»
»
»
Consultation

Wauquiez défend l'idée d'une "civilisation européenne"

Wauquiez défend l'idée d'une "civilisation européenne"
Crédit photo © Reuters

par Catherine Lagrange

LYON (Reuters) - Laurent Wauquiez a défendu samedi le principe d'une "civilisation européenne" lors d'un conseil national des Républicains (LR), à Lyon, où a été dévoilé le programme du parti en vue des élections européennes du 26 mai.

Ce programme décliné en 75 propositions fait la part belle aux sujets liés à l'immigration et à l'identité européenne, qui font l'objet des deux premiers chapitres sur un total de cinq.

"Redonner un avenir à notre civilisation européenne, c'est se souvenir que l'Europe a une histoire", a déclaré Laurent Wauquiez devant 1.800 personnes environ, parmi lesquelles certains cadres de LR et candidats au scrutin à venir, dont Nadine Morano et Brice Hortefeux.

"L'Europe est fondée sur trois traditions, la tradition gréco-latine, les racines judéo-chrétiennes et la pensée des Lumières", a poursuivi le président de LR, qui entend jouer un rôle de premier plan dans la campagne, officiellement menée par la tête de liste, François-Xavier Bellamy.

Dans cet esprit, le principal parti de droite propose que les racines, "le socle de notre identité" selon Laurent Wauquiez, soient inscrites dans les Traités européens et dans une nouvelle "Charte européenne des valeurs et des devoirs" à laquelle devrait adhérer tout étranger souhaitant le renouvellement de son titre de séjour.

Les Républicains proposent également que 1% du budget européen soit consacré à la culture et au patrimoine.

Sur le plan régalien, la formation milite pour l'instauration de ce que son président appelle "un bouclier européen contre l’islamisme". "Fermons toutes les mosquées salafistes d’Europe, arrêtons les financements étrangers et expulsons tous les prêcheurs de haine", a déclaré le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

"NUREMBERG DES DJIHADISTES"

Il s'est également dit favorable à un "tribunal pénal international, un Nuremberg des djihadistes, pour prononcer des peines d'exception". "Ainsi, ils seraient jugés, condamnés et détenus sur place", a-t-il justifié, car "ils ont trahi l'Europe, ils n'ont plus leur place en Europe".

Concernant l'immigration, "les demandes d’asile doivent être faites hors Europe: un immigré entré illégalement doit savoir qu'il ne sera pas régularisé et qu'il sera systématiquement reconduit dans son pays car sinon c'est une incitation à violer les règles de droit". Ainsi Laurent Wauquiez propose-t-il l’établissement d’une double frontière, européenne et nationale.

    Les membres du conseil national ont validé à main levée ce programme.

Plusieurs personnalités de poids, comme la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, et le président du Sénat, Gérard Larcher, n'ont pas fait le déplacement à Lyon.

Rassérénés par de récentes enquêtes d'opinion leur accordant de 13% à 14% des intentions de vote, les dirigeants de LR se prennent de nouveau à espérer après une pré-campagne chaotique, marquée par des sondages en berne et les critiques internes adressées à François-Xavier Bellamy, figure de la droite conservatrice et catholique.

"Quelque chose est en train de se passer dans le pays car les Français ne veulent pas que leur vote soit confisqué par ce face-à-face mortifère" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, a déclaré Laurent Wauquiez, renvoyant dos à dos les deux adversaires de la présidentielle de 2017. "L'un comme l’autre sont des impasses."

(Edité par Simon Carraud)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com