Vivendi en passe d'avaler Lagardère via le rachat des parts d'Amber

Vivendi en passe d'avaler Lagardère via le rachat des parts d'Amber
Vivendi en passe d'avaler Lagardère via le rachat des parts d'Amber
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Vivendi a annoncé mercredi avoir accepté de reprendre la participation d'Amber Capital dans Lagardère, ouvrant la voie à une prise de contrôle qui va permettre au groupe de l'homme d'affaires Vincent Bolloré d'étendre son influence dans le paysage médiatique français.

Vivendi, qui détient déjà 27% de Lagardère, précise dans un communiqué que l'opération sera réalisée d'ici au 15 décembre 2022 au prix de 24,10 euros par action, pour un total de 610 millions d'euros, ce qui portera sa participation à 45%.

Le groupe annonce son intention de lancer une offre publique d'achat (OPA) pour acquérir le solde du capital du propriétaire de Paris Match, du Journal du Dimanche et d'Europe 1, sous réserve d'accord des régulateurs français et européens.

En France, tout investisseur qui dépasse le seuil de 30% du capital d'une société est légalement tenu de lancer une OPA.

"Vivendi continuera de soutenir Arnaud Lagardère et son projet", a déclaré à Reuters une source proche de la direction de Vivendi.

Le groupe Lagardère a dit de son côté se réjouir du projet d'investissement du groupe qui a pour principal actionnaire Vincent Bolloré .

"Ce projet témoigne de la confiance de Vivendi dans la pertinence du modèle stratégique de Lagardère basé sur la complémentarité de ses activités et son efficacité opérationnelle", a réagi le groupe dans un communiqué.

Amber Capital détient un peu plus de 25 millions d'actions Lagardère, soit 17,93 % du capital et 14,34 % des droits de vote théoriques du groupe, ce qui va permettre à Vivendi de porter sa participation à 45,1 % du capital de Lagardère et 36,1 % des droits de vote.

L'annonce du rachat de la participation d'Amber Capital dans Lagardère intervient au lendemain de celle du lancement par Vivendi du processus d'introduction en Bourse de sa filiale Universal Music Group, sur la base d'une valeur boursière de 33 milliards d'euros.

Cette opération devrait rapporter quelque 5,9 milliards d'euros à Vincent Bolloré, permettant à l'hommes d'affaires d'envisager de nouveaux investissements.

"Cette cession marque l'aboutissement d'un long processus, et d'une stratégie d'investissement dont les objectifs ont été atteints, en matière de gouvernance et de choix stratégiques structurants, pour l'investisseur et l'actionnaire de référence que nous avons été", commente Olivier Fortesa, associé gérant d'Amber Capital, dans un communiqué.

"L'avenir appartient à un autre type d'actionnariat, industriel, qui va se consacrer au développement du groupe", ajoute-t-il en référence à Vivendi.

Conformément au pacte conclu entre les deux sociétés en août 2020, Amber Capital devait proposer en priorité ses titres Lagardère à Vivendi en cas de cession.

(Reportage Sarah White et Gwénaëlle Barzic, rédigé par Nicolas Delame et Tangi Salaün)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !