»
»
»
Consultation

WPP: Restructuration oui, démantèlement non

WPP: Restructuration oui, démantèlement non

Crédit photo © Reuters

par Kate Holton

LONDRES (Reuters) - Mark Read, chargé de gérer au quotidien WPP à la suite du départ soudain du fondateur Martin Sorrell, réfléchira à une restructuration du premier publicitaire mondial mais exclut un démantèlement.

Promu directeur général délégué avec Andrew Scott, le spécialiste des acquisitions, Read, patron du pôle numérique, a dit lundi que WPP avait les moyens de s'adapter à la baisse des dépenses des annonceurs et à la révolution technologique du secteur de la publicité.

Le chiffre d'affaires trimestriel n'a pas été aussi mauvais que prévu et c'est pourquoi l'action gagne autour de 8% en fin de matinée en Bourse de Londres, l'une des plus fortes hausses de l'indice Stoxx 600.

L'action pourrait réaliser une performance record ce lundi. Elle a déjà récupéré le terrain perdu depuis l'annonce du départ de Sorrell le 14 avril.

Le CA net a baissé de 0,1% à périmètre comparable, alors que les analystes projetaient un recul de 1%, en raison de la baisse des dépenses de clients tels qu'Unilever et P&G et de la concurrence de groupes technologiques tels que Google et Facebook.

Il s'agit du premier résultat depuis le départ de Martin Sorrell, 73 ans, qui a démissionné à la suite de l'ouverture d'une enquête interne sur des soupçons d'irrégularités financières.

Le président de WPP, Roberto Quarta, a déclaré lundi que le groupe n'avait pas dévoilé les résultats de son enquête parce que Martin Sorrell avait déjà démissionné .

"Martin a décidé de démissionner avant que le conseil ait pris en considération le résultat de l'enquête et déterminé s'il était approprié ou non d'agir", a-t-il dit aux analystes lors de la conférence suivant les résultats.

WPP, qui emploie 200.000 salariés dans 112 pays, peine à égaler les performances de concurrents tels qu'Omnicom, Publicis et IPG. Il a confirmé lundi qu'il ne s'attendait pas à enregistrer de la croissance cette année.

NO COMMENT SUR KANTAR

Cette médiocre performance et les bouleversements provoqués par des groupes tels que Google et Facebook ont poussé certains analystes à se demander s'il ne faudrait pas démanteler WPP ou à tout le moins vendre certains actifs moins performants comme la société d'études de marché Kantar.

Read n'a fait aucun commentaire sur un article du Financial Times suivant lequel le fonds de capital investissement CVC avait contacté WPP au sujet de la vente éventuelle de Kantar Media. Il a toutefois dit que cette société devait faire mieux.

"Même au sein de Kantar, ce sont principalement les segments personnalisés de l'entreprise (qui souffrent), d'autres éléments de l'entreprise se portent bien", a-t-il dit. Les segments personnalisés font référence aux projets réalisés pour des clients individuels.

Ses propos semblent indiquer une approche plus nuancée concernant une éventuelle restructuration où seuls quelques actifs seraient vendus et non des divisions entières..

Read, considéré comme un favori pour le poste de directeur général de WPP, juge un démantèlement du groupe sans objet mais il a ajouté que lui et Scott examinaient toutes les possibilités et les présenteraient à Roberto Quarta.

Il a dit qu'il n'y avait pas de calendrier concernant cette procédure.

Le CA de WPP a été soutenu au premier trimestre par une amélioration de la performance en Grande-Bretagne et en Asie-Pacifique, en Amérique latine, en Afrique et au Moyen-Orient et en Europe centrale et orientale.

"Mark Read et Andrew Scott apportent la stabilité et le leadership dont WPP a besoin", a déclaré Quarta, ajoutant que ces derniers bénéficiaient de son plein soutien et de celui du conseil d'administration pour revoir la stratégie du groupe.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com