Washington veut entamer des discussions "franches" avec Pékin sur leur accord commercial

Washington veut entamer des discussions "franches" avec Pékin sur leur accord commercial
Washington veut entamer des discussions 'franches' avec Pékin sur leur accord commercial
Crédit photo © Reuters

par David Lawder et Nandita Bose

WASHINGTON (Reuters) - La représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, va chercher à entamer de nouvelles discussions "franches" avec la Chine concernant l'accord commercial de "Phase 1" signé sous la présidence de Donald Trump mais ne poursuivra pas les négociations de "Phase 2" concernant notamment les subventions publiques accordées par Pékin, ont déclaré de hauts responsables de l'administration Biden.

Katherine Tai discutera "prochainement" avec le vice-Premier ministre chinois Liu He au sujet de l'accord commercial et entamera un processus "ciblé" pour relancer l'exclusion de certaines importations chinoises des droits de douane américains.

Elle n'exclut pas toutefois de mettre en place de nouveaux tarifs douaniers sur des produits chinois afin de pousser Pékin à se conformer à l'accord commercial, ont ajouté ces hauts responsables.

Katherine Tai doit prononcer un discours très attendu sur la stratégie commerciale de Biden à l'égard de la Chine devant le groupe de réflexion Center for Strategic and International Studies à 14h00 GMT.

D'après des extraits de son discours partagés par la Maison Blanche, la représentante au Commerce va annoncer son intention d'avoir des "conversations franches" avec son homologue chinois.

"Cela comprendra des discussions autour des performances de la Chine dans le cadre de la 'Phase 1' de l'accord et nous engagerons aussi directement avec la Chine sur ses politiques industrielles", peut-on lire.

Washington estime que Pékin n'a pas respecté l'accord commercial de "Phase 1" conclu à la fin de l'année 2019, juste avant que la pandémie mondiale de COVID-19 ne se déclare.

Cet accord prévoit que la Chine augmente de 200 milliards de dollars par rapport aux niveaux de 2017 ses achats d'énergie, de services, de produits agricoles et manufacturés américains, pendant deux ans. Il prévoit également que Pékin améliore la protection de la propriété intellectuelle et l'accès au marché pour les entreprises américaines de biotechnologie agricole et de services financiers.

Pour l'heure, le président américain Joe Biden a maintenu en place les tarifs imposés aux importations chinoises instaurés sous le mandat de son précédesseur Donald Trump et n'a pas dévoilé la stratégie commerciale qu'il compte adopter envers Pékin.

Des responsables ont déclaré que les Etats-Unis ne poursuivraient pas les négociations avec la Chine sur la "Phase 2" de l'accord concernant des problématiques plus structurelles comme les subventions massives accordées par Pékin à son industrie, car la Chine "redouble son approche autoritaire centrée sur l'Etat".

L'administration Biden poursuit ses investissements dans la technologie, l'éducation et le renforcement des chaînes d'approvisionnement afin de stimuler la compétitivité des États-Unis face à la Chine, ont ajouté les responsables, et elle continuera à travailler avec d'autres grandes démocraties pour faire face au comportement "non commercial" de Pékin.

L'approche dans les relations commerciales avec la Chine restera néanmoins flexible et adaptée à la réponse de Pékin.

"Nous ne voulons écarter aucune option, ni nous enfermer de manière préventive dans un plan d'action déterminé", a expliqué un responsable. "Il faut être deux pour danser le tango", a-t-il ajouté.

(Reportage David Lawder et Nandita Bose ; version française Khadija Adda-Rezig, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !