Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Wall Street en net repli face aux craintes de ralentissement US

Wall Street en net repli face aux craintes de ralentissement US
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a fini en net repli mercredi face à de nouveaux signes de ralentissement de l'économie américaine.

L'indice Dow Jones a clôturé en baisse de 1,8%, cédant 494,42 points à 26.078,62 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 52,64 points, soit 1,7% à 2.887,61 et le Nasdaq Composite s'est replié de 123,44 points (-1,5%) à 7.785,25 points.

Après un mauvais indice ISM manufacturier mardi, l'enquête ADP sur l'emploi a fait état mercredi d'un nombre moins important que prévu de créations d'emplois au mois de septembre, renforçant la crainte que les tensions commerciales entre Washington et Pékin finissent par freiner l'économie américaine.

"Cette statistique montre que nous ne sommes pas protégés contre cette querelle commerciale, qu'elle nous fait mal autant qu'elle fait mal à la Chine", a déclaré Sam Stovall, stratège chez CFRA Research.

Alors que l'heure est plutôt à l'accalmie entre les Etats-Unis et la Chine, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé officiellement Washington à appliquer des droits de douane sur 7,5 milliards de dollars d'importations de l'Union européenne par an, une décision liée au conflit sur les aides publiques à Airbus.

VALEURS

Aux valeurs, Ford a reculé de 3,25% après avoir fait état d'une baisse de 5% de ses ventes d'automobiles aux Etats-Unis au troisième trimestre.

Johnson & Johnson a gagné 1,5% après avoir annoncé un accord à l'amiable pour mettre fin à des plaintes le mettant en cause dans la crise de santé publique liée aux opioïdes aux Etats-Unis.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, l'enquête ADP sur l'emploi montre que le secteur privé américain a créé 135.000 emplois en septembre, un chiffre inférieur aux attentes (le consensus Reuters en donnait 140.000) qui tend à confirmer la tendance au ralentissement du marché du travail.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont vécu mercredi l'une de leurs pires journées de l'année, les signes de ralentissement de la croissance apparus ces derniers jours attisant les craintes de récession, s'ajoutant à l'incertitude persistante sur le Brexit et aux tensions commerciales internationales.

À Paris, le CAC 40 a affiché en clôture une baisse de 3,12% (174,86 points) à 5422,77 points, la plus forte en pourcentage sur une séance depuis le 2 août, qui le ramène au plus bas depuis le 29 août. A Londres, le FTSE 100 a perdu 3,23% et à Francfort, le Dax a reculé de 2,76%.

Suez a chuté de 7,01% après la présentation de son plan stratégique, jugé peu précis sur les perspectives de croissance du dividende.

TAUX

Les rendements des bons du Trésor américains à deux ans sont tombés près de leurs plus bas niveaux en deux ans, tirés vers le bas par l'enquête ADP sur l'emploi et l'anticipation d'une baisse des taux de la Réserve fédérale en octobre.

Le rendement du Treasury à deux ans a cédé 7,2 points de base à 1,482%, après avoir déjà perdu 6,6 points de base la veille en réaction à la publication de l'indice ISM manufacturier.

CHANGES

Le dollar cède du terrain face à l'euro et au yen, dans le sillage de Wall Street et des rendements des Treasuries: au moment de la clôture à New York, l'"indice dollar" mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence abandonnait autour de 0,1%.

L'euro en profite pour remonter à plus de 1,0950 dollar.

La livre sterling a effacé ses pertes après avoir passé l'essentiel de la séance en territoire négatif, les cambistes doutant de la capacité de Boris Johnson, le Premier ministre britannique, à aboutir à un compromis avec Bruxelles sur la base de ses dernières propositions en date.

PÉTROLE

Le pétrole a terminé en forte baisse sur le marché new-yorkais. La publication d'une hausse plus forte qu'attendu des stocks américains de pétrole () a ajouté aux craintes de surapprovisionnement du marché.

Le contrat novembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 98 cents, soit 1,83%, à 52,64 dollars le baril. Le contrat décembre sur le Brent a cédé 1,18 dollar (-2,0%) à 57,71 dollars.

A SUIVRE JEUDI

La journée de jeudi permettra d'en savoir plus sur le risque d'une propagation de la récession du secteur manufacturier à celui des services, grâce aux résultats définitifs des enquêtes PMI en Europe et à l'ISM aux Etats-Unis.

(Marc Angrand et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com