Wall Street termine en légère baisse après avoir digéré la Fed

Wall Street termine en légère baisse après avoir digéré la Fed
Wall Street termine en légère baisse après avoir digéré la Fed
Crédit photo © Reuters

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en baisse modérée jeudi au terme d'une séance particulièrement volatile, au lendemain de sa forte chute provoquée par l'annonce d'un resserrement plus rapide que prévu de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones a cédé 0,47%, ou 170,64 points, à 36.236,47 points.

Le S&P-500, plus large, a perdu 4,52 points, soit 0,10%, à 4.696,06 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 19,31 points (-0,13%) à 15.080,87 points.

Les responsables de la Fed ont estimé lors de leur réunion du mois dernier que le marché de l'emploi aux Etats-Unis était "très tendu" et que la banque centrale pourrait devoir non seulement relever les taux d'intérêt plus tôt que prévu, mais aussi réduire son bilan pour maîtriser une inflation élevée.

Ce ton offensif a surpris les marchés au point d'effrayer certains investisseurs, entraînant une forte chute des indices new-yorkais mercredi.

Aux "minutes" de la Fed se sont ajoutés jeudi plusieurs indicateurs mitigés, qui ont renforcé l'aversion au risque alors que les investisseurs surveilleront vendredi les données sur les créations d'emplois dans le secteur non agricole aux Etats-Unis en décembre et les statistiques sur l'inflation dans la zone euro en novembre.

Les valeurs sensibles à l'évolution des taux comme les technologies, qui avaient particulièrement souffert mercredi au point que le Nasdaq avait perdu plus de 3%, sa plus importante baisse en une séance depuis février 2021, se sont globalement stabilisées jeudi.

Netflix a cependant abandonné 2,5% après l'abaissement de l'objectif de cours du groupe par JP Morgan, l'intermédiaire tablant sur une baisse à moyen terme du nombre d'abonnés de la plate-forme.

Les valeurs financières et bancaires ont en revanche été recherchées dans l'anticipation d'au moins trois hausses de taux d'un quart de point cette année, de même que celles de l'énergie comme Occidental Petroleum (+2,98%), dans le sillage de la poursuite de la hausse des cours pétroliers.

(Caroline Valetkevitch, version française Tangi Salaün)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !