»
»
»
Consultation

Wall Street devrait saluer la trêve commerciale, dans le sillage de l'Europe

Wall Street devrait saluer la trêve commerciale, dans le sillage de l'Europe
Crédit photo © Reuters

par Juliette Rouillon

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en forte progression lundi à l'ouverture, à l'instar des Bourses européennes qui prennent entre 1% et 2% à mi-séance après la trêve commerciale conclue samedi entre Pékin et Washington qui dope l'ensemble des actifs risqués et notamment le pétrole. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 2,2% pour le Nasdaq, de 1,8% pour le Dow Jones et de 1,5% pour le S&P. À Paris, l'indice CAC 40 s'adjuge 0,98% à 5.053,08 points à la mi-journée. À Francfort, le Dax prend 2,12% et à Londres, le FTSE gagne 1,68%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 1,3%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro monte de 1,41% et le Stoxx 600 de 1,22%.

L'indice MSCI All-Coutry World Index progresse de 0,8%, à un plus haut depuis le 9 novembre, tandis que celui des marchés actions émergents grimpe de 2% et est en passe de signer sa plus forte hausse en une séance en un mois.

La Chine et les Etats-Unis se sont engagés à ne pas imposer de nouveaux droits de douane sur les importations et à trouver un accord sur le commerce d'ici à 90 jours, a annoncé samedi soir la Maison Blanche après la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20 à Buenos Aires.

Donald Trump a notamment accepté de maintenir à 10% les droits de douane sur quelque 200 milliards de dollars de produits importés chinois et de ne pas les porter à 25% au 1er janvier. Pékin a accepté d'acheter "un très grand nombre" de produits agricoles, énergétiques et industriels ainsi que d'autres produits américains pour réduire le déficit commercial entre les deux pays.

Si dans trois mois, aucun accord n'est trouvé avec Pékin sur des sujets comme les transferts de technologie, la propriété intellectuelle, l'espionnage informatique, les barrières non tarifaires ou l'agriculture, le taux sera relevé à 25%.

Les économistes et gérants interrogés saluent l'accalmie dans le conflit sino-américain mais s'attendent à des négociations difficiles et n'écartent pas l'éventualité d'un retour des tensions entre les deux pays.

"Bien qu'il s'agisse d'un développement positif pour les actifs risqués, il ouvre la voie à davantage de volatilité sur les trois prochains mois", écrivent Frank Benzimra et Roland Kaloyan, analystes à la Société générale.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Comme en Europe, les ressources de base et industrielles, notamment le compartiment automobile, devraient bénéficier de la trêve annoncée par Pékin et Washington dans leur guerre commerciale. General Motors, Ford et Tesla gagnent entre 3% et 4% en avant-Bourse. Par ailleurs, les chiffres des ventes automobiles de novembre seront publiés dans la soirée.

Apple (+3,8% en avant-Bourse) devrait profiter également de l'accord.

VALEURS EN EUROPE

Les secteurs les plus sensibles au commerce sont plébiscités : l'indice Stoxx des ressources de base grimpe de 4,64%, celui de l'automobile bondit de 3,46% et celui de la technologie avance de 2,7%.

STMicroelectronics (+7,03%), ArcelorMittal (+6,2%) et Valeo (+8,41%) figurent parmi les plus fortes hausses du CAC, suivis de près par le luxe avec Kering (+5,13%) et LVMH (+3,64%).

Les constructeurs automobiles allemands se distinguent : BMW grimpe de 5,72%, Daimler de 5,08% et Volkswagen de 3,57%.

Mais plusieurs valeurs françaises du tourisme et de la consommation, comme Vinci, Carrefour et Accor, baissent contre la tendance, plusieurs intervenants mettant en avant les craintes sur ces secteurs liés au mouvement national de protestation des "Gilets jaunes".

TAUX

Les rendements des emprunts d'Etat italiens évoluent en nette baisse à la faveur d'informations de presse faisant état d'une réunion prévue lundi entre le président du conseil Giuseppe Conte et ses deux vice-présidents Matteo Salvini et Luigi Di Maio pour discuter du budget 2019 qui a été retoqué par la Commission européenne. Selon La Repubblica, Rome pourrait envisager de réduire l'objectif de déficit public, fixé à 2,4%, autour de 2%.

L'annonce d'une baisse de la part de l'Italie dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE), qui sert de base aux achats d'actifs réalisés par la BCE dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif, a freiné le baisse des taux italiens mais n'a pas inversé le mouvement.

Quant au rendement du Bund à 10 ans allemand, il a atteint 0,36%, en hausse de quatre points de base en réaction à la trêve commerciale, avant de retomber à 0,32% à la suite d'un indice PMI de l'activité dans le secteur manufacturier allemand au plus bas en plus de deux ans et demi. Globalement, la croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro en novembre a touché un creux de plus de deux ans avec la contraction des nouvelles commandes pour le deuxième mois consécutif, selon les résultats définitifs de l'enquête IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI).

CHANGES

Le yuan chinois et le dollar australien ont mené la hausse face au dollar après l'accord entre Washington et Pékin ce week-end qui a encouragé les investisseurs à vendre le billet vert pour acquérir des actifs plus risqués.

L'indice du dollar face à un panier de devises de référence recule de 0,2%. L'euro en profite pour rebondir autour de 1,1330 dollar.

La livre sterling ne profite pas quant à elle de la faiblesse du billet vert et évolue à son plus bas niveau depuis fin octobre dans un climat d'inquiétude croissante autour du vote du Parlement britannique sur le Brexit, prévu le 11 décembre.

PÉTROLE

La trêve commerciale entre les Etats-Unis et la Chine favorise un fort rebond des cours du brut, qui ont perdu le mois dernier plus de 20% en raison de craintes d'un ralentissement de la demande. Les opérateurs de marché continuent par ailleurs d'anticiper une réduction de la production qui pourrait être décidée lors de la réunion de l'Opep à Vienne le 6 décembre.

Le baril de Brent gagne 3,8%, à 61,72 dollars, alors qu'il évoluait vendredi sous les 60 dollars. Le brut léger américain (WTI) grimpe de 3,9% à près de 53 dollars, après un plus bas à 49,41 touché la semaine dernière.

(Édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com