»
»
»
Consultation

Wall Street finit en baisse avec le dollar et des résultats décevants

Wall Street finit en baisse avec le dollar et des résultats décevants
Crédit photo © Reuters

par Stephen Culp

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse jeudi après plusieurs publications de sociétés qui ont refroidi l'optimisme autour de la saison des résultats, dans un marché par ailleurs préoccupé par les tensions commerciales et la vigueur du dollar.

L'indice Dow Jones a cédé 134,79 points, soit 0,53%, à 25.064,50 et le S&P-500, plus large, a perdu 11,13 points (0,40%) à 2.804,49.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 29,15 points ou 0,37% à 7.825,30.

Le dollar, en hausse pour la troisième journée d'affilée, a atteint jeudi un pic d'un an face à un panier de devises de référence, toujours porté par la confiance affichée par la Réserve fédérale dans la vigueur de l'économie.

Le billet vert a toutefois réduit ses gains après des propos du président Donald Trump affirmant que le dollar fort "dessert" le pays.

L'appréciation du dollar, remonté face à l'euro à ses niveaux de début juillet, a pesé sur les cours des métaux et risque de pénaliser les entreprises américaines très présentes à l'international.

Netflix a indiqué lundi que le dollar fort avait impacté ses résultats et plusieurs multinationales sont en train de réévaluer leurs stratégies de couverture contre les variations des taux de change, ont rapporté des banquiers.

"La vigueur du dollar devient un élément à prendre en compte, d'autant qu'il vient d'atteindre de nouveaux plus hauts", rapporte Michael Antonelli, responsable des ventes institutionnelles chez Robert W. Baird à Milwaukee.

Le marché surveille le niveau de 2.800 points pour le S&P-500 qui pourrait devenir une porte de sortie, ajoute-t-il.

Les tensions commerciales restent aussi présentes alors que la Commission européenne a dit préparer une liste de contre-mesures au cas où les Etats-Unis imposent des droits de douane sur les automobiles en provenance de l'UE.

L'association professionnelle AAM (Alliance of Automobile Manufacturers), qui représente les grands constructeurs automobiles américains, a estimé que des droits de douane de 25% sur les voitures importées aux Etats-Unis pénaliserait tout le secteur et entraînerait la perte de centaines de milliers d'emplois.

"On commence à sentir l'effet des contre-mesures", note Oliver Pursche, stratège marchés chez Bruderman Asset Management à New York. "Personne n'a jamais gagné une guerre à multiples fronts et c'est ce vers quoi on s'achemine".

Le Livre beige publié mercredi par la Fed a montré que les entreprises industrielles des 12 régions dans lesquelles la banque centrale a des antennes s'inquiètent de l'impact du conflit commercial.

LES FINANCIÈRES À LA PEINE, IBM EN VUE

Neuf des 11 grands indices sectoriels S&P-500 ont fini en baisse, le plus fort repli étant pour les financières (-1,44%), notamment les banques qui ont souffert de l'aplatissement de la courbe des rendements obligataires.

JPMorgan et Bank of America ont perdu autour de 1,5%. Bank of New York Mellon (-5,23%) et l'assureur Travelers (-3,71%, plus forte baisse du Dow Jones) ont baissé plus encore après la publication de résultats trimestriels inférieurs aux attentes.

Aux matériaux, Freeport-McMoran a lâché 7,49% en réaction à la chute des cours du cuivre, à leur plus bas niveau depuis un an, et le producteur d'aluminium Alcoa a chuté de 13,34% après avoir abaissé sa prévision de bénéfice 2018 à cause des tarifs douaniers.

Dans l'automobile, General Motors a cédé 1,40% et Ford 0,46%.

Après des résultats inférieurs aux estimations des analystes, eBay a chuté de 10,12%, American Express a cédé 2,73% et Philip Morris 1,52%.

IBM, qui a au contraire dépassé les attentes au deuxième trimestre, s'est en revanche distingué avec un gain de 3,27%, meilleure performance du Dow Jones.

Le câblo-opérateur Comcast a gagné 2,56% après avoir annoncé qu'il renonçait à son offre de 66 milliards de dollars (57 milliards d'euros) sur des actifs médias de Twenty-First Century Fox pour se concentrer sur son offre sur le britannique Sky, dont Fox est le premier actionnaire.

Disney, qui disputait à Comcast le rachat des actifs de Rupert Murdoch, a pris 1,30% alors que Fox a abandonné 0,06%.

LA COURBE DES TAUX S'APLATIT

Quelque 6,29 milliards de titres ont changé de mains sur les différents marchés américains, à comparer à une moyenne de 6,46 milliards sur les 20 dernières séances.

L'indice dollar ne progressait plus que de 0,07% à 95,145 à la clôture de Wall Street, après un plus haut de 95,652. L'euro a repris 0,12% à 1,1652 et le yen 0,35% à 112,43.

Sur le marché obligataire, le rendement de l'emprunt de référence à 10 ans est remonté à un plus haut de trois semaines à 2,897% avant de fléchir à 2,849%, en repli de 2,6 points de base par rapport à mercredi.

Le rendement des notes à deux ans a de son côté atteint un plus haut depuis août 2008 à 2,632% avant de refluer à 2,586%, en repli de 1,6 point sur la séance.

L'écart de rendement entre le 10 ans et le 10 ans s'est resserré à un moment à 25,10 points de base, tout près du "spread" de 23,40 qui était le plus faible depuis juillet 2007, selon les données de Reuters.

(Avec Amy Caren Daniel à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com