Washington évoque de graves conséquences en cas de sanctions iraniennes contre des Américains

Washington évoque de graves conséquences en cas de sanctions iraniennes contre des Américains
Washington évoque de graves conséquences en cas de sanctions iraniennes contre des Américains
Crédit photo © Reuters

WASHINGTON (Reuters) - L'Iran fera face à de graves conséquences s'il s'en prend aux Américains, a prévenu dimanche la Maison blanche, au lendemain de la décision de Téhéran d'imposer des sanctions à une cinquantaine d'Américains pour la mort du général Qassem Soleimani.

"Nous travaillerons avec nos alliés et partenaires pour prévenir et répondre à toute attaque menée par l'Iran", a déclaré dans un communiqué Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche.

"Si l'Iran s'en prend à l'un de nos ressortissants, y compris l'une des 52 personnes citées hier, il en subira de graves conséquences", a-t-il ajouté.

L'Iran a imposé samedi des sanctions à une dizaine de ressortissants américains supplémentaires, dont la plupart sont des militaires, pour la mort du général Qassem Soleimani, qui commandait la force Al Qods chargée des opérations extérieures et qui a été tué le 3 janvier par un drone américain près de Bagdad.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a précisé que 51 Américains étaient désormais visés pour "terrorisme" et violations des droits de l'homme, une mesure qui permet aux autorités iraniennes de saisir d'éventuels actifs qu'ils détiennent en Iran. Faute d'actifs connus en Iran de la part des ces Américains, la sanction semble surtout symbolique.

On ignore par ailleurs pour le moment la raison pour laquelle Jake Sullivan a fait référence à 52 personnes alors que l'Iran évoque le chiffre de 51.

Parmi les personnes visées par Téhéran figurent notamment le général Mark Milley, chef d'État-Major des armées des Etats-Unis, et Robert O'Brien, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche.

(Reportage Doina Chiacu; version française Claude Chendjou)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !