»
»
»
Consultation

Wall Street finit dans le désordre sur fond d'inquiétude

Wall Street finit dans le désordre sur fond d'inquiétude
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a fini en ordre dispersé lundi, les valeurs défensives ayant assuré un soutien au marché dans un climat général dominé par l'inquiétude suscitée par l'économie chinoise et la remontée des rendements obligataires.

L'indice Dow Jones, qui a passé la majeure partie de la journée dans le rouge, a gagné 39,73 points, soit 0,15%, à 26.486,78.

Le S&P-500, plus large, a cédé 1,14 point (-0,04%), à 2.884,43 et le Nasdaq Composite a reculé de 52,50 points, soit 0,67%, à 7.735,95.

Le Nasdaq accuse ainsi désormais trois séances consécutives de repli pour une baisse cumulée de 3,6%.

Le marché obligataire américain était fermé ce lundi pour la célébration du "Columbus Day", mais vendredi le rendement des Treasuries à dix ans avait atteint son plus haut niveau depuis sept ans, tout près de 3,25%.

"Il y a un effet 'gueule de bois' après les mouvements rapides de la semaine dernière sur les rendements et le simple fait que le marché obligataire soit fermé ne signifie pas que les investisseurs ne sont pas inquiets", a commenté Michael Antonelli, directeur des ventes institutionnelles de Robert W. Baird.

La remontée des taux a notamment ravivé chez certains analystes des interrogations sur les niveaux de valorisation des actions américaines, à quelques jours du début de la saison des résultats trimestriels.

Autre motif de préoccupation: l'impact économique des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine après l'annonce dimanche par la banque centrale chinoise d'une nouvelle baisse du niveau de réserves obligatoires des banques, une mesure de soutien au crédit et à l'activité économique.

Loin de rassurer, cette décision a fait chuter les Bourses chinoises (-4,3% pour l'indice CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale) et baisser le yuan.

A Wall Street, l'indice de volatilité Vix, parfois surnommé "l'indice de la peur", a atteint en séance son plus haut niveau depuis fin juin avant de réduire ses gains.

Le S&P 500 a perdu jusqu'à 0,81% mais a effacé ses pertes en fin de journée grâce à l'atténuation de la baisse du pétrole et à la bonne tenue des valeurs défensives.

VALEURS

L'indice S&P de l'énergie a ainsi terminé la journée sur un repli limité à 0,05% tandis celui des services aux collectivités ("utilities") gagnait 0,77%, celui de l'immobilier 1,32% et celui des biens de consommation courante 1,34%.

A l'opposé, le compartiment des hautes technologies a abandonné 1,18%. Parmi les replis les plus marquants du jour au sein des "techs", Microsoft a cédé 1,14%, Cisco Systems 1,27%.

Alphabet a cédé 1,02% après l'annonce de la fermeture de son réseau social Google+ à la suite de la découverte d'une faille de sécurité qui a exposé des données personnelles d'utilisateurs. Le titre a touché en séance un plus bas de trois mois.

Egalement en net repli, Tesla a cédé 4,35% et inscrit un plus bas de six mois, toujours affecté par les attaques du fonds spéculatif Greenlight le comparant à Lehman Brothers.

A la hausse, General Electric a gagné 3,26%, sa sixième progression d'affilée, après un commentaire optimiste de Barclays sur la capacité du nouveau directeur général, Larry Culp, a accélérer la restructuration.

(Avec April Joyner à New York)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com