Wall Street finit en baisse, les craintes de récession pèsent

Wall Street finit en baisse, les craintes de récession pèsent
Wall Street finit en baisse, les craintes de récession pèsent
Crédit photo © Reuters

(RPT dateline)

(Reuters) - La Bourse de New York a fini en nette baisse vendredi, les investisseurs s'inquiétant de l'état de santé de l'économie américaine et des conséquences de la politique monétaire agressive de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour juguler l'inflation.

L'indice Dow Jones a cédé -1,62%, ou 486,27 points, à 29 590,41 points.

Le S&P-500, plus large, a perdu 64,76 points, soit -1,72%, à 3 693,23 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 198,88 points (-1,80%) à 10 867,93 points.

Après avoir enregistré d'importantes hausses au cours des deux dernières années, la Bourse de New York a été secouée cette année par toute une série d'inquiétudes liées notamment à la guerre en Ukraine, à la crise énergétique en Europe, aux mesures de confinement en Chine pour contenir la pandémie de COVID-19 et au durcissement des politiques monétaires à travers le monde.

Plusieurs banques centrales, notamment aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède, en Suisse et en Norvège, ont procédé cette semaine à des hausses de taux d'intérêt pour lutter contre l'inflation, mais c'est en disant qu'elle s'attendait à ce que la remontée des taux aux États-Unis se poursuive jusqu'en 2023, que la Fed a surpris les marchés.

"Certains optimistes ont prétendu que l'inflation pourrait être maîtrisée, mais la Fed leur a dit de s'asseoir et de se taire", souligne David Russell, chez TradeStation.

VALEURS

Côté valeurs, l'action FedEx a plongé de plus de 3%. Après avoir abandonné ses prévisions de bénéfices la semaine dernière, le groupe a annoncé jeudi des réductions de coûts pouvant atteindre jusqu'à 2,7 milliards de dollars.

Les grandes valeurs technologiques comme Alphabet, Apple ou Microsoft, ont aussi fini dans le rouge.

* Le rappel de la séance en Europe: [.EUFR]

* A SUIVRE (lundi) :

(Reportage David French, version française Matthieu Protard)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !