre de Free prévoient que les clients deviennent propriétaires de l'équipement incluant les enceintes haut de gamme du fabricant français Devialet, une start-up dans laquelle Xavier Niel a investi à titre personnel.

(Edité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com